La suite aujourd’hui… L’Oréal…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

(AOF) – Au 30 septembre 2022, le groupe de produits de beauté L’Oréal a enregistré une hausse de 12,4 % de son chiffre d’affaires à taux de change constants : il s’établit à 27,94 milliards d’euros, contre 23,19 milliards au 30 septembre 2021. Devise. les effets ont eu un impact de +8,1%. En extrapolant les taux de change du 30 septembre 2022, donc avec 1 euro = 0,977 dollar jusqu’au 31 décembre, l’effet des effets monétaires s’élèverait à environ + 8,1 % sur le chiffre des échanges pour l’ensemble de l’année 2022 Toutes les divisions et géographies sont en croissance.

Dans la Zone SAPMENA (Asie du Sud, Pacifique, Moyen-Orient, Afrique du Nord et Afrique Subsaharienne), L’Oréal poursuit son développement, avec une croissance bien supérieure à celle du marché. A fin septembre, il progresse très fortement de 25,4% également.

Le 22 septembre, L’Oréal China Corporate Venture Capital (Shanghai Meicifang Investment Co., Ltd) a annoncé sa première prise de participation en Chine en investissant dans la marque chinoise de parfums de luxe Documents, avec le soutien du fonds de capital-risque BOLD Business Opportunities for L — Développement doré.

Commentant ces chiffres, Nicolas Hieronimus, PDG de L’Oréal, a déclaré : « Dans un contexte plus volatil que jamais marqué par les contraintes sanitaires en Chine et l’inflation dans le monde occidental, L’Oréal réalise un trimestre très solide, poursuivant un rythme soutenu de croissance par rapport à 2019. Bénéficiant de sa stratégie de rééquilibrage, notamment géographique, le Groupe affiche une forte croissance de +20,5% en publié à fin septembre, avec un impact positif significatif des effets de change, et de +12,0% sur un base comparable. « .

– Leader mondial des cosmétiques, créé en 1909 ; – Groupe organisé en 5 branches générant 32,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires : luxe pour 40%, biens de consommation pour 42%, cosmétique active pour 12% et produits professionnels ; – Un positionnement international fort, avec 35 marques mondiales et un chiffre d’affaires équilibré entre l’Europe (32%), l’Asie du Nord (31%), l’Amérique du Nord (25%) et le reste du monde ; – Business model basé sur 5 piliers : R&D élevée autour de 800 Ms€, innovation contribuant à 15% du chiffre d’affaires annuel, lancement de nouveaux produits entre 15 et 20% par an, positionnement sur les produits « supérieurs », marques mondiales et focus sur l’e- Commerce; – Capital caractérisé par les positions fortes des familles Bettancourt et Meyers -34,7%- et Nestlé -20%-, Jean-Paul Agon préside le conseil de 16 membres, Nicolas Hieronimus étant administrateur délégué ; – Bilan exceptionnellement sain, avec 3,6 milliards de dettes contre 23,6 milliards de fonds propres.

– Croissance annuelle moyenne de plus de 5% du marché mondial de la beauté, tirée par l’enrichissement des populations dans les pays émergents et leur vieillissement dans l’OCDE ; – Stratégie innovante visant à faire du groupe le leader de la « Beauty Tech » ; 3,3% des revenus investis dans la recherche & l’innovation, environ 500 brevets déposés par an par 21 centres de recherche / focus sur le numérique, renforcé par des acquisitions (ModiFace, leader de la réalité augmentée et de l’intelligence artificielle), par des prises de participation dans des start-up avec le fonds BOLD et des partenariats avec les GAFAM, Alibaba et Tencent, Verily (vieillissement cutané) / intégration de critères de durabilité dans les produits ; – Stratégie environnementale « L’Oréal pour le futur » : transformation du business model dans les limites planétaires : neutralité carbone des sites jusqu’en 2025 et, jusqu’en 2030, tous les emballages plastiques d’origine recyclée ou biosourcée et une réduction de 50% des émissions de CO2 par rapport à 2018. pour chaque produit fini / une contribution de 150 millions d’euros aux actions de solidarité en faveur des femmes vulnérables et de protection de l’environnement (régénération et biodiversité) / montrant l’impact social et l’environnement de production ; – Capacité à générer un autofinancement opérationnel élevé – 5,6 Md€ ; – Intégration de la jeunesse californienne au peuple ; – Historique de croissance des ventes supérieure au marché depuis 13 ans et renforcée par le digital, à 29% du CA.

– Développement à long terme des 8% de Sanofi ; – Impact de la guerre Russie-Ukraine : fermeture des sites e-commerce et des magasins et maintien du site de production à Moscou, 2% des ventes proviennent de Russie ; – Objectif 2022 de supériorité sur le marché et de croissance des ventes et des bénéfices ; – Dividende 2021 de 4,8 € et annulation des 4% d’actions rachetées par Nestlé.

L’axe du développement durable désormais prioritaire

C’est l’une des attentes les plus fortes des clients âgés de 25 à 40 ans, qui représentent une part croissante des ventes. Cela représente également un avantage dans le recrutement pour les grandes marques de luxe. LVMH, Fendi, Imperial College London et Central Saint Martins UAL se sont associés dans un projet de recherche de deux ans pour développer de nouveaux biotextiles pour la fourrure dans le secteur. Récemment le manifeste pour une mode régénérative, développé en partenariat avec l’Alliance pour la bioéconomie circulaire (CBA) a été signé par Burberry, Chloé, Stella McCartney, ou encore Armani. Quant à Kering, il a développé un outil qui mesure ses émissions de CO2, sa consommation d’eau et l’occupation des sols tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

2022 Agence Option Finance (AOF) – Tous droits réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu’elle considère les plus fiables. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l’utilisation des informations qui lui sont fournies. Ainsi, le lecteur dégagera AOF et ses contributeurs de toute responsabilité résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

À Lire  Lorsqu'une entreprise est engagée par un employé agissant comme son mandataire