L’agence de publicité chinoise Hylink s’est lancée en France

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

L’histoire d’Hylink, première agence digitale chinoise, avec 1,6 milliard d’euros en 2018, a tous les ingrédients d’une bonne histoire : répétition et répétition, une succession de métamorphoses… et, enfin, un modèle économique intégré, alliant communication digitale et la production intelligente de contenu « hybride ». Cela l’aidera à construire avec succès le marché français.

Mais avant de se lancer dans l’internationalisation, Hylink s’occupe de sa transformation. Créée en 1994, la structure s’est métamorphosée d’un producteur de partitions TV à une agence digitale, devenant en 2014 un leader du marché. En 2012, alors que la crise se fait sentir, le groupe chinois commence à investir dans la production de contenus audiovisuels (séries, films vidéo), diffusés entre autres sur CCTV, la télévision nationale chinoise.

Le spot de publicité condamné

Depuis, cette diversification n’a cessé de s’accélérer. « La production de production représente encore 10 % de notre chiffre d’affaires, mais elle est vouée à augmenter : la télé 20 ou 30 secondes est supprimée, à court ou moyen terme, et nous nous contentons de communiquer des signes, il faudra passer par la contenu, qu’il s’agisse de placement de produit ou autre… » devine Tong Su, président et fondateur de Hylink Digital Worldwide.

En 2018, la division de contenu de Hylink a produit l’adaptation de l’émission de téléréalité britannique « Top Gear », « Youth Youth », « Love Departure » et « Staircase of the Himalayas » sur le marché chinois d’affilée. Parallèlement, le groupe produit des dizaines de courts métrages de quinze à vingt-cinq minutes comme « Lovend Express », en collaboration avec Häagen-Dazs ou « Le Souhait du Père » en association avec China Mobile. A chaque fois, le logo apparaît simplement au début et à la fin du court métrage. Mais la singularité de la méthode est ailleurs : les scénaristes traitent directement de sujets de société, sautant du gouffre de la souriante scène télé.

Exporter les contenus en Europe

D’où cette volonté de promouvoir l’équipement en exportant son contenu, sans interrompre les activités de l’agence digitale. Après s’être implanté aux États-Unis, en Corée du Sud et au Japon, Hylink, qui compte déjà 24 bureaux dans le monde et des contrats exclusifs avec des entreprises technologiques chinoises telles que Tencent (WeChat) et Sina (Weibo), lorgne vers l’Europe.

À Lire  Montayral : L'aide à la création de petites entreprises a ses prémisses

En 2016, le groupe déménage à Londres. Le voici à Paris, dans la célèbre rue Hoche. « Nous ne sommes pas là pour concurrencer les institutions locales, mais plutôt pour lancer des ponts culturels et les accompagner pour aider leurs clients à s’implanter en Chine, leur permettant de déterminer le marché local », a déclaré Tong.Su.En Chine, la génération Z lève les yeux. aux grandes marques, notamment celles qui travaillent dans le monde du luxe. Leurs parents les ont mis sur un piédestal, ils ont besoin d’un lien direct et émotionnel. » …

Aussi, vous devez savoir où investir. « La plupart du temps, la première impression des marques et des modèles de luxe est de cibler les grandes villes comme Pékin, Shanghai, alors que les capitales des provinces ont une grande classe moyenne, ce qui représente une force puissante », a-t-il déclaré.

…et en importer en Chine

Hylink travaille déjà avec L’Oréal (en matière de conseil stratégique), Chopard (campagnes d’influence), Omega et le groupe suisse Swissquote. Mais ses ambitions ne s’arrêtent pas là. « En parallèle, nous cherchons à télécharger des contenus audio, de la BBC ou de Canal+ par exemple, et à nous adapter au marché chinois, dominé par les programmes américains », poursuit Tong Su. Prochaines étapes : Milan et Munich, où Hylink a souhaité implanter son modèle hybride.