Le parachutisme comme cadeau d’anniversaire à 92 ans

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Lucie Verville Belzile, à 92 ans, est toujours une femme très active. Pas étonnant alors qu’il ait reçu en cadeau, pour ses 90 ans (né le 30 mars 1930), le saut en parachute qu’il a effectué le 4 juillet, retardé par la pandémie de COVID-19.

Le New Union avait rencontré Mme. Belzile en octobre 2020 (https://www.lanouvelle.net/actualite/une-artisane-au-grand-coeur/) en pleine garde à vue, avait pris son temps pour coudre les masques qu’il donnait. à tous ceux qui le voulaient. En tout, il a fait 2019 (oui oui comme année du CCIDID), et il a donné 2000. Puis on a trouvé une femme au parcours atypique, qu’elle a récemment réaffirmé en parachutant à 92 ans.

C’est avec ses deux petits-enfants, Anne-Sophie et Éli Belzile (qui ont eux aussi dû sauter, le jour de leurs 18 ans, il y a deux ans), que la femme s’est inscrite. « On m’a fait ce cadeau parce qu’on sait que j’aime la torture », a-t-il dit, ajoutant qu’il avait déjà pensé à faire un zip. En effet, il y a deux ans, pour fêter ses 90 ans, sa famille lui a offert un tour en hélicoptère au-dessus de la ville. « C’était calme. Asseyez-vous là et regardez. Mais traîner avec un parachute, c’est amusant, c’est encore plus aventureux », a-t-il expliqué.

Il a fallu plusieurs mois pour mettre les choses au point et pour que les trois soient retrouvés en même temps, mais l’événement s’est finalement produit, à Victoriaville, il y a quelques jours. Mme Belzile dit que faire ce travail ne l’a pas bouleversée et qu’elle n’a jamais pensé à changer d’avis. Avant le lever du soleil, il a très bien dormi. « C’est sûr et organisé. J’avais quelqu’un qui le savait. C’est une expérience à vivre », a-t-il déclaré.

À côté de Parachute Victoriaville avec qui elle a sauté, comme le souligne son fils Jasmin, Lucie serait ravie de sauter en tandem avec cette compagnie de Victoriaville.

Le grand saut

Il s’est donc arrangé pour 9 heures du matin. le 4 juillet à l’aéroport de Victoriaville avec ses deux petits-enfants. Bien sûr, plusieurs membres de sa famille sont venus assister à l’événement. Dès son arrivée, avant de signer les papiers, Pascal, avec qui il a sauté, s’est occupé de lui et est resté avec lui toute la journée. « On signe une série de documents, mais je me suis dit : s’il m’arrive quelque chose, à 92 ans, ce n’est pas grave. Fou, j’ai dit que ce serait une mort étrange, dont on parlera. J’ai toujours aimé des choses autres que les autres », dit-il avec un sourire.

Pascal lui a préparé son équipement et lui a expliqué ce qu’il devait faire avant de monter dans l’avion. « Il m’a demandé quelle position je voulais sauter et j’ai dit, oui, d’abord pour leur montrer (aux petits-enfants) comment faire », ajoute la drôle de femme.

Mme Belzile a alors expliqué que, comme elle aurait dû le faire, elle a crié en sautant de l’avion, pour empêcher l’air d’entrer dans ses poumons. « Quand vous sortez, vous devez lever la tête et reculer les pieds pour attraper le vent », dit-il.

Le parachutiste a ainsi effectué un saut à 13 000 pieds d’altitude, en commençant par une chute libre de 37 secondes, à 200 km/h. « Il fait très froid en chute libre. A ce moment, toute la peau du visage va aux oreilles et au menton dans le cou. J’ai trouvé ça long », raconte-t-il. C’est bien après avoir ouvert le parachute (à 5000 mètres) qu’il a profité de la taille et de la vue qu’on lui offrait.

À Lire  Après deux ans d'absence, les Mousquetaires sauteront à nouveau dans le ciel de Péronne

« C’est là que nous bénéficions d’un bon pedigree. Le soleil brillait, le ciel était bleu et il y avait beaucoup de petits nuages. C’était amusant! « , il dit.

Le nonagénaire appréciait ainsi la vision de champs de différentes couleurs, de fermes, d’une rivière sinueuse, d’une montagne, bref, d’un panorama impressionnant, dans une perspective tout aussi impressionnante. C’est alors qu’il en profite pour descendre tandis que Pascal, son partenaire de saut, s’occupe de tout. « A un moment je n’ai pas pu voir les enfants (qui sautaient) et j’ai demandé à Pascal où ils étaient. dit-il en se tournant vers moi pour les voir. Eli tournait comme une tête », se souvient-il, ajoutant que Pascal avait dit qu’il lui ferait la même chose et il a immédiatement commencé à tourner une fois. « Il a été gentil et doux du début à la fin », a-t-elle déclaré.

L’atterrissage a été un peu difficile, probablement à cause de la tempête. « J’ai levé les jambes et il a dit ‘boum’. » « A ce moment, il a confirmé avoir eu peur pendant deux secondes, craignant de s’être fait mal en tombant sur les fesses, il s’était déjà cassé la hanche. Mais dès qu’il a bougé, il a vu que tout allait bien. « Anne-Sophie et Eli étaient déjà descendus et sont venus m’aider à remonter. J’ai trouvé cela très simple pour eux », a-t-il déclaré.

Toute la danse a été soigneusement filmée par Pascal, ce qui signifie que Lucie a un souvenir vivace du saut en parachute. Des vidéos et des photos témoignent de cet événement spécial.

Pour Lucie Verville Belzile, cette expérience serait la meilleure et elle va bien avec le type de personne qu’elle est. « C’était un beau cadeau », dit-il.

Un autre exploit pour cette femme incroyable qui a également montré qu’elle n’hésiterait pas à reparachuter si on lui en donnait l’occasion. « Ça me ferait plaisir, mais je porterais des vêtements chauds », dit-il simplement.

Sur le même sujet :
Malgré les tragédies qui font la une des journaux, le parachutisme reste…

Toujours active

Ce ne sont pas ses 92 ans qui arrêtent Miss Belzile. Il travaille encore beaucoup et, il y a quelques mois, il s’est mis à l’informatique, après avoir reçu un ordinateur portable d’un de ses cousins. C’est lui qui a posté les photos associées à ce texte. Il a aussi l’habitude de lire La Presse tous les matins et de faire de la généalogie, ce qu’il faisait auparavant, mais c’est plus facile avec Internet. « C’est très gratifiant et cela m’a ouvert le monde entier », avoue-t-il. De plus, il lit beaucoup ce qui fait qu’il ne s’ennuie jamais. Il profite également de son jardin, où se trouvent trois poules et de son potager où il cultive, entre autres, des fraises des Alpes (Yellow Wonder), des mûres qu’il ne manque jamais de faire déguster à ses convives.