Le pari audacieux d’un café librairie à Mellionnec

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Comment avez-vous atterri à Mellionnec ?

« Avant de venir à Mellionnec, Robin et moi avions une librairie à Rouen. Déjà à cette époque, nous voulions ouvrir une librairie à la campagne. En ville, nous étions l’une des nombreuses librairies. Cependant, il nous a semblé que nous serions plus utiles s’il n’y avait pas de livres. Nous avons donc cherché en Normandie. Puis, par hasard, nous sommes allés voir un ami à Mellionnec. Nous avons aimé le village. »

A voir aussi :
Les fêtes de Noël approchent et les familles recherchent les jouets vedettes…

N’aviez-vous pas peur d’ouvrir une librairie dans un village de quelques centaines d’habitants ?

« En nous renseignant, nous avons constaté qu’il n’y avait rien dans le vaste périmètre autour de Mellionnec. S’il y a une imprimerie qui vend des livres à Rostrenen, la première vraie librairie était à Pontivy, à environ 40 minutes en voiture. livre… Et puis je ne lis pas que sur le nombre de communes mais il y a celui d’une zone résidentielle. Pour une librairie, il faut entre 10 000 et 20 000 habitants pour toucher. Notre approche n’est pas que commerciale ; elle est au-dessus tout un combattant ».

Et pourquoi Mellionnec plus qu’une autre commune rurale du Kreiz Breizh ?

« Je vous ai dit que nous aimions déjà le village. Et puis, ça nous a semblé puissant avec une identité culturelle forte, avec la présence notamment de Ty Film. Il y a de la vraie terre ici. »

À Lire  Le cadeau de dernière minute par excellence : des billets pour un festival, bien sûr

Comment avez-vous trouvé l’emplacement pour ouvrir votre librairie ?

« Ce n’était pas facile. Nous avions un ami qui habitait place de l’Eglise et comme il n’habitait pas en bas, il nous l’a donné.

Vous avez ouvert en septembre 2018. Comment cela s’est passé au début ?

« La première année de l’entreprise s’est très bien passée, avec beaucoup de monde qui a franchi la porte. J’ai même dépassé mes attentes. Après 2020, nous avons dû fermer en raison de covid; c’était frustrant. Les gens ne pouvaient pas sortir, mais il y avait un grand élan de coopération avec des gens qui nous envoyaient des chèques pour de futures commandes. Je peux dire qu’à ce moment-là, nous savions que la librairie avait trouvé son territoire auprès de ses clients ».

Quelle est votre clientèle justement ?

« De Mellionnec et des environs. Nos lecteurs savent que notre démarche est dédiée et que pour qu’une librairie comme la nôtre existe, elle doit être portée par un grand nombre de personnes. L’association Le Poulpe nous accompagne et organise deux événements par an avec le Printemps de la lecture et Chansons à la Maison. Les 10 et 11 septembre, c’était la fête de la librairie pour ses quatre ans d’existence. Et, nous sommes membres d’une association de cafés et librairies de Bretagne, qui peut nous apporter des clients de temps en temps. »

Le pari osé d’un café librairie à Mellionnec Réservé aux abonnés

Ty Films crève l’écran à Mellionnec Réservé aux abonnés

Auberge de Mellionnec : novembre sera le mois de l’inauguration Réservé aux abonnés

Mellionnec, un village qui trace sa propre route Réservé aux abonnés