Le tourisme durable à l’épreuve

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Publié

le 29/10/2022 à 17:10, Mis à jour le 29/10/2022 à 17:10

Le secteur est volontairement dédié à un tourisme plus responsable, mais plus complexe à mettre en œuvre, ont souligné les acteurs qui se sont réunis en grand nombre au « Monde du voyage » à Nîmes. La pratique des touristes est encore contradictoire, notamment chez les jeunes générations.

Deux ans de pandémie et de restrictions de cohorte n’y ont rien changé : voyager reste un rêve. Et ils ont plus de succès que jamais, comme le montre le dernier baromètre de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Plus de 474 millions de touristes internationaux ont voyagé depuis le début de 2022, dont 65 % vers l’Europe. A ce jour, le secteur a déjà récupéré près de 60% des niveaux d’avant Covid. Avec une nuance, et une importante : les aspirations changent vite. Si l’envie de plage et de soleil est indéniable, les enjeux environnementaux, éthiques et sociaux préoccupent de plus en plus les voyageurs. Du moins, c’est ce qu’ils prétendent. Est-ce vrai et le secteur du tourisme est-il en mesure de répondre à ces attentes ? Le sujet était au cœur du « Monde du voyage », organisé les 27 et 28 octobre à Nîmes, où 400 décideurs internationaux des secteurs public et privé, universitaires et experts ont partagé leur expertise à Nîmes. Il s’agissait de la deuxième édition de cette manifestation dédiée à la transformation de l’industrie touristique.

Les multiples paradoxes du voyageur

Lire aussi Ecotourisme, vantardise du train… Huit mots pour découvrir le tourisme durable

Les chiffres ne manquaient pas pour tenter de cerner le phénomène. Parmi les études les plus intéressantes figure celle menée par Google et la compagnie aérienne australienne Qantas, sur un échantillon de 17 000 personnes de six pays. Le résultat? 66% des voyageurs n’ont pas forcément choisi l’offre la moins chère, signe qu’ils seraient prêts à payer pour une meilleure qualité. Et par qualité, ils entendent différents critères : une expérience « inspirante » et facilement accessible, un haut degré de confiance dans les organisateurs de voyages, les lieux et les communautés qu’ils visiteront, et un voyage « durable ».

Lire aussi Seules deux villes françaises sont entrées dans le Top 10 du tourisme durable

Cependant, ce dernier critère n’est toujours pas déterminant dans le choix de la résidence, notamment chez les jeunes de 18 à 25 ans. S’il y a une conscience environnementale, le comportement n’est pas forcément à la hauteur. Et le prix n’est pas la seule explication. Certains évoquent la complexité des 570 labels existants recensés ? Le Radisson Hotel Group, qui exploite plus d’un millier d’hôtels dans une soixantaine de pays, a fait ce constat : 73% de ses clients déclarent vouloir réserver un séjour durable, mais n’agissent pas forcément. La vice-présidente du groupe Inge Huijbrechts, spécifiquement en charge des opérations, préconise que « les actions concrètes deviennent plus visibles dans les installations », un peu comme les produits bio dans les supermarchés.

Libérez le potentiel du tourisme maritime
Sur le même sujet :
& gt; & gt; Pour une économie maritime durable & gt;& gt;…

Croisière et aérien en mouvement

Lire iATR, Pavillon Bleu, Ecolabel européen : comment y voir clair parmi les labels de tourisme durable ?

De tous les secteurs présents, l’industrie de la croisière avait clairement beaucoup à dire. Déjà perçu comme pollueur et vecteur du tourisme de masse, le secteur doit composer avec le critère de distanciation sociale hérité de la pandémie sur le papier. Mais alors comment expliquer que les croisières attirent toujours autant de passagers, et cela dès l’annonce de leur reprise progressive après la pause sanitaire ?

Lire aussi Croisières : le défi du renouveau avec moins de pollution

Selon Davide Triacco, le directeur en charge du développement durable de la compagnie Costa Croisières, qui a annoncé la charte du tourisme durable et inclusif, toutes les conditions pour une expérience de plus en plus qualitative sont réunies. Et face aux critiques répétées suscitées par l’arrivée de ces géants des mers dans les ports de France, d’Italie ou d’Espagne, il affirme que « ni la volonté ni l’investissement du groupe ne manquent », mais que « la technologie manque et Il ne cite par exemple que 29 ports dans le monde qui alimentent en électricité des navires au mouillage. Et aucun port en France à ce jour. La première mise en service est prévue à Marseille d’ici 2025, avec un échange d’expertise d’une partie la compagnie maritime qui y accoste presque tous les deux jours.D’autres compagnies de croisières, comme le groupe français Ponant, dont la capacité des navires ne dépasse pas 200 passagers, affichent des taux de recyclage des déchets à bord de l’ordre de 60 % et ne distribuent que de l’eau de mer qui a été traitée comme consommable.

Lire aussi à Saint-Nazaire, MSC inaugure en grande pompe son nouveau géant, Monde Europe

Des efforts que les voyageurs doivent connaître et reconnaître. Dans 10 ou 20 ans, puniront-ils vraiment sévèrement ceux qui sont perçus comme de gros pollueurs ? Outre la croisière, il est évident que l’avion est dans toutes les têtes.

Quels sont les enjeux d’un développement durable du tourisme ?

Le trafic aérien représente actuellement 40 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur du tourisme, juste devant les voitures. Premier enseignement d’une étude européenne menée par Roland Berger : la majorité des passagers souhaitent continuer à voler, mais ils recherchent des améliorations en termes d’environnement, de biocarburants, et 90% des répondants se disent prêts pour cela. le prix. De quoi booster le secteur dans sa transition industrielle.

Le tourisme durable vise donc à réduire l’impact négatif sur l’environnement et la culture locale afin de les préserver pour les générations futures, tout en contribuant à la croissance économique, à la création d’emplois et à la protection des écosystèmes.

Quels sont les principes du tourisme durable ? Principes du tourisme durable Le tourisme durable repose sur des modes de déplacement, de production et de consommation éco-responsables, et implique étroitement la population locale dans le projet de développement touristique et de retombées socio-économiques.

Comment le tourisme Peut-il contribuer au développement durable ?

Quels sont les avantages du tourisme durable ? Limitation de la consommation d’énergie et d’eau dans les établissements d’hébergement. Réduction de la production de déchets dans les camps. Promouvoir l’utilisation de ressources renouvelables et de produits respectueux de l’environnement. Sensibilisation au respect du patrimoine culturel.

Le tourisme peut être un facteur de régénération urbaine et de développement rural et réduire les déséquilibres régionaux en donnant aux collectivités les moyens d’assurer leur prospérité au niveau local. Le tourisme est également un moyen efficace d’intégrer les pays en développement dans l’économie mondiale.

  • Quelles activités faut-il entreprendre pour un tourisme durable ? 7 actions à connaître pour s’engager dans un tourisme responsable
  • Comment mettre en place un tourisme responsable ?
  • Planifiez votre voyage.
  • Cherchez un logement durable.
  • Évitez de créer de grandes quantités de déchets.
  • Ne changez pas de nature.
  • Coopération avec l’économie locale.

Quel sont les enjeux du tourisme ?

Respectez la population locale.

Des flux touristiques en augmentation Ce volume devrait atteindre 2 milliards en 2030 et 3 milliards en 2050. Une tendance comparable peut être observée dans le Grand Paris, qui a enregistré 38 millions de touristes en 2018, et devrait en accueillir plus de 50 millions en 2040.

Quelle est l’ambition des pays qui développent le tourisme durable ?

Quels sont les risques du tourisme ? Les risques immédiats concernent les guerres, les attentats, les épidémies, l’hygiène et toutes les formes de terrorisme. Les risques environnementaux sont l’un des enjeux du tourisme du siècle à venir.

Le tourisme durable recherche donc un équilibre entre les trois piliers du développement durable (social, économique et environnemental) dans la production et la réalisation des activités touristiques. Il s’agit de repenser la stratégie mise en place pour intégrer ces trois dimensions.

Quels sont les enjeux du développement touristique durable ? Quels sont les enjeux du tourisme durable ? Le tourisme durable repose sur l’idée que l’activité prospérera à l’avenir. Pour être une activité durable, le patrimoine touristique doit préserver son intégrité et impliquer les communautés locales dans la gestion de la destination.

Comment concilier le tourisme et le développement durable ?

Qu’est-ce qui motive les gens à s’engager dans le tourisme durable ? La motivation qu’auraient les touristes durables et qui serait attractive pour le pilier économique est le désir pour la population locale de travailler, pour la famille de travailler (Van de Walle, 2011). – Acheter de la nourriture sur les marchés et ne pas passer par les réseaux de distribution traditionnels (supermarché, etc.)

  • Harmonisation du tourisme et du développement durable
  • intégrer les innovations technologiques et les nouveaux modes de transport, plus écologiques,
  • favoriser l’intermodalité,

préserver l’environnement de la population autochtone et travailler sur l’acceptabilité,

Comment concilier tourisme et environnement ? Privilégiez les vacances dans des hébergements certifiés responsables qui privilégient le tourisme durable : les hébergements bio, les hébergements locaux et les hôtels aux normes écologiques élevées sont souvent ceux qui proposent les tarifs les plus attractifs.

Comment le tourisme Peut-il contribuer au développement durable ?

Quel lien établir entre tourisme et développement ? Le tourisme est une activité imposée à la population locale, non initiée par elle. Au contraire, le développement et la promotion du tourisme sont assurés par ceux qui détiennent déjà les leviers du pouvoir et de la richesse, qu’ils soient dans le pays ou à l’étranger. Leur seul but : faire du profit.

Quel est l’importance du tourisme durable ?

Le tourisme peut être un facteur de régénération urbaine et de développement rural et réduire les déséquilibres régionaux en donnant aux collectivités les moyens d’assurer leur prospérité au niveau local. Le tourisme est également un moyen efficace d’intégrer les pays en développement dans l’économie mondiale.

La préservation de la biodiversité des sites touristiques et des ressources naturelles est l’un des objectifs du tourisme durable. De cette façon, il est plus facile d’attirer les touristes à long terme. La préservation du patrimoine et des identités culturelles est essentielle pour un tourisme durable.

Quelle est l’importance du tourisme? Le secteur du tourisme est un moteur important de la croissance économique, du développement des entreprises et de la création de nouveaux emplois, en particulier pour les femmes, les jeunes, les travailleurs migrants et les communautés locales.

À Lire  Croisière des lecteurs 2023 : Départ du Havre, cap à l'aube...