« Les agents doivent pouvoir exercer en société »

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

L’Agefi Actifs : Pourquoi l’Unapl a fait campagne pour distinguer le patrimoine personnel et professionnel de l’entrepreneur individuel alors que la loi a été votée en faveur de l’activité professionnelle indépendante ?

Michel Picon : Sur l’ensemble des indépendants, il y a 3,5 millions d’entreprises dont 20 % fonctionnent en société de capitaux, 80 % en nom propre. Nous avons voulu la même protection pour l’entrepreneur individuel que celle dont il bénéficierait s’il exerçait en société sans avoir à entreprendre de démarches préalables. Les dettes professionnelles sont portées par l’entreprise, les créanciers peuvent saisir les biens mais pas les biens personnels puisque les dettes sont contractées par l’entreprise. Depuis 2015 et la loi Macron, la résidence principale était protégée. La nouvelle loi protège tous les biens personnels de l’entrepreneur indépendant contre les créanciers professionnels.

Les banques ne pousseront-elles pas en pratique à renoncer à cet avantage lors de la souscription d’un crédit ?

Dans l’ensemble, les banques disent non. Lors de l’octroi d’un prêt professionnel, ils ne regardent pas le patrimoine de la personne mais la viabilité du projet et le rapport entre la capacité de remboursement et le montant du prêt. Dans certains cas, ils voudront peut-être être couverts sur des financements importants et demanderont la renonciation d’une partie du patrimoine. Si l’entrepreneur fait un pari en achetant des actifs pour un montant important par rapport à la valeur de son entreprise, ce n’est pas à la banque de soutenir ce pari. Mais cette renonciation sera partielle, devra faire l’objet d’un acte notarié avec information de l’épouse et des ayants droit.

Cette pratique est rare : les données du Registre des Hypothèques indiquent que les banques demandent de mettre en gage les biens personnels des entrepreneurs en EIRL de manière très exceptionnelle.

L’Unapl a aussi poussé à assimiler le fonds libéral au fonds commercial concernant la nouvelle possibilité d’amortissement sur dix ans, pourquoi ?

La loi n’offrait cette possibilité que pour une caisse commerciale, alors que les agents généraux ont une caisse libérale. Nous avons rédigé un amendement pour que l’un soit assimilé à l’autre. Ainsi, les agents généraux qui acquièrent un portefeuille d’assurances pourront l’amortir sur dix ans à raison d’un dixième chaque année, ce qui n’était pas possible jusqu’à présent car le portefeuille était considéré comme un actif incorporel. . Il reste des ajustements pour être sûr que l’indemnité compensatoire lors du transfert du droit à la commission à l’entreprise soit considérée par les services fiscaux comme un actif incorporel. Lorsque l’agent présente un acheteur à l’assureur, ce dernier doit l’approuver mais peut refuser la demande. Il doit alors verser, en échange de la reprise du portefeuille au vendeur, une indemnité compensatrice du même montant que celle de la cession initialement prévue.

Dans cette configuration, l’acquéreur du droit de commission bénéficiera-t-il de la mesure ? Nous avons demandé des éclaircissements à l’exécutif, mais aucun ministre n’est actuellement affecté aux TPE/PME et aux professions libérales.

À Lire  Nouveau statut de propriété unique

La facilitation de la transformation d’une entreprise individuelle en société de capitaux profitera-t-elle aux agents généraux ?

Beaucoup de freelances ne sautent pas le pas car les implications sont lourdes à l’échelle d’une petite entreprise. Les agents généraux ont un chiffre d’affaires important pour les indépendants, leur entreprise a la taille adéquate pour passer le cap mais presque toutes les compagnies d’assurance – sauf Axa et MMA – refusent que les agents travaillent dans des sociétés de capitaux. Une ordonnance en cours de rédaction précisera les modalités d’association, nous passons en revue toutes les professions libérales par métier pour être sûr qu’il n’y a pas de contre-indications. Nous poussons à inclure dans le texte un droit inaliénable pour les agents généraux d’exercer dans une société de capitaux. Agéa et France Assureurs sont actuellement en discussion pour trouver un accord malgré l’opposition des compagnies sans argument valable. Ils craignent d’être plus à risque avec une personne morale qu’avec une personne physique, qu’ils peuvent davantage surveiller et contraindre.

En effet, nul ne peut accomplir des actes de commerce à titre professionnel, s’il n’est juridiquement capable d’exercer le commerce. C’est ainsi que le mineur non émancipé, les incapables majeurs ainsi que dans certaines circonstances la femme mariée, sont incapables d’exercer le métier.

Qui peut demander une rupture conventionnelle dans la fonction publique ?

Qui peut demander une rupture conventionnelle dans la fonction publique ?

Tout agent public (fonctionnaire ou contractuel) nouvellement recruté dans la fonction publique de l’Etat doit fournir une attestation sur l’honneur à cet effet. Il doit attester qu’il n’a pas bénéficié d’une indemnité conventionnelle de rupture de l’Etat au cours des 6 années précédant son recrutement.

Comment amener l’employeur à accepter une rupture conventionnelle ? Privilégiez les discussions informelles au début. Dès que votre supérieur hiérarchique a connaissance de votre souhait d’obtenir une résiliation conventionnelle, vous pouvez alors lui adresser votre lettre de demande de résiliation conventionnelle.

Quel motif pour demander une rupture conventionnelle ?

Les principaux motifs de résiliation conventionnelle

  • A – L’insatisfaction au travail : première cause de départ. …
  • B – Lorsque le salarié souhaite mettre en œuvre un projet. …
  • C – Troisième cause : l’incompréhension. …
  • D – Les autres causes. …
  • A – Le malentendu : largement en tête.

Sur le même sujet :
Pour prendre en charge la gestion des données orbitales, IBM et Sierra…

Puis-je travailler pour une autre entreprise pendant mes congés ?

Puis-je travailler pour une autre entreprise pendant mes congés ?

Le Code du travail est clair : il est interdit aux salariés de travailler pendant leurs congés payés. Un salarié qui travaille pour un autre employeur pendant ses congés payés prive les demandeurs d’emploi de possibilité d’emploi.

Puis-je exercer deux activités professionnelles ? Vous ne pouvez exercer aucune autre activité qui pourrait concurrencer celle de votre employeur. Le cumul peut être interdit par des dispositions contractuelles ou par une clause dite d’exclusivité prévue dans le contrat de travail.