Les entreprises rompent avec les jeunes et redécouvrent les bienfaits des anciens !

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Quand j’avais 35 ans, la banque où je travaillais avait décrété que nous étions trop vieux et qu’il fallait nous renvoyer avant 40 ans, sinon la banque devait nous payer jusqu’à 65 ans, ce qui ne leur convenait pas vraiment. !

Vu l’implication des jeunes actuels et leur résistance à l’effort, les entreprises changent complètement de ton, au final les anciens c’était bien mieux même s’ils sont moins malléables et obéissants, et pour cause les jeunes ne sont pas obéissants, ils ne sont pas malléables, ils sont plutôt « chers » et en plus… la résistance à l’effort a disparu.

Nos pauvres enfants n’en sont pas vraiment responsables. Nous les avons élevés (je parle collectivement) dans une sorte de sentimentalité stupide à la Oui-Oui et son taxi jaune de la petite enfance. Il faut bien leur parler, il ne faut pas trop leur en demander, et même quand le cahier est pourri et moisi, la maîtresse porte un homme heureux (je parle de choses vécues personnellement). C’est pénible. Entre les écrans et les consoles, il n’y a plus de garçons de moins de 15 ans (13/14 ans) au club de foot qui font l’effort de pousser le ballon en vrai sous la pluie normande, jouer à Fifa 15 ou 18 c’est pas je sais ‘je n’oubliez pas que le numéro est beaucoup plus à l’aise dans la chaleur du fond de son canapé.

Tous les indicateurs qu’on leur donne, tous les repères sont faux.

Alors quand ils arrivent dans la dure réalité on ne s’en prive pas de la vie professionnelle c’est l’effondrement. Un effondrement évitable, car le but de l’entraînement est de vous préparer à affronter le monde des « grands ».

« De plus en plus de jeunes font les frais des conditions de travail difficiles souvent imposées aux débutants. Au point que certains connaissent le burnout dès le début de leur carrière. C’est le cas de trois d’entre eux qui ont accepté de témoigner.

Il y a une semaine, Justin Caumeil a cessé d’aller au restaurant traditionnel où il exerce, à Saint-Félix-de-Lodez (Hérault). Ce chef n’a que 27 ans, mais le voilà déjà en plein burn-out professionnel, comme d’autres jeunes de son âge.

Voilà, le pauvre Justin n’a même pas 30 ans et souffre déjà de burn-out. Je peux vous dire, malgré toute la sympathie que je peux avoir pour ce jeune Justin, que sa carrière de 42 ans lui paraîtra longue. Très long.

Cette information est à corréler pour comprendre sa portée avec cette autre information où l’on vous explique que, finalement, recruter des seniors c’est tellement mieux ! C’est sur le Courrier International.

Opéra. « Recherche un professionnel de plus de 50 ans » : parce que les seniors sont appréciés des entreprises

« Trop vétustes, trop chers… Bref, trop vieux : les seniors sont souvent injustement licenciés par les recruteurs. Mais dans des pays vieillissants comme l’Espagne, l’expérience et le savoir-faire deviennent une perle rare pour les entreprises, écrit le journal conservateur El Mundo.

« Nous surestimons la valeur de la jeunesse elle-même et nous avons cessé de valoriser les choses les plus intangibles : la résilience, l’humilité, la capacité à s’adapter au changement, le fait que la vie vous a appris à souffrir, à accepter la frustration. Des choses que seule l’expérience vous donne et qu’aucun master ou école de commerce ne peut enseigner ».

Ces mots sont ceux de Gonzalo, un entrepreneur (vétéran) dans le secteur de la communication, qui a depuis longtemps changé la liste des compétences requises dans ses offres d’emploi :

« Je recherche un professionnel de plus de 50 ans. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations. »

À Lire  Cyberattaques : les entreprises doivent se protéger pour être en sécurité

« Pendant longtemps, on n’a pas voulu des jeunes sous prétexte qu’ils ne pouvaient rien faire, poursuit Gonzalo. Seules l’expérience et l’ancienneté ont été évaluées. Aujourd’hui, sous l’effet de balancier, nous sommes dans la situation inverse : les jeunes sont désormais des professionnels hautement qualifiés, mais les travailleurs ayant quinze ou vingt ans d’expérience ne peuvent pas être licenciés simplement parce qu’ils sont plus branchés ».

Mais il y a une vraie raison pour laquelle il ne s’affiche pas.

Non, les jeunes ne sont en aucun cas mieux formés.

Ils sont généralement mauvais en tout, et peut-être parfois bons techniquement lorsqu’on leur demande d’essuyer des écrans ou de toucher un clavier, et encore, du haut de mes presque 50 ans, je peux vous dire que j’en sais plus sur les réseaux sociaux et sur le fonctionnement des des ordinateurs et des mulots comme le disait Chirac dans Les Guignols de beaucoup de jeunes qui confondent compétences et savoirs avec l’usage des écrans.

Les jeunes sont techniquement mauvais et mal formés. Mais à tout le moins, il peut être comblé et les lacunes peuvent être comblées.

Ce que vous ne pouvez pas changer, cependant, c’est un état d’esprit.

Et quand on a une grande fatigue professionnelle à 27 ans, alors qu’on est déjà épuisé avant de commencer, le problème sous-jacent est comportemental et ce n’est pas le métier de l’entreprise de faire de la psychothérapie pour des jeunes qui suivent une éducation ratée collectivement sans goût pour l’effort là où les stands sont érigé dans la vérité.

Je peux donc vous faire une prédiction selon laquelle cela se réalisera et mes poulets seront d’accord.

Les anciens seront plus appréciés. Il y aura deux catégories de jeunes. Qui comprend la nécessité de l’effort et l’hypocrisie de la société et du système éducatif et qui préfère croire au non-sens.

Les premiers seront très peu nombreux.

Ils se débrouilleront avec brio dans un monde d’adorables paresseux. .

Et les gentils paresseux, bien plus nombreux, demanderont de plus en plus aux premiers au nom de la justice sociale.

Et le pays va faire faillite et nous sommes sur la bonne voie.

Alors que tout cela pourrait être évité. Comme, comment ? Avec sagesse et bon sens et en faisant ce qui a toujours été fait. Nous équilibrons jeunes et vieux. Les anciens forment les jeunes et transmettent leur savoir et leur façon de faire. Mais même cela se perd dans les limbes d’une société qui devient folle.

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire exempt de reproduction intégrale ou partielle sous réserve que ce paragraphe soit reproduit après celui-ci. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime au quotidien et propose un analyse de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous inscrire gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com.

Source Courrier International ici

Qu’est-ce que la chronique d’Agora ?

Qu'est-ce que la chronique d'Agora ?

La Chronique compte aujourd’hui 50 000 lecteurs en France (sans compter les éditions étrangères, publiées en trois langues dans six pays) à qui nous apportons perspectives économiques, analyse des marchés mondiaux et idées d’investissement à contre-courant.

Ceci pourrez vous intéresser :
Un nouveau complément santé construit avec nos clients pour répondre au plus…

Qui est Philippe Béchade ?

Qui est Philippe Béchade ?

Philippe Béchade écrit des rapports macroéconomiques quotidiens et de nombreux essais financiers depuis dix ans. Intervenant quotidiennement sur BFM depuis mai 1995, il est aussi la « voix » de l’actualité boursière internationale sur RFI depuis juin 2002.