Les États-Unis limitent fortement les exportations de semi-conducteurs vers la Chine

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le SMIC est le meilleur espoir de la Chine pour une plus grande autosuffisance en semi-conducteurs. Crédit : SMIC.

La nouvelle était attendue. L’administration Biden a publié une série de directives (pdf) le 7 octobre pour limiter les exportations de semi-conducteurs et d’outils de fabrication vers la Chine. Ils sont conformes aux décisions antérieures.

La guerre des semi-conducteurs fait rage

Washington franchit une nouvelle étape dans la rivalité technologique qui l’oppose à la Chine. Pour les États-Unis, c’est un souci de sécurité nationale d’entraver les efforts de l’Empire du Milieu et de certaines de ses entreprises pour se doter de semi-conducteurs avancés et des outils pour les fabriquer.

Selon Uncle Sam’s Country, les puces peuvent être utilisées dans des technologies à double usage, civiles et militaires. Ils sont utilisés dans les supercalculateurs pour le calcul haute performance ou pour alimenter l’intelligence artificielle (IA). Ils permettent de développer des armes technologiquement avancées, y compris des armes de destruction massive, ainsi que des solutions de surveillance de masse qui menacent les droits de l’homme.

Alan Estevez, secrétaire au commerce, à l’industrie et à la sécurité, a déclaré à propos des nouvelles directives :  » L’environnement des menaces évolue constamment et nous mettons à jour nos directives aujourd’hui pour nous assurer que nous relevons les défis posés par la République populaire de Chine tout en poursuivant notre sensibilisation et notre coordination. efforts avec nos alliés et partenaires.

Le New York Times rapporte que de hauts responsables ont assuré que les règles créées n’auront qu’un impact limité sur les entreprises privées chinoises. Néanmoins : la recherche sur la conduite autonome, l’imagerie médicale, le séquençage génétique, la logistique, la modélisation du changement climatique et de nombreux autres secteurs pourraient être touchés.

Les semi-conducteurs sont un point faible du développement technologique chinois. Les efforts de Pékin pour être moins dépendant des pays étrangers ont eu des résultats mitigés. En juillet, Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC) a quand même réussi à graver une puce de 7 nm, malgré les précédentes restrictions américaines. Un exploit qui a fait un choc à la Maison Blanche.

Un expert de l’industrie en Chine a déclaré au Financial Times, sous couvert d’anonymat, « Nous sommes dans un cycle négatif où les États-Unis continuent de faire pression pour des restrictions, ce qui incite les Chinois à s’efforcer d' »atteindre l’indépendance technologique, ce qui à son tour pousse les États-Unis à d’introduire des restrictions plus strictes.

Etudiant et indépendant : comment s'organiser ?
Sur le même sujet :
Dans le groupe général des étudiants, on retrouve ceux qui ont une…

Les États-Unis imposent des règles extraterritoriales

Les restrictions entrent en vigueur progressivement au cours du mois d’octobre. Dans le détail, le nombre d’équipements américains qui ne peuvent être exportés vers la Chine que via une licence spéciale obtenue auprès du ministère du Commerce a été augmenté. Cela s’applique aux semi-conducteurs, mais aussi aux outils utilisés pour les produire.

28 organisations chinoises ont été ajoutées à la « Liste des entités ». Les entreprises figurant sur cette liste, telles que Huawei ou SMIC, ne peuvent obtenir des produits américains qu’en obtenant l’approbation d’une agence du ministère du Commerce, le Bureau américain de l’industrie et de la sécurité (BIS).

Une branche de la société d’intelligence artificielle SenseTime fait partie des nouveaux venus, aux côtés de laboratoires, de centres de recherche liés à l’Institut de technologie de Pékin ou au National Computing Center en Chine. 31 organisations ont été placées sur une liste intermédiaire. Ils pourront basculer sur la Entity List s’ils ne se soumettent pas au contrôle des autorités américaines.

À Lire  Strasbourg : Des chômeurs de longue durée apprennent à créer leur entreprise en sept jours

La mesure la plus spectaculaire, inspirée de celles prises contre Huawei, est extraterritoriale. Les entreprises étrangères qui vendent certains produits contenant de la technologie, des logiciels ou des machines américaines à la Chine seront susceptibles d’être ajoutées à la liste des entités. En 2019, l’existence même de Huawei, alors leader des équipements réseaux et des smartphones, aurait été menacée par cette sanction.

Dernière décision notable, les citoyens américains ne pourront pas travailler à des postes stratégiques dans les entreprises concernées. Le Financial Times rapporte qu’il s’agit d’environ 200 personnes selon les renseignements taïwanais. Un représentant de l’industrie chinoise a déclaré au journal britannique : « C’est une plus grosse bombe que de nous empêcher d’acheter du matériel. Il a ajouté : « Nous devons trouver un moyen pour que ces personnes continuent à travailler pour notre entreprise. C’est très difficile. La plupart d’entre eux ne veulent pas renoncer à leur passeport américain.

La Chine réagit faiblement, dans un premier temps

Dans l’immédiat, la réponse de la Chine était simplement déclarative. A noter que Pékin est en pleine préparation du 20e Congrès du Parti communiste, qui devrait inaugurer Xi Jinping pour un troisième mandat à la tête.

CNBC rapporte seulement que le Département d’État a condamné un abus des « mesures de contrôle des exportations pour bloquer et entraver inutilement les entreprises chinoises ». Il a pointé du doigt une « pratique qui va à l’encontre du principe de concurrence loyale et des règles du commerce international » et a averti qu’elle nuirait également aux entreprises américaines.

Au contraire, l’administration Biden a promis que ces mesures ne les affecteront que marginalement. Les puces ciblées ne sont que les plus avancées. Le secteur craint surtout d’être dépassé par des concurrents étrangers ou chinois sur un marché immense.

La Semiconductor Industry Association, qui représente pratiquement toutes les entreprises américaines de semi-conducteurs, a reconnu les besoins en matière de sécurité nationale, mais « exhorte le gouvernement américain à mettre en œuvre les règles de manière ciblée – et en coopération avec des partenaires internationaux – pour aider à uniformiser les règles du jeu et à réduire les dommages involontaires. à l’innovation américaine. »

Les conséquences des mesures de Washington sur les semi-conducteurs restent à voir

L’application des directives américaines sera scrutée. La nécessité de licences n’interdit pas en soi les exportations. Il y a tout juste un an, les données du département du Commerce montraient que Huawei et le SMIC, sur la liste des entités, pourraient bénéficier de 100 milliards de licences entre novembre 2020 et avril 2021. Cela a suscité de nombreuses critiques de la part de l’administration démocrate. .

L’Office de l’industrie et de la sécurité a promis d’être extrêmement dur dans l’octroi de l’autorisation dans ce cas. L’agence s’attend à recevoir au moins 1 600 demandes de licence supplémentaires par an.

Alors les marchés sont déjà en panique. Ce lundi 10 avril, la valeur boursière des principaux fabricants chinois de puces électroniques a chuté de 7,7 milliards de dollars. Alors que de nombreuses jeunes entreprises, alimentées par les récents efforts d’autosuffisance chinois dans le domaine, ne sont pas cotées, la réaction du marché est révélatrice.