Les normes de supervision NFT en Chine se précisent

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Pékin n’apprécie pas le caractère décentralisé de la blockchain, censée garantir l’anonymat des utilisateurs lors des transactions en crypto-monnaies. Photographie : Unsplash.

Contrairement à la blockchain et à son caractère décentralisé, Pékin tente de contrôler cette technologie. Pour le gouvernement, cela représente un risque en raison de la confidentialité des transactions en crypto-monnaie. Le pays souhaite notamment réguler le marché des NFT, qui représente une opportunité économique majeure. Les entreprises technologiques ont été encouragées à développer une alternative aux jetons non fongibles. Tencent, Ant Group et Baidu, en collaboration avec l’Association chinoise de l’industrie culturelle, créée avec l’autorisation du Conseil d’État, travaillent sur des collections numériques, des termes utilisés pour décrire les NFT en Chine. Le 30 juin, ils ont publié une proposition de développement conjointe pour « l’industrie des objets de collection numériques ».

Fin de l’anonymat des transactions et interdiction de la spéculation

Un an après l’interdiction des crypto-monnaies sur son territoire, le gouvernement chinois tente toujours de renforcer son contrôle sur le marché numérique. Conscient du poids économique des NFT, Pékin encourage les entreprises à développer des technologies hors blockchain. Les autorités ne veulent pas d’un système décentralisé où les utilisateurs échangent sous couvert d’anonymat, surtout si les transactions sont effectuées avec une monnaie alternative au yuan.

Après plusieurs mois de travail et de réflexion, des géants de la tech, dont Tencent et Ant Group, ont défini des standards spécifiques pour les objets de collection numériques. Ils ont également défini les bonnes pratiques que l’industrie devrait suivre. Selon les propositions, les plateformes de trading NFT doivent avoir une licence réglementaire, les utilisateurs doivent être facilement identifiables, la protection intellectuelle doit être garantie et la spéculation financière sera strictement interdite.

Sur le même sujet :
Publié ce vendredi 14 octobre, le rapport de la Chambre Régionale des…

Le yuan numérique comme monnaie d’échange pour les NFT

Certaines entreprises chinoises proposent déjà des marchés en ligne pour vendre des objets de collection numériques. Les Behemoths Tencent, Ant Group et Baidu utilisent une blockchain privée pour garantir le fonctionnement de leur plateforme de vente NFT. Les utilisateurs ne peuvent payer pour effectuer des transactions qu’avec la monnaie fiduciaire, le yuan. Le trading secondaire, en dehors de la plateforme, est également interdit pour éviter l’inflation des prix.

À Lire  Webador, la plateforme pour créer facilement son propre site web

D’autres sociétés comme Bilibili, le leader chinois du streaming vidéo, ne respectent pas actuellement ces normes. La société souhaite vendre ses NFT en dehors de la Chine et a fait appel à une société singapourienne pour lancer une collection basée sur Ethereum.

Tencent et Ant Group prévoient de rester sur le marché chinois, mais opèrent avec prudence face aux efforts de Pékin pour contrôler leurs activités. Pour apaiser le gouvernement, les deux sociétés se sont mises d’accord sur le terme « objet de collection numérique ». Ils ont également déclaré vouloir lutter contre la spéculation et les éventuelles arnaques liées aux NFT.

Malgré leurs efforts, Tencent et Ant Group se retrouvent dans une position précaire. Le yuan numérique, une monnaie numérique de la banque centrale (MNBC), a été conçu avec la coopération des deux sociétés. Pékin pourrait envisager d’utiliser la monnaie pour les transactions numériques de collection, ce dont les géants de la technologie ne sont pas satisfaits. Ils ont déjà leurs propres applications de paiement, WeChat Pay et Alipay, et ils craignent que la démocratisation de ce MNBC ne les laisse sur la touche pour l’avenir des systèmes de paiement en ligne.