Les urgences de la clinique Lesparre ont été fermées à 2 heures du matin…

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Par Julien LestagePublié le 01/07/2022 à 17:23

Dimanche 3 juillet et lundi 4 juillet, le service des urgences de la clinique mutualiste de Lesparre fonctionnera en mode dégradé la nuit, à partir de 20 heures. à 9 h. Une situation qui pourrait se répéter durant l’été

La clinique mutualiste de Lesparre, propriété du Pavillon de la Mutualité, n’échappe pas aux difficultés de recrutement rencontrées par les autres établissements de santé sur l’ensemble du territoire national. « Malgré nos recherches et les appels aux agences d’intérim, nous sommes actuellement incomplets en personnel médical pour ce dimanche 3 juillet et ce lundi 4 juillet. En conséquence, sur ces deux jours, le service des urgences de la clinique sera fermé à partir de 20h avec entrée régulée par le médecin », précise la direction de l’établissement dans un communiqué. Dans le détail, cela signifie que les patients qui ne mettent pas leur vie en danger ne pourront pas être pris en charge par la clinique dans cette plage horaire de nuit et jusqu’à 9h le lendemain matin.

Priorité à l’urgence vitale

Dans ce fonctionnement en « mode dégradé », la clinique mobilise son personnel sur le Smur (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation) et l’accueil des patients en urgence vitale. Quant aux patients non urgents, ils seront redirigés vers la médecine de ville et les centres de santé. Ils peuvent également se rendre aux urgences le lendemain. Selon Yann Pilatre, le directeur du Pavillon de la Mutualité, « cette procédure dégradée pourrait se déclencher à nouveau durant l’été à Lesparre. Notre clinique de Pessac connaît le même problème ». juin, l’exécutif n’a pas caché que le mois de juillet allait être particulièrement compliqué à gérer en termes d’horaires.

À Lire  Carnet de santé - Dr Christian Recchia : "La maladie de Crohn ne tue pas. Mais c'est très fatiguant"

A voir aussi :
Auteur : Agnès Lanoelle – a.lanoelle@sudouest.fr Publié le 17.1.2023. à 17h15Face à…