Liberté d’entreprendre et obligation de non-concurrence : quelles sont les limites ?

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Chacun a le droit de faire ce qu’il veut. En tant qu’associé, votre situation est plus compliquée : vous êtes le dépositaire des secrets de votre entreprise. Mais personne ne peut vous empêcher de miser sur plusieurs sociétés à la fois pour sécuriser vos intérêts… Sauf si vous signez une clause de non-concurrence.

Que fais-tu vraiment en signant une telle phrase ? Nous vous informons.

Être associé, c’est être libre

L’étendue de votre liberté en tant qu’associé dépend de votre apport en espèces, en nature ou en industrie.

Le principe de la liberté de l’associé

La création d’une entreprise n’est rien d’autre que la somme des contributions de nombreuses personnes, désireuses d’unir leurs forces. Il y a des donateurs en industrie, mais aussi en capital (en numéraire ou en nature).

Le partenaire capitalistique n’a pas une concurrence aussi libre vis-à-vis du bailleur de fonds industriel.

Les associés particuliers

En effet, l’associé qui entre dans la constitution des parts a une règle sans aucune obligation de non-concurrence, il est libre. Par liberté, nous entendons :

1er Congrès des Super Conseillers FNAE | FNAE
A voir aussi :
Un soleil radieux de bon augure pour cette journée historique (oui, c’est…

Votre liberté s’arrête là où commence la signature d’une clause de non-concurrence …

La situation est différente pour deux groupes de partenaires :

Le partenaire étant libre, si l’entreprise veut retenir l’attention d’investisseurs privilégiés, elle doit leur imposer une clause de non-concurrence.

À Lire  Expert-comptable... et potentiel prescripteur d'assurance

Une clause de non-concurrence peut être insérée dans les statuts comme dans le pacte d’actionnaires.

Il est bon de connaître vos droits : ce n’est pas parce que vous avez signé une clause de non-concurrence qu’elle est légale. Pour être licite, une clause de non-concurrence doit répondre aux trois conditions suivantes :

Il est bon à savoir : si en plus de votre qualité d’associé, vous êtes salarié de l’entreprise, l’indemnité de non-concurrence doit être réglée dans le contrat de travail.

….ou l’obligation de loyauté

Attention toutefois si vous êtes bénéficiaire d’une clause de non-concurrence. Le non-respect de celle-ci peut entraîner votre responsabilité contractuelle, voire la suspension des opérations concurrentielles. Par conséquent, l’honorer ne doit pas être pris à la légère.

Votre travail ne s’arrête pas là. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas signé de clause de non-concurrence que vous pouvez obtenir quoi que ce soit.

En tant qu’associé, vous serez sanctionné si vous êtes à l’origine d’une concurrence déloyale, c’est-à-dire si vous dénaturez les informations que vous avez reçues lorsque vous étiez associé, en utilisant des informations confidentielles, la stratégie de l’entreprise, l’entreprise. la promotion, la fausse déclaration des clients ou la divulgation de secrets commerciaux.

Avant de vous laisser tenter en recrutant un candidat qui souhaite vous faire entrer au capital de son entreprise pour un tel projet, vous avez désormais toutes les clés en main pour ne pas vous tromper !

Kenza Bennani