Site icon bip-perpignan

L’impact économique de l’approfondissement des accords commerciaux préférentiels

Les accords commerciaux préférentiels sont de plus en plus composés de documents juridiques complexes couvrant un large éventail de politiques frontalières et transfrontalières. Par conséquent, les changements systémiques dans la structure de ces accords peuvent avoir des effets plus complexes que ceux capturés par l’approche conventionnelle consistant à contrôler la présence (ou l’absence) d’un accord entre chaque paire de pays dans les équations commerciales. Dans cet article, nous nous appuyons sur les développements récents de la littérature sur la gravité structurelle et explorons les impacts économiques inégaux découlant des différentes dispositions des accords, c’est-à-dire frontière intensive de l’intégration régionale.

La première étape de l’analyse consiste à identifier des groupes d’accords statistiquement significatifs en fonction de leur contenu. Nous nous appuyons sur une description complète des dispositions incluses dans les accords, basée sur la nouvelle base de données de la Banque mondiale sur les accords commerciaux approfondis. Nous utilisons des informations sur tous les domaines politiques (à l’exception des tarifs) couvrant les objectifs, les engagements et les procédures d’application présents dans les textes juridiques, ainsi que les annexes disponibles des 278 accords en vigueur notifiés à l’OMC d’ici 2018. La complexité des informations sous-jacentes nous oblige, à classer les dispositions détaillées en catégories, à évaluer l’ambition de chaque catégorie dans chaque accord et enfin à regrouper les accords selon leur similitude en termes d’ambition des dispositions qu’ils contiennent. Ces accords, notifiés à l’OMC, contiennent 906 dispositions classées en 18 catégories. En utilisant un algorithme de classification puissant, nous obtenons trois groupes d’EPA, où la distance entre les observations au sein de chaque groupe est minimisée et la distance entre les groupes est maximisée.

La tâche suivante consiste à évaluer l’impact commercial de chaque catégorie d’accords, en tenant compte de notre classification des accords. Là encore, nous laissons parler les données et estimons l’impact moyen de l’appartenance à une transaction positionnée dans un groupe particulier. Dans notre évaluation des effets commerciaux de différents types d’accords, nous prenons en compte les flux commerciaux internes (commerce à l’intérieur de chaque pays). Cela confirme la pertinence de notre classement : les trois groupes ont des impacts statistiquement différents sur le commerce, et nous les nommons mnémoniquement « profond », « moyen » et « limité » selon leur impact décroissant sur le commerce. La figure ci-dessous représente les dispositions des trois types dans l’espace de classification.

La dernière étape de l’analyse consiste à quantifier l’impact d’accords commerciaux hypothétiques sur le commerce et le bien-être avec une ambition différente. En connaissant l’impact des différents groupes d’accords sur le commerce, nous pouvons estimer les conséquences économiques de l’approfondissement des accords existants. Nous déplaçons d’abord tous les accords existants de leur groupe vers les plus ambitieux (les dits « profonds ») et vérifions leurs effets économiques. Étant donné que nous ne modifions pas le réseau d’accords, mais uniquement leur contenu, cet exercice saisit la variation marginale intensive de l’intégration commerciale régionale. Nous montrons que l’approfondissement de tous les accords commerciaux existants pourrait accroître le commerce mondial de 5 % et le PIB mondial de 1 % par rapport au scénario de référence. Peu de pays sont affectés négativement par l’approfondissement de la coopération commerciale, ce qui illustre l’importance d’accords de coopération commerciale intensifs. Nous simulons ensuite un approfondissement séparé des accords existants au sein de chaque région et entre régions. Les résultats sont variés selon les régions de l’économie mondiale, compte tenu des ambitions actuelles des APE signés et des différences de taille des marchés régionaux. Les pays de la région de l’Asie de l’Est et du Pacifique bénéficieraient principalement de l’approfondissement des accords commerciaux préférentiels au sein de la région, tandis que les pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord bénéficieraient davantage de l’approfondissement des accords commerciaux préférentiels avec des partenaires extérieurs à la région. Toutes les autres régions se situent entre ces deux extrêmes. Comme la diversité des préférences politiques peut être plus grande entre les régions qu’au sein d’une même région, il devrait être plus facile d’approfondir les accords commerciaux régionaux. Mais les avantages de ces différentes stratégies d’intégration (au sein ou entre les régions) différeront finalement d’un pays à l’autre.

Quitter la version mobile