L’Intelligence Artificielle accélère son adoption dans les entreprises…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Après trois ans de travail acharné, le premier déploiement d’entreprise à grande échelle a montré leur énorme contribution en termes d’amélioration des performances. D’abord soutenu par une direction générale visionnaire, l’utilisation des données dans les services d’efficacité opérationnelle et maintenant la création de nouveaux revenus est ronde. L’année 2023, pour diverses raisons et l’arrivée de nouvelles innovations révolutionnaires telles que GPT-3 Chat, verra une adoption accélérée de l’Intelligence Artificielle dans les entreprises.

Une prise de conscience commune

C’est d’abord l’efficacité opérationnelle qui passe par l’Intelligence Artificielle. Des entreprises comme Pernod Ricard, par exemple, ont choisi de se concentrer sur l’optimisation de leur cœur de métier : augmenter leur chiffre d’affaires et réduire leurs coûts. C’est très simple quand on y pense. A partir de données historiques et locales, Pernod Ricard a construit avec succès des assistants pour chacun de ses territoires qui permettent à ses commerciaux de recevoir des recommandations hebdomadaires sur les 30 meilleurs points de vente à visiter et, pour chacun, l’action à mener (Next Best Action). Les résultats ne se sont pas fait attendre et tous les domaines devaient être complétés. De même, en intégrant les données de consommation des clients et leurs investissements marketing sur l’ensemble des canaux, Pernod Ricard a pu créer un modèle lui permettant d’optimiser automatiquement les dépenses des annonceurs et ainsi de maximiser ses revenus.

En se concentrant sur des projets liés à leur cœur de métier, de nombreuses entreprises ont vu leurs efforts récompensés, la confiance de la Direction Générale a été renforcée et certaines, comme La Poste et Philippe Wahl, en ont fait leur passe-temps. En un an, nous avons assisté à une prise de conscience fulgurante et à la généralisation de la transformation Data IA à toutes les entreprises.

Ces « early adopters » en avaient démontré plus d’un : que dans un univers complexe impliquant de nombreux paramètres, le calcul remplace l’instinct ou l’expérience humaine. On s’en rend un peu compte quand on doit aller sur la Lune ou avoir des pouvoirs de fission nucléaire, mais notre toute-puissance ne les a pas encore reçus dans notre travail quotidien. Fait de telle manière qu’aucune bonne stratégie commerciale ne peut exister sans une stratégie Data IA.

En plus de ce pouvoir initial de création de valeur, dont la démonstration est encore une science en soi, ces entreprises, souvent cotées, vont en faire la promotion pour influer sur le cours de bourse de leur action. En justifiant leur investissement auprès des analystes par des résultats probants, ces entreprises créeront un cercle vertueux dans lequel le marché sanctionnera les entreprises n’ayant pas fait preuve d’optimisation quantitative de leurs activités. Il y a fort à parier que le conseil d’administration de Scorecard verra de nouveaux indicateurs non plus l’avancement de la transformation Data IA où l’on peut placer ce que l’on veut, mais les résultats obtenus.

Le chat GPT-3, une nouvelle révolution

À Lire  Microsoft teste un plan familial pour Game Pass Ultimate

La fin de l’année 2022 marque une véritable révolution et enfonce le clou avec le lancement d’une nouvelle offre baptisée Chat GPT-3 qui va dégrader nos bons vieux chatbots et autres moteurs de recherche que nous avons utilisés des mois voire des années à appliquer à d’anciens classements. Un peu comme passer d’un TSF à un téléviseur 4K en 5 ans. Qu’il suffise de dire que la généralisation de l’utilisation de ce type de modèle avec sa proximité avec le test de Turing satisfera grandement toute interaction dans le domaine de l’entreprise créera une fois de plus un standard de fait dans la création de documents et les interactions multimodales telles que l’expérience utilisateur, les moteurs de recherche, et toute la gestion des connaissances au sens large en entreprise.

Le premier usage portera sur la relation client. Le contraste saisissant dans le contexte post-Covid des généralisations digitales fondées en partie sur la qualité de l’expérience client mettra bientôt une pression énorme sur les chatbots historiques et obligera des pans entiers de la relation multicanal à basculer vers ces nouveaux outils. On peut même imaginer de nouvelles formes d’interactions ou de parcours clients loin de la mode « moteur de recherche et panier ». De quoi occuper nos webmarketeurs et les éloigner du fantasme tridimensionnel du Métavers.

De la même manière, ces nouveaux outils (surtout dans la version 4, qui sera véritablement multimodale) ouvrent d’énormes perspectives pour tous les métiers de l’entreprise qu’il s’agit de « produire » à partir de bases de connaissances ou de documents que l’on peut désormais intégrer. , y compris les règles d’ingénierie. Au-delà de la synthèse de documents jusqu’ici bien plus que prévu, on peut facilement rechercher, créer des parties d’appels d’offres rapidement, … et trouver de nouveaux assistants qui viendront encore une fois améliorer les performances de l’entreprise.

Ne vous méprenez pas, GPT n’est pas un gadget mais une véritable percée. Ainsi, en 2023, nous entrons dans un nouveau cycle d’innovation en Intelligence Artificielle grâce à l’extraordinaire capacité de ces nouveaux modèles. Nous devrons les maîtriser et les perfectionner, mais comme leurs prédécesseurs, ils rendront un immense service à l’entreprise et contribueront énormément à faire de ces technologies un nouveau confort dont nous ne pouvons plus nous passer.

On assistera donc en 2023 à une généralisation de l’application de l’Intelligence Artificielle dans les entreprises tant pour l’efficacité opérationnelle que pour générer des revenus basés sur de nouvelles offres. Une accélération sans précédent qui permettra à nos entreprises de maintenir leur compétitivité dans un contexte économique qui demande non seulement de l’énergie, que nous n’avons pas besoin de dépenser ailleurs pour gagner la plasticité imposée par l’évolution de notre monde, mais aussi la force de résister aux tempêtes qui viens. .

Par Stéphane Roder, Président d’AI Maker

<<< Lire aussi : Intelligence Artificielle et Actuariat 4.0 >>>