Longue balade en bateau : quels équipements de sécurité, électriques et de confort ?

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

600 plaisanciers expérimentés ont répondu à l’enquête de Sail The Word, association proposant divers services dans le domaine de la grande croisière (cartographie, forums, actualités, etc.). Cette étude, qui portait sur l’adaptation de l’équipement des voiliers de grande croisière aux besoins réels, a permis de savoir ce qu’il fallait mettre à bord et ce dont on pouvait s’en passer.

Quel bateau et quel programme ?

Quel bateau et quel programme ?

80% du temps, le catamaran monocoque remporte le choix d’un bateau de grand voyage dont la taille est majoritairement comprise entre 10 et 17 m. Les catamarans ont une longueur plus longue, 12-17 m.

Le marché de l’occasion est le plus représenté, puisqu’il s’agit presque également d’appareils construits dans les années 1975-1990 (25%) ou dans les années 2000-2010 (25%) ; pour les plus anciens, des bateaux de près de 50 ans à 12 ans, les plus récents.

Au programme des navigateurs au long cours, le tour de l’Atlantique remporte 45 %. Le Tour du Monde et la région méditerranéenne sont presque à égalité avec respectivement 28% et 27% des suffrages.

Enfin, les voyageurs long-courriers préfèrent au moins 3 ans de temps de navigation pour la majorité (61%).

Pour préparer le bateau, il est conseillé aux voyageurs de le faire à l’avance, au moins 1 an à l’avance, sinon deux, pour ne pas être pris dans la cohue lors du départ. S’impliquer dans la préparation, c’est aussi développer des compétences techniques. Ainsi, 62% du panel privilégie le fait de travailler avec des professionnels de la mer, tandis que d’autres préfèrent mettre la main à la pâte et bricoler (24%).

Mahé prévoit d'accueillir des navires de croisière en août
Sur le même sujet :
Mahé prévoit d’accueillir des bateaux de croisière en août Les Seychelles, qui…

L’électronique du bord, quels indispensables ?

L'électronique du bord, quels indispensables ?

Sur une liste de 17 appareils, seuls 12 ont été agréés par ce groupe de grands voyageurs, dont les deux principaux : un GPS de base et un appareil de navigation (log, vitesse, composeur, vent) qui sont indispensables. Le contrôleur de vitesse du vent ferme la liste de précision lorsque l’ordinateur de navigation fixe ou le sextant est laissé derrière. Voici une liste complète des éléments essentiels pour la croisière long-courrier :

L’avis des marins : « En électronique, il ne sert à rien de multiplier les affichages. On ne passe pas sa vie en pleine mer le nez collé à l’écran. En revanche, privilégiez la qualité et la fiabilité des produits. Un bon pilote de bord est important pour le reste de l’équipage. N’oubliez pas la girouette, qui peut être un excellent barreur sans dépenser d’énergie. »

Sur les 14 appareils électroniques restants proposés, seuls cinq sont préférés par les répondants : balise de détresse EPIRB, transpondeur AIS et balise MOB AIS individuelle pour la sécurité, modem satellite lent (type iridium GO) pour la communication ou l’autoradio et haut-parleurs marinés pour le confort. La balise de suivi doit atterrir sur le fil, c’est donc à vous de décider ce qui vous semble le plus rassurant.

À Lire  Sailorz Film Festival, la projection de films de voile en compétition dévoile sa programmation

La plupart des plaisanciers longue distance choisissent un équipement à la fois essentiel pour la sécurité et facile à utiliser.

Liste complète des appareils

Un fonctionnement autonome ou des équipements interdépendants ?

Un fonctionnement autonome ou des équipements interdépendants ?

Près de 60% des navigateurs au long cours choisissent des équipements autonomes et interfacés uniquement en cas de besoin via un protocole d’échange de données (type NMEA 0183). 42% préfèrent un ensemble d’appareils interdépendants d’une même marque (Pilote, radar VHS, AIS, centrale, connectés au même réseau bus (type NMEA 2000)).

L’avis des marins : « Les marins confirmés ont peur de mettre tous leurs équipements sur une seule dorsale (réseau), où la défaillance de quelques composants peut provoquer des pannes globales plus difficiles à diagnostiquer. Le partage des équipements permet un meilleur isolement des problèmes et une meilleure autonomie. Il est également important de ne pas surcharger le réseau NMEA 2000 avec trop d’appareils qui peuvent modifier la transmission d’informations importantes, notamment au pilote automatique.

Quels équipements pour produire son énergie à bord ?

Quels équipements pour produire son énergie à bord ?

Dans la liste des 9 appareils destinés à générer de l’énergie à bord, 4 sont majoritairement reconnus, dont 3 « durables ». Un panneau solaire est considéré comme presque essentiel, suivi d’un moteur-générateur de grande puissance (pour charger les batteries diesel) et, dans une moindre mesure, d’une éolienne et d’un générateur hydroélectrique. Moyens principalement écologiques de produire sa propre énergie. Les génératrices, qu’elles soient diesel ou portatives, doivent être mises à la terre.

Le confort à bord, où placer le curseur ?

Le confort à bord, où placer le curseur ?

La liste des commodités à bord d’un bateau peut être très longue. Encore une fois, lors d’une croisière en eaux bleues, il est important de savoir ce que vous considérez comme important et ce dont vous n’avez pas besoin ou dont vous avez très peu besoin. Surtout pour tout ce qui concerne la nourriture et l’eau.

Sur les 16 équipements proposés aux marins STW, seuls 6 attirent l’attention des voyageurs fréquents, un nombre presque égal de réfrigérateurs et de moteurs thermiques auxiliaires. Viennent ensuite différents types de pompes, qui ont toutes plus ou moins le même nombre d’adhérents : pompe à pied eau de mer, pompe eau douce électrique et pompe à pied eau douce. Un agent anti-pollution écologique complète cette liste.

Le moteur de bateau électrique et le boîtier de pompe à eau de mer électrique présentent un certain intérêt, mais sont sur le point d’être sur la liste des incontournables. L’équipement qui retient le moins l’attention des plaisanciers est sans aucun doute le climatiseur.

Conseil de marin : rappelez-vous que tout équipement qui n’est pas essentiel entraînera un besoin d’entretien et de mises à niveau qui auraient pu être évités. La commodité, c’est d’avoir les choses les plus importantes que vous pouvez gérer vous-même. »