Malgré la loi Sapin II, les dispositifs anti-corruption internes des entreprises restent peu mobilisés

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Depuis 2016 dans la loi dite « Sapin II », la notion d’éthique et de management a pris une tournure plus concrète. Cette loi vise à renforcer la transparence des pratiques organisationnelles et vise à lutter contre la corruption voire le trafic d’influence dans les secteurs privé et public.

Un rapport du Parlement, publié début juillet, n’a cependant fait que souligner ses limites, ce qui pourrait ouvrir la voie à une nouvelle version du texte. Auparavant, en mars 2022, une nouvelle loi avait été votée pour renforcer la protection des lanceurs d’alerte en renonçant à l’attribution de ce statut au caractère « grave et manifeste » de l’infraction condamnée.

En l’état, le texte légal Sapin II repose sur huit fondements, dont la mise en place d’un code de conduite anti-corruption, la mise en place d’un mécanisme d’alerte dans les organisations, l’élaboration d’une cartographie des risques de corruption, la mise en place de procédures de l’évaluation des tiers sur leurs pratiques de gestion éthique, s’assurant de la loyauté des procédures de contrôle comptable, la mise en place de formations ainsi que des mesures disciplinaires et un contrôle et une évaluation interne de la gestion.

La loi Sapin 2 s’inscrit dans trois moments particuliers de la vie des organisations. Il s’agit tout d’abord de prévenir la corruption en mettant en place des formations, des codes de conduite ou encore des procédures d’évaluation des pratiques d’acteurs partenaires externes comme les fournisseurs ou encore les distributeurs.

Le deuxième moment est celui de la détection des comportements contraires à l’éthique ; ceci est rendu possible par la mise en place d’un système d’alerte ou de méthodes de contrôle interne et de comptabilité transparentes et virtuelles. Le troisième moment concerne la réorganisation qui consiste en la mise en place de l’organisation de mesures correctives pour les pratiques contraires à l’éthique et l’application de sanctions disciplinaires si la charte d’éthique organisationnelle n’a pas été respectée.

[Près de 70 000 lecteurs font confiance à The Conversation Newsletter pour mieux comprendre les plus grands sujets du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Malgré ces dispositions très précises, nous montrons dans nos recherches qu’il existe encore des lacunes en matière d’alerte sur le terrain, comme l’ont souligné les députés Olivier Marleix (LR) et Raphaël Gauvain (Renaissance). Trois raisons principales peuvent être avancées : les relations avec les acteurs locaux, les risques pour la carrière professionnelle à long terme et les risques de sanction directe.

Dilemmes

Dilemmes

Chaque jour, les managers gèrent des problématiques d’innovation, de délais, de coûts, de qualité et de gestion de relations commerciales à plus long terme. Il semble que ces objectifs multiples surviennent dans des situations de dilemme complexes. Ainsi, un acheteur, logisticien ou donneur d’ordre peut être incité à collaborer avec un fournisseur en échange d’un intérêt en retour, d’un cadeau ou parce qu’il est proche d’un des cadres de l’entreprise.

Dans notre travail, qui a été réalisé au cours de l’année 2021, nous avons exposé 173 professionnels de différents secteurs (commerce de détail, luxe, banques, transport routier, construction navale, automobile, etc.) à cinq situations de dilemme différentes, résultant en une liste exhaustive de situations décrire les responsables opérationnels :

Contrainte et contrôle liés à des forces externes qui limitent l’individu dans sa décision par la menace, l’exercice du pouvoir ou l’extorsion. Celle-ci se retrouve lorsqu’une personne se présente comme décisive et s’impose dans la réussite d’une affaire par opposition à une compensation financière.

Le conflit d’intérêts qui caractérise les situations dans lesquelles les objectifs poursuivis sont opposés, dont au moins un pourrait aller à l’encontre de l’intérêt organisationnel. Par exemple, si une personne détient des informations clés protégées par une clause de confidentialité et que l’entreprise tente de les obtenir malgré la loi.

L’environnement physique, qui fait référence à l’environnement, est pris en considération dans le processus décisionnel, sachant que cet intérêt spécifique contraste avec celui de l’organisation.

Le paternalisme, qui correspond à la recherche d’un équilibre entre les finalités du prestataire et son autonomie individuelle dans le processus décisionnel. Par exemple, lorsqu’un individu décide seul sans tenir compte des conséquences possibles des pratiques professionnelles.

Enfin, l’intégrité personnelle détermine la conscience du décideur. Cela représente la situation pour laquelle les décideurs dans leur décision de diffuser l’information interprofessionnelle s’interrogent sur des questions de respect des bonnes mœurs, notamment lorsque la santé des consommateurs peut également être menacée à long terme.

Nos résultats montrent que les professionnels ne reconnaissent pas toujours le caractère contraire à l’éthique dans les 5 situations présentées. Ils interviennent en principe lorsque la santé du consommateur est clairement menacée ; la santé des acteurs est un élément de vigilance privilégié par les responsables opérationnels.

Assurance maladie complémentaire pour les étudiants « plus âgés » au Japon ?
Sur le même sujet :
11 réponses J’attends la réouverture des frontières pour partir en école de…

Le poids du contexte

De plus, nous montrons que les pratiques de gestion éthique ne peuvent pas être comprises de manière générique ; il faut plutôt considérer leur caractère contingent ainsi que les caractéristiques spécifiques de l’individu, en particulier le degré moral cognitif de chaque individu.

Cette évolution morale se reflète dans le fameux dilemme de Heinz : la femme de M. Heinz est très malade et elle ne peut survivre que si elle prend un médicament spécifique très coûteux que son mari ne peut pas se permettre. Il demande au pharmacien s’il peut l’acheter à crédit, mais il refuse, alors on se demande comment réagit Mr Heinz, doit-il voler le produit ou accepter la situation ?

Ce dilemme fait référence au stade de développement moral cognitif des individus, qui peut être divisé en trois stades différents :

Morale préconventionnelle où les individus argumentent selon une logique de sanction/récompense. Par exemple, Heinz peut craindre de se retrouver en prison s’il vole de la drogue.

Morale conventionnelle lorsque les règles et les normes sont respectées. Heinz se résigne à la situation parce qu’il respecte la loi.

Morale post-conventionnelle où les gens fondent leurs décisions sur leurs propres valeurs, la logique. Heinz peut prendre une décision alternative en lançant un appel à l’aide citoyenne.

Nos travaux montrent également que le management éthique ne peut être considéré hors contexte, car les professionnels ne tranchent pas sur les mêmes critères en fonction des situations dilemmes. Un schéma « circumplex » se dégage de notre travail. Il contient deux éléments principaux : le degré de risque reconnu par les individus en situation de dilemme et le degré de développement moral des professionnels.

À Lire  Étudiants : la mutuelle est-elle obligatoire ?

Secret de proximité

Secret de proximité

En vertu de la loi Sapin II, les professionnels confrontés à des situations de dilemme doivent donner l’alerte en respectant 3 étapes clés : (1) informer la hiérarchie, (2) la commission de déontologie interne, saisir les autorités judiciaires ou administratives, et enfin (3) alerter le général Publique.

Bien que la loi prévoie la protection des lanceurs d’alerte contre les représailles de l’entreprise, certaines des difficultés rencontrées après sa sortie, comme le « chemin de croix » décrit par l’ancien auditeur interne Nicolas Forissie, ont été écartées avant 13 ans pour condamnation. pratiques illégales. du groupe bancaire suisse UBS.

Les professionnels préfèrent donc généralement partager ce secret dans leur espace microsocial local, c’est-à-dire avec leurs collègues proches, leur « N+1 » ou leur famille proche. Il semble que la vigilance soit vécue comme un acte de trahison et que les individus préfèrent se focaliser sur la qualité de leurs relations avec les acteurs proches.

Le dilemme devient un mystère car il peut s’agir d’une contrainte qui risque de menacer l’équilibre de leur environnement de travail. Lorsqu’un début de révélation surgit dans les espaces de proximité au travail et dans le cercle familial, dénonciation dans des cercles relationnels plus « éloignés » (professionnels trop éloignés des problèmes de gestion au quotidien, journalistes, grand public) est rarement envisagée.

Les professionnels optent donc pour le silence plutôt que la révélation du secret, même s’ils sont conscients de l’existence de mécanismes internes anti-corruption. En effet, les risques perçus sur les alertes restent trop importants par rapport aux bénéfices potentiels, même moraux, qu’ils voient dans la transmission de l’information.

Quels sont les 3 piliers de la loi Sapin 2 ?

Quels sont les 3 piliers de la loi Sapin 2 ?

Les dernières recommandations de l’AFA portent sur les 8 piliers explicitement mentionnés dans la loi des 3 piliers : l’engagement des agences gouvernementales, la cartographie des risques et enfin la gestion des risques (dont la prévention, la détection, le contrôle des dispositifs et la remédiation…

Quelles sont les principales innovations apportées à la loi Safin 2 ? Le renforcement de la conformité, la mise en place de transactions délictueuses pour les entreprises et la protection renforcée des lanceurs d’alerte contribuent au même objectif.

Quel est le principal objectif de la loi Sapin 2 ?

Avec la loi Sapin 2, la France se dote d’outils innovants pour détecter, prévenir et sanctionner efficacement la corruption et les atteintes aux biens. La loi vise à répondre aux aspirations des Français en matière de transparence, d’éthique et de justice en matière économique.

Quels sont les piliers imposés par la loi Sapin 2 ?

La loi Sapin 2 repose sur 8 piliers fondamentaux.

  • E Code histoire. …
  • Un système d’alarme interne. …
  • Cartographie des risques de corruption. …
  • Procédures d’évaluation par une tierce partie. …
  • Procédures de contrôle des méthodes comptables. …
  • Formation des managers et du personnel exposés. …
  • Un système disciplinaire.

Qui est assujetti à la Loi Sapin 2 ?

Les entreprises concernées par la loi Sapin 2 sont celles situées en France de plus de 500 salariés. Qui dépasse leur rythme annuel de plus de 100 millions d’euros.

Quels sont les avantages de la corruption ?

Quels sont les avantages de la corruption ?

Les avantages déloyaux peuvent être des rabais ou des pots-de-vin illégaux, des pots-de-vin ou des pots-de-vin. Un avantage inapproprié peut être n’importe quoi de valeur, y compris des paiements, des repas, des cadeaux, des divertissements, des frais de voyage ou de faux accords.

Quels sont les inconvénients de la corruption ? Moins de prospérité : la corruption freine la croissance économique, sape l’État de droit et gaspille des compétences et des ressources précieuses. Lorsque la corruption est endémique, les entreprises hésitent à investir face à des coûts nettement plus élevés pour faire des affaires.

Quelles sont les causes de la corruption ?

Les causes de la corruption : -Perte de confiance dans l’Etat à travers ses structures, notamment judiciaires, policières, etc.. -Ouvrir des enquêtes pour enrichir des origines douteuses. – Assurer le recrutement et la promotion objectifs des fonctionnaires sur la base du mérite, de la compétence et de la probabilité.

Quelles sont les différentes formes de corruption ?

Les catégories ou types de corruption les plus courants sont la corruption du côté de l’offre et la corruption du côté de la demande, la corruption à grande échelle et la corruption à petite échelle, la corruption traditionnelle et la corruption non traditionnelle, et la corruption publique et la corruption privée.

Quelles peuvent être les conséquences de l’existence de corruption à l’intérieur d’un groupe bancaire ?

Elle peut également imposer une sanction pécuniaire dont le montant n’excède pas 200 000 euros pour les personnes physiques, les dirigeants, un million d’euros pour les personnes morales, les entreprises, et avec possibilité de publication des sanctions.

Quelles sont les principales lois anti-corruption dans le monde ? D’autres régions du monde ont adopté des réglementations internationales anti-corruption, notamment la Convention interaméricaine contre la corruption, la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption ou la Convention arabe sur la lutte contre la corruption. contre la corruption.

Quel est le champ d’application de la loi Sapin ?

Champ d’application – Cette obligation s’applique aux entreprises et dirigeants d’entreprises de plus de 500 salariés, dont le chiffre d’affaires dépasse 100 millions d’euros.

C’est quoi la loi Sapin 2 ?

Avec la loi Sapin 2, la France se dote d’outils innovants pour détecter, prévenir et sanctionner efficacement la corruption et les atteintes aux biens. La loi vise à répondre aux aspirations des Français en matière de transparence, d’éthique et de justice en matière économique.

Quels sont les documents internes en matière de lutte Anti-corruption ?

La loi du 9 décembre 2016 pour la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dite « Sapin II », vise à moderniser profondément la législation française conformément aux principes reconnus au niveau international.

Quel est le champ d’application de la loi Sapin ? Champ d’application – Cette obligation s’applique aux entreprises et dirigeants d’entreprises de plus de 500 salariés, dont le chiffre d’affaires dépasse 100 millions d’euros.

C’est quoi la loi Sapin 2 ?

La loi Sepin 2 vise à renforcer la transparence et la lutte contre la corruption et le trafic d’influence dans les sphères publiques et privées.

Quel est le document sur lequel s’appuie le dispositif de maîtrise des risques de corruption ?

de l’AFA, la référence française en matière de lutte contre la corruption. Elle participe à la mise en œuvre des engagements internationaux de la France en matière de lutte contre la corruption.

Quels sont les piliers à mettre en œuvre par les entreprises loi Sapin 2 ?

La loi Sapin 2 repose sur 8 piliers fondamentaux.

  • E Code histoire. …
  • Un système d’alarme interne. …
  • Cartographie des risques de corruption. …
  • Procédures d’évaluation par une tierce partie. …
  • Procédures de contrôle des méthodes comptables. …
  • Formation des managers et du personnel exposés. …
  • Un système disciplinaire.