Marché chinois : le PDG de Nvidia confiant malgré les sanctions de l’IA

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le mois dernier, l’administration Biden a interdit la vente de puces IA en Chine, un élément clé des activités de Nvidia. Image : Wikimédia

Malgré les sanctions imposées par Washington, le marché chinois représente toujours une énorme opportunité de croissance pour Nvidia. C’est ce qu’a déclaré mercredi le président du fabricant de puces californien, leader sur le marché des GPU, dans une interview à la presse. Les commentaires de Jensen Huang interviennent plus ou moins un mois après que l’administration Biden a interdit à Nvidia de vendre ses nouvelles puces A100 et H100 en Chine, qui sont dédiées aux données humaines.

Cette mesure fait partie d’une politique américaine plus large visant à restreindre l’utilisation par la Chine des ordinateurs et d’autres technologies modernes, a déclaré le South China Morning Post. Des restrictions particulièrement strictes concernant l’industrie chinoise, qui n’a pas encore été en mesure de créer des puces puissantes pouvant être une alternative directe à Nvidia, notamment dans les domaines de l’IA et des appareils puissants.

Relations commerciales entre les États-Unis et la Chine : Jensen Huang s’en tient aux voeux pieux

Selon Lu Jianping, directeur technique chez Iluvatar Corex, l’un des rivaux chinois de Nvidia, les puces du géant américain représentent 95 % des GPU actuellement utilisés par les systèmes d’entraînement à l’IA. En empêchant les entreprises chinoises d’obtenir les GPU de nouvelle génération de Nvidia, les États-Unis ont de bonnes chances de saper la capacité de la Chine à développer des produits d’IA modernes. Un facteur clé dans le développement de solutions cloud, etc. N’oubliez pas qu’en plus des GPU Nvidia, les serveurs et mainframes chinois utilisent également des CPU d’Intel et d’AMD… également américains.

À Lire  Tout savoir sur la plateforme d'aide juridique en ligne Legalstart

Puce GPU Nvidia H100, par exemple. Image : Nvidia

Malgré cette situation actuelle, Jensen Huang mise sur le marché chinois, espérant que la relation entre la Chine et les États-Unis équilibrera le commerce et l’économie. L’homme d’affaires américain, originaire de Taïwan, a également exprimé son espoir que Washington et Pékin puissent trouver une « solution » concernant le contrôle des États-Unis sur les exportations vers la Chine.

Mercredi dernier, les relations entre la Chine et les États-Unis sont bonnes pour le monde, et la Chine est un grand consommateur de produits fabriqués par les États-Unis. « La Chine est également une partie importante de la chaîne d’approvisionnement mondiale », a poursuivi le PDG de Nvidia, ajoutant que la société travaille actuellement avec ses clients chinois pour trouver d’autres moyens.

Pour rappel, la puce H100 de Nvidia, qui comprend pas moins de 80 milliards de transistors, est entrée en production. Les premières unités de ce nouveau GPU dédié à l’IA et aux supercalculateurs devraient arriver des partenaires de Nvidia en octobre.

Lire aussi :
Découvrez chaque semaine notre tour d’horizon des concours et appels d’offres gagnants…