Marie Curry, la recette de la gastronomie solidaire

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Climate Libé Tour Bordeaux : le programme

Marie Curry se joint aux femmes immigrantes pour bâtir leur entreprise de restauration. C’est une façon d’améliorer leur patrimoine alimentaire en proposant des aliments du monde de manière écologique.

Khuzama Dalati, réfugiée syrienne, sublime sa cuisine d’Alep avec de la cardamome à la fleur d’oranger. Ursula Médaille, chef de famille monoparentale, aime introduire des choses liées à son origine guyano-centrafricaine comme les feuilles de manioc ou les plantains. Mokhigoul Issoboeva, réfugiée tadjike inscrite dans un métier et un travail coopératif, excelle dans l’art de préparer des galettes de cuir avec de la viande et des épices…

Ces quarante font partie de la communauté des quinze cuisiniers rejointe en 2022 par Marie Curry. « Notre mission est de favoriser l’insertion professionnelle des femmes réfugiées et des femmes étrangères en valorisant leur patrimoine culinaire », expliquent Elise Thorel, associée, et Sandrine Clément, de cette société générale. « La cuisine est l’une des rares choses que les femmes emportent avec elles dans leur exil. C’est une compétence transférable qui facilite la mise en relation. Il est important pour nous que développer un projet basé sur les aspects économiques, sociaux et culturels de la cuisine familiale en femmes », insiste la trentenaire, experte en communication formée à l’école Ferrandi à Paris. projet de solidarité gastronomique.

«Les femmes peuvent échanger sur leurs pratiques»

Afin d’aider ces femmes à bâtir leur entreprise alimentaire indépendante, Marie Curry assure un suivi individuel et structuré. Il comprend un volet social, ainsi qu’une aide au transport ou à l’apprentissage du français. Les professionnels reçoivent une formation culinaire, une formation commerciale et la possibilité de fournir des services qu’un chef peut fournir. Ses clients ? Entreprises publiques ou entreprises privées, collectivités territoriales aussi, séduites par la mission sociale de l’entreprise et souhaitent connaître une première offre pour cuisiner pour un événement ou un déjeuner aux comptoirs alimentaires. « Avec ce service de restauration, les femmes travaillent ensemble, elles peuvent échanger sur leurs recettes, leurs habitudes, leurs clés de réussite » précise Elise Thorel. Puis les chefs se sont retrouvés à Artigues-près-Bordeaux, à une dizaine de kilomètres au nord-est de la ville, dans un laboratoire culinaire occupant l’ancienne cuisine d’une école maternelle prêtée au sacrifice. « Nous diffusons les valeurs d’une alimentation plus inclusive et plus durable, précise Elise Thorel. Les approvisionnements pour notre service à la ferme sont issus de fermes biologiques. L’agriculture locale, biologique ou raisonnée. La réduction des déchets et les contenants en verre réutilisables sont également une priorité. « 

À Lire  Hong Kong, Digital Lab pour les marques de luxe

L’année démarre sur les chapeaux de roue : en février, Marie Curry ouvre son restaurant au troisième lieu La ManuCo, dans le quartier Saint-Michel, à Bordeaux, où se trouvent ses bureaux. « La ferme et le restaurant nous permettent de créer des espaces permanents. Nous aurons huit salariés en février », se réjouit le fondateur. L’entreprise pourra également s’appuyer, en fin d’année, sur un nouveau laboratoire de cuisine situé à Bordeaux, trois fois plus que l’actuel. facilitera l’achat et permettra la livraison par les transitaires avec les partenaires.Malgré les problèmes spécifiques comme la recherche de financement ou l’adaptation appropriée aux traditions préjugées, mais les femmes chefs viennent de nombreux pays différents, Marie Curry semble être la bonne recette pour gastronomie solidaire.

Lire aussi :
Après plus de 20 ans de fidélité à Cupertino en tant que…