« Marié et père de cinq enfants, je n’ai pas pensé une seconde à créer une entreprise », Julien Nicolas (nouveau franchisé de La Compagnie des Toits)

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

En décembre 2021, Julien Nicolas rejoint le réseau La Compagnie des Toits pour créer son entreprise de réparation et d’entretien de toiture en Eure-et-Loir. Un projet initié après une intense réflexion pour ce père de cinq enfants qui ne pensait pas entreprendre la création d’entreprise sans minimiser au maximum les risques. Découvrez ce qui l’a motivé à devenir franchisé La Compagnie des Toits et son parcours d’intégration de réseau jusqu’au lancement de son entreprise en avril dernier.

Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots ?

Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots ?

Après une formation de juriste, j’ai passé 20 ans dans l’industrie, principalement dans la négociation de contrats de construction et l’achat/vente de prestations complexes. Dans cet univers très technique, j’ai toujours navigué dans des métiers opérationnels, au sein de grands groupes, puis auprès de PME.

La complexité de mon projet conciliait mon désir d’entrer dans un domaine technique avec ma formation générale

C’est au contact de ces petites structures que j’ai progressivement découvert l’envie d’entreprendre. Cependant, la complexité de mon projet conciliait mon désir d’entrer dans un domaine technique avec ma formation générale…

Voir l’article :
Chaillé-sous-les-Ormeaux, le 5 octobre 2022 – 08h00 CEST : Hoffmann Green Cement…

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre en franchise ?

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre en franchise ?

Après dix ans de maturation, mon envie de créer une entreprise a pris une dimension plus concrète. Alors que je suis toujours en poste, la société chinoise pour laquelle je travaille change de stratégie et la nouvelle feuille de route ne me convient plus : je décide donc de partir…

Marié et père de cinq enfants, je n’envisageais pas une seconde la création d’une entreprise

Marié et père de cinq enfants, je n’ai pas envisagé une seconde de créer une entreprise : compte tenu de mes responsabilités familiales, je ne pouvais pas, sereinement, m’orienter dans une direction où la rentabilité est si difficile à atteindre.

Je me suis alors focalisé sur la reprise d’une entreprise technique en me disant que le transfert de compétences avec le cédant pourrait m’aider à « compenser » mon parcours de généraliste. En réalité, la recherche est compliquée, avec une vraie difficulté à se projeter, car elle peut prendre de quelques semaines à deux ans… Cependant, je suis limité dans le temps : je dois impérativement inscrire mon projet dans le cadre restreint de mes deux années d’indemnisation du chômage.

En parallèle, j’ai donc décidé de me pencher sur les offres de franchise, même s’il y en a peu dans le domaine technique : en fait, pour moi, en création pure, c’est la seule hypothèse réaliste, compte tenu de mon parcours, de mes envies et ma famille. responsabilités…

Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre La Compagnie des Toits ?

Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre La Compagnie des Toits ?

Au cours de mes recherches, j’ai étudié deux franchises plus en profondeur, mais La Compagnie des Toits a rapidement attiré mon attention. Autant par son approche que par sa technicité, il se démarquait clairement des autres. En effet, sur les huit semaines de formation, cinq étaient consacrées uniquement à la technique, ce qui était un excellent point de départ.

Puis, pendant mes vacances, je suis allé rencontrer le gérant de l’agence La Compagnie des Toits Bouches-du-Rhône Nord-Est et lui ai posé directement mes questions, levant grâce à lui mes derniers doutes. Ingénieur de formation, il ignorait complètement la toiture. Cependant, avec le soutien de la franchise, il s’est rapidement senti compétent techniquement.

Dans la formation initiale, comment s’est déroulée la partie technique ? Quels en ont été les moments marquants ?

Dans la formation initiale, comment s’est déroulée la partie technique ? Quels en ont été les moments marquants ?

J’ai beaucoup apprécié la formation initiale à La Compagnie des Toits, et plus particulièrement la partie technique. Pendant quatre semaines nous étions à huis clos, avec un autre manager et notre coach technique, bénéficiant également des interventions régulières de Nicolas Legendre, fondateur du réseau.

La force de cette franchise est d’avoir su industrialiser l’analyse de la couverture

Le point fort de cette franchise est d’avoir su industrialiser l’analyse de la toiture : quel que soit le type de toiture (toiture traditionnelle, bitume, etc.), les différentes parties de la toiture sont nécessaires pour remplir des fonctions spécifiques, qu’elles doivent se retrouvent dans tous les types de couvertures.

L’apprentissage s’est fait de manière très progressive, avec une approche pratique des problèmes, ce qui a été très précieux dans nos démarches commerciales. A l’origine, le lien métier/technique n’était pas vraiment évident, mais maintenant il m’étonne tous les jours !

Nous pouvons vraiment nous différencier de nos concurrents

laisse-moi expliquer Généralement, les clients nous contactent pour répondre à un problème et demander un devis pour une réparation complète. Lorsqu’ils ont déjà rencontré un autre professionnel, nous pouvons vraiment faire la différence vis-à-vis de nos concurrents. En effet, contrairement à eux, nous ne sommes pas liés par un catalogue de produits. Mieux encore, nous pouvons les soutenir sur tout le périmètre de votre toiture. Nous avons le recul (et les compétences techniques) pour voir toutes les alternatives possibles : pourquoi refaire toute la toiture, alors qu’une réparation ponctuelle pourrait être tout aussi efficace et limiter les coûts ? Ou, au contraire, est-il raisonnable de continuer à réparer ce toit qui aurait plutôt besoin d’être réparé ?

À Lire  Ils veulent produire huit tonnes de fraises par an

Enfin, la cinquième semaine de formation La Compagnie des Toits est consacrée aux solutions proposées par les partenaires franchisés. A cette occasion nous sommes allés à la rencontre de plusieurs partenaires spécialisés (fournisseurs de résines, membranes PVC et bitume, membrane EPDM, etc.)

Toujours pour la formation initiale, qu’en est-il de la partie commerciale ? 

Toujours pour la formation initiale, qu’en est-il de la partie commerciale ? 

La partie commerciale dure deux semaines et s’est avérée aussi essentielle que la partie technique…

Tout d’abord, il faut savoir que la franchise nécessite l’embauche d’un vendeur, préalablement à la formation. En effet, un échéancier est présenté dès la signature de la franchise, si bien que, notamment, le financement, les locaux, ainsi que l’embauche du vendeur sont déjà enregistrés.

La Compagnie des Toits peut vous aider dans le recrutement du commercial. Dans mon cas, Nicolas Legendre a interviewé deux candidats qu’il avait reçus, allant jusqu’à leur demander de se soumettre à un exercice de démarchage téléphonique. A l’issue de ces rencontres, il m’a fait part de son impression et j’ai pu choisir mon commercial plus sereinement.

Ce dernier a été invité à me rejoindre dans le cadre de la formation initiale de La Compagnie des Toits pour suivre le rôle qui l’occupe. Après un petit rattrapage sur la partie technique, on entame une partie théorique sur le marketing des services de franchise.

La deuxième semaine, nous la consacrons à sa mise en pratique : nous passons des appels téléphoniques, pour obtenir des rendez-vous concrets, pour pouvoir démarrer notre activité. Le formateur reste attentif et commente les arguments à privilégier et autres aspects d’amélioration de notre discours commercial.

Après ces huit semaines de formation initiale, vous sentez-vous prêt à démarrer ?

A l’issue de la formation initiale, l’activité débute par l’exercice de prise de rendez-vous. Nous nous sentons bien équipés pour commencer. Lorsque j’ai tourné la clé dans la serrure le lundi 4 avril, j’avais un programme complet de rendez-vous avec les clients pendant trois semaines.

Reste à préciser le début des premiers travaux effectifs… Heureusement, durant les trois premiers mois du contrat, j’ai bénéficié de deux visioconférences, de deux heures chacune, pour traiter toutes les questions techniques qui me traversaient l’esprit : diagnostic . , recommandations, organisation du site, etc. Sachant qu’il est toujours possible d’appeler en dehors de ces bandes, et aussi souvent que nécessaire.

Comment décririez-vous le réseau La Compagnie des Toits, vu de l’intérieur ?

Pour moi, la formation de La Compagnie des Toits s’est terminée le 30 mars. Depuis, je me suis rendu compte que ce réseau est extrêmement vivant et très nourrissant sur le plan technique. Je discute beaucoup avec les autres managers, notamment sur les aspects managériaux et commerciaux. Je discute aussi beaucoup avec mon franchiseur pour faire le point sur la stratégie de développement de mon entreprise. Dans tous les cas, je me sens écouté et soutenu.

De quels autres accompagnements bénéficiez-vous, pour le lancement de votre activité ?

Au-delà du soutien de La Compagnie des Toits, je me suis appuyé sur deux mécanismes :

Au-delà du prêt d’honneur qu’il vient de m’accorder, ce réseau me permet d’avoir un ancrage local solide. En effet, si j’habite à Rambouillet, ma zone d’intervention s’étend aux départements de l’Eure-et-Loir et des Yvelines. Mais c’est naturellement que je me suis tourné vers le réseau Initiative Eure-et-Loir, territoire prépondérant dans mon secteur d’activité.

Au moment où je parle, je pars au comité d’engagement la semaine prochaine. En cas d’acceptation, je bénéficierais d’un prêt d’honneur et d’un accompagnement personnalisé. Ainsi, cet apport financier peut augmenter le financement de l’entreprise, lui permettant de disposer d’une réserve de trésorerie ou de faire face à l’embauche d’un autre binôme de couvreurs. Ce suivi me permettrait de challenger mon projet sur tous les fronts (matériel, commercial, juridique, etc.), tout en bénéficiant de l’accompagnement qui sort de la bulle du couvreur.

Quel conseil donneriez-vous à un candidat à la franchise ?

Au départ, je ne voulais pas être seule pour créer une entreprise : selon ce postulat, la franchise est une bonne option ! Nous sommes nécessairement soutenus par un franchiseur, avec qui nos intérêts sont alignés.

Plus précisément, pour un candidat à la franchise La Compagnie des Toits, si vous êtes passionné par les connaissances techniques, vous êtes définitivement au bon endroit !

Pour en savoir plus sur La Compagnie des Toits et l’accompagnement du réseau pour créer une entreprise spécialisée dans l’entretien et la réparation de toitures professionnelles, consultez la fiche franchise La Compagnie des Toits ⇩