« Même avec 10 euros par mois, il y a un effet boule de neige…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« J’ai de l’argent sur le livre A pour une petite somme. En regardant l’inflation, je me suis rendu compte qu’à la fin de l’année, j’avais perdu. Thomas, 22 ans, est étudiant à PPA Sports. « Je n’ai pas beaucoup d’argent, mais je travaille avec mes études et je ne veux pas continuer à perdre de l’argent. Mais au lieu d’investir à bon escient ! Comme Thomas, la plupart des 18-24 ans investissent et, selon Kantar, 40 % d’entre eux cherchent à assurer leur avenir et à se constituer un patrimoine à long terme.

NFT, Cryptomonnaie, Bitcoin ou simple assurance-vie, les possibilités sont nombreuses et certains des succès annoncés, notamment en scrollant sur TikTok, sont vertigineux. « Les nouvelles générations comprennent qu’il faut investir en elles : la Gen Z sait, notamment, qu’elles ne prendront pas leur retraite », affirme Yoann Lopez, qui a lancé Snowball, une newsletter qui détruit les parts d’investissement, accessible par abonnement. mais gratuit pour les étudiants.

En termes de profil, certains se cultivent pour quand ils ont peu d’argent, d’autres veulent investir un peu. D’autres « se disent que leurs parents n’ont pas bien investi et qu’il faut le faire », énumère-t-il l’item 30.

« J’ai essayé, j’ai gagné et j’ai perdu »

Avant tout, « il faut un matelas sûr, même quand on vit chez ses parents », précise Yoann Lopez. Une fois les économies constituées, vous pouvez essayer de vous lancer. « Avec 10 ou 20 euros par mois, il y a un formidable intérêt, autrement dit un effet boule de neige : au début, c’est petit, puis ça grandit. »

Quelques règles à suivre pour éviter la faillite : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, et, dans le cas, soyez prêt à perdre. « Même en mettant 100 euros, ce n’est pas une blague, il faut le prendre au sérieux », confie Thomas qui estime dépenser au moins 5 à 10% de ses économies : « J’ai eu la chance de rencontrer très bien l’expérience dès le début , mais c’est aussi ma démarche originale : j’ai pris une petite partie de mes économies en me disant que je ne veux investir que ce que je suis prêt à perdre. Quand on investit, cela ne doit pas affecter notre quotidien : si vous avez un restaurant tous les mois et si en investissant tu perds ton argent, tu dois pouvoir continuer à avoir un restaurant tous les mois ! »

Alors faites attention où vous mettez vos 20 euros. Bourse, assurance vie, épargne retraite (oui, oui), les risques ne sont pas les mêmes et doivent entrer dans l’équation. « Il faut se différencier, équilibrer le risque : en investissant en actions, en or et en immobilier, si les actions et l’or cassent la figure, l’immobilier tient toute la maison », estime Yoann Lopez de Snowball qui conseille aussi de faire des prises régulières investissements : « Il est impossible de prédire ce qui va se passer sur les marchés et les moyennes éviteront d’acheter haut… ou bas. » »

Moins de contraintes que l’achat d’une place de parking où le ticket d’entrée est plus élevé, et qui nécessite du matériel et l’identification du locataire, des cryptos ou la bourse offre une belle perspective. Valentin, diplômé de Montpellier Business School en août dernier, est imbattable depuis qu’il s’est lancé dans la crypto il y a près d’une décennie. Mais il est revenu de ses expériences. « J’ai essayé, j’ai gagné et j’ai perdu. Aujourd’hui, je dois atteindre un point d’équilibre, car c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’arrêter : le marché est très stressant et très risqué, vous pouvez finir par perdre la majeure partie de votre argent. ! Je détiens des cryptos, mais pour le long terme. »

À Lire  Scooter 3 roues Yamaha Tricity 125 2022

Thomas a également fait une autre observation. « Investir, c’est plutôt du moyen ou du long terme, alors que la plupart des jeunes y voient un casino, ‘je mets de l’argent les lundis et mercredis quand je retire, ça fait le double ! Mais c’est sur 10 ou 20 ans ! 15 ou 20 ans, donc que le marché explose ou perde 90% ne me touche pas ! »

Ceci pourrez vous intéresser :
Chez Bluroc, si nous avons modifié les appellations des motos pour confirmer…

« L’investissement c’est pas de devenir millionnaire ou de rester fauché, mais un entre-deux »

En France, une grande partie de l’apprentissage se fait en réseau. « Tiktok, Insta et Twitter sont des caisses de résonance dans le milieu financier », estime Yoann Lopez. Cryptos, Bitcoin, et même bons plans pour les places de parking, les idées sont poussées par des influenceurs qui deviennent très visibles.

De bons magazines comme Plan Cash (7 000 abonnés), Les cryptos de Caro (plus de 50 000 abonnés) et Snowball, ou encore Hasheur sur Youtube enseignent l’argent et la gestion de patrimoine. Connaître ceux qui s’intéressent déjà au sujet, aide à résoudre les problèmes financiers et à se poser les bonnes questions.

Lorsque Thomas a essayé la blockchain et les cryptos il y a 3 ans, il voulait apprendre par lui-même. « Avec la crypto, il y a un cycle qui se répète tous les quatre ans : les cryptos prennent de la valeur et à ce moment-là tout le monde en entend parler. C’est moi qui m’intéresse, c’est surtout la technologie derrière. C’est sur Youtube qu’il a pu écrire lui-même et comprendre comment fonctionnent les grands principes. « En France, nous avons la chance d’avoir des jeunes qui ont fait un excellent travail dans ce domaine, que nous soyons experts ou débutants. Ceux qui ont les plus grosses arnaques et les plus grands risques sont ceux qui s’attaquent au jeune public dont on dit qu’il peut gagner de l’argent facilement. »

Autre conseil avant de se pencher sur le sujet pour cela : méfiez-vous de la plus petite partie des réseaux et donc de certains influenceurs. Vous pouvez facilement rencontrer un compte TikTok qui encourage l’investissement dans des produits qui ne sont pas fiables, le tout sur le dos d’une cascade, dont beaucoup font fortune.

Les fans sont déçus car « ils ne deviennent pas super riches et ils n’arrêtent pas, comme quelqu’un qui serait déçu de voir des hommes musclés sur Insta », explique Yoann Lopez : « Devenir millionnaire en 50 ans, c’est facile, mais pas en mois ». 3. Investir ne consiste pas à devenir millionnaire ou à être fauché, cela signifie être entre les deux.

Valentin a les compétences pour éviter un tel plan, il découvre ce que veut dire l’influenceur. La plupart du temps, ce ne sont pas des produits légaux », donc les promesses sont données par Telegram, et nous sommes incités à payer pour accéder à des formations qui ne proposent rien. Un conseil : faites vos propres recherches : renseignez-vous toujours avant d’investir. De nombreux étudiants souhaitent constituer un capital et investir leur argent, mais beaucoup ont peur de passer à côté, connu sous le nom de FOMO, et ne prennent pas le temps de s’instruire. Il y aura toujours des risques et personne ne réussit jamais sans stratégie ni gestion des risques au préalable. »