[Mise à jour J16] 10 ans de Star Wars sous Disney – Casting et Prod – Films…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le 30 octobre 2012, un coup de tonnerre a secoué à jamais la galaxie Star Wars : George Lucas a vendu Lucasfilm à la Walt Disney Company.

10 ans et quelques mois plus tard, il nous semblait important de revenir sur cette décennie et d’essayer d’en tirer quelques conclusions. Loin de compiler toute cette période ou de compiler une histoire complète, on se contentera ici de retenir les moments clés et de mettre en perspective les différentes productions entourant la saga. Si quelques jugements de valeur apparaissent ici et là pour souligner cette évaluation, ne cherchez pas un plaidoyer ou une mise en accusation pour un Star Wars sans George Lucas.

4 milliards pour les étoiles

(Star Wars c’est de la merde de toute façon).

2012 a plutôt bien commencé. The Phantom Menace est sorti en salles dans un nouveau cadre 3D, The Clone Wars culminait avec la saison 5, The Old Republic venait de commencer, Star Wars 1313 a été dévoilé et enfin, l’annonce de la trilogie de romans Jedi The Sword was a Dream. pour les fans de l’univers élargi (désolé).

Vient alors une annonce qui va tout changer. George Lucas a décidé de vendre Lucasfilm et toutes ses filiales (dont ILM) à la Walt Disney Company, quelques semaines après avoir cédé Kathleen Kennedy à la tête de l’empire Lucasfilm Ltd.

Ce téléchargement annonce également ce que deviendra la postlogie : les épisodes VII, VIII et IX. Prévu pour une sortie en mai 2015, le septième film de la saga promettait d’être l’apogée d’une nouvelle ère.

A partir de là, c’est une valse d’annonces et d’annulations. Projets en cours ou annoncés, seul The Old Republic survivra. LucasArts fermera complètement ses portes en avril pour céder les jeux vidéo à EA Games. The Clone Wars a été annulé au profit de Rebels, on parle déjà d’un spin-off au cinéma… En ce qui concerne la littérature, le glas a été sonné en avril 2014, quand toutes les histoires déjà publiées seront désormais partie du label Legends, en faveur d’une nouvelle chronologie, issue du nouveau Canon.

Le Silver Discoverer : un nouveau bateau de croisière qui visitera les Seychelles
Lire aussi :
Une nouvelle compagnie de croisière a annoncé que son navire d’expédition -…

Construire un univers partagé

Bref, la situation est compliquée et le fandom s’en est déjà rendu compte. Toujours prêt pour les moindres détails, ce genre de rebondissements et de nouveaux projets prend feu ! Mais ce n’est que le début, alors que rien n’est encore disponible, l’imagination prend le dessus, et le bruit du couloir inquiète autant qu’il ravit.

Et Star Wars : Rebels est arrivé. Cristallisant en soi bon nombre des éléments qui composent ce que Star Wars est aujourd’hui sous l’égide de Disney.

Un mois avant le premier épisode de la série animée, le roman qui l’accompagne, New Dawn, a été publié. Elle sonne comme le point de départ de la littérature du nouveau Canon, surfant tout d’abord par des auteurs connus des lecteurs et suivant souvent des productions audiovisuelles (la série « Voyage vers… », Catalyst, les romans Battlefront, Morts ou Živopisno, etc. ). Il en sera de même avec les comics qui quittent Dark Horse pour revenir chez Marvel. Outre la période surexploitée de la trilogie originale (séries 2, 3 et 4 toujours en cours !), les comics ont longtemps proposé de simples fillers (Kanan, Poe Dameron) ou, sans doute pire, des mini-séries au nom du héros principal ( Princesse Leia, Lando, Chewbacca, Capitaine Phasma et bien d’autres) qui, sans même mentionner la qualité de ces œuvres, a fini par être une caricature du traitement de l’Univers Étendu de ses premières années : un temps de côté pour dire la fin. En attendant le feu vert pour les grands projets et les plans à long terme, qui ont été le point d’ancrage de nombreux fans depuis la fin de la préquelle, il a eu du mal à satisfaire tout le monde, malgré la grande qualité des travaux. Il faudra attendre 2021 et La Haute République pour que le volet littéraire reprenne sa place de choix dans les nombreuses déclinaisons de l’univers Star Wars. Mais j’y reviendrai plus tard.

“Well, it’s just a movie”

Nous parlions des rebelles, n’est-ce pas ? La série, qui durera 4 saisons, marque aussi la volonté de Disney d’imposer son propre rythme. Proposée en remplacement de The Clone Wars alors que de nombreux épisodes étaient encore prévus, la série proposera une sélection de nouveaux personnages, un nouveau style graphique, une narration plus fluide et le tout issu… Quasiment de la même équipe que son prédécesseur ! Mettant en vedette Dave Filoni, l’homme au chapeau s’imposerait comme l’un des grands esprits à l’origine de ce nouveau Star Wars et proposerait au fil des années ce que certains appellent désormais le Filoniverse. Cette vision apportera deux vitesses de Star Wars au sein de Lucasfilm. Un rouleau compresseur de postlogie d’un côté et une course aux contenus pour remplir le catalogue Disney+ et imposer la marque Star Wars à l’ère du streaming.

Au départ, le projet phare de Lucasfilm était bien entendu Le Réveil de la Force et ses deux suites, Les Derniers Jedi et L’Ascension de Skywalker. Il est probablement de notoriété publique maintenant que cette nouvelle trilogie a subi quelques revers qui finiront par ternir la marque Star Wars auprès d’une partie du public.

C’est d’abord une volonté de s’éloigner complètement de ce que George Lucas envisageait pour la suite de sa saga et surtout de maintenir un calendrier de sortie serré. Le Réveil de la Force a été reporté de mai à décembre 2015 à la demande de J.J. Abrams, responsable du projet. L’ambition de Lucasfilm est alors d’alterner chaque année entre un film numéroté et un spin-off. Cette poussée durera jusqu’à l’épisode VIII (malgré les nombreux reshoots de Tony Gilroy sur Rogue One), avant que le château de cartes ne commence à s’effondrer à cause des soucis de production de Solo et de l’épisode IX. .

La valse du réalisateur commence avec les évictions de Josh Trank (prévu pour le film Boba Fett), Christopher Miller et Phil Lord (aux commandes de Solo, remplacé par Ron Howard), Colin Trevorrow (remplacé par Abrams sur IX) ou encore David Benioff et D. B. Weiss quitte le développement de ses projets Star Wars…

Cette série de mauvaises nouvelles va à juste titre inquiéter les fans quant à la gestion globale de la franchise. Difficile de connaître les véritables raisons de cette débâcle tant les bouches semblent se lier et diverses sources officielles se contentent d’un récit bien dépouillé pour tirer le meilleur parti de l’événement. Ce qui est certain, c’est que la pression sur les projets de films Star Wars est telle que de nombreux grands réalisateurs n’ont pas accepté de s’occuper de cette nouvelle trilogie.

J.J. Abrams arrive à la saga avec une vision en accord avec les dirigeants : revenir à « la source » et proposer un appel à l’aventure pour une nouvelle génération tout en capitalisant sur l’héritage de la saga. Un énorme succès pour Le Réveil de la Force qui a secoué le box-office avec plus de 2 milliards de dollars de recettes mondiales ! L’accueil critique du film est globalement bon, même si l’on déplore le manque d’originalité, et notamment la nostalgie de la trilogie originale qui se dégage du film. Il ne suffit pas de paniquer Lucasfilm, qui poursuit avec Rogue One: A Star Wars Story, acclamé par la critique, pour dépasser le milliard de dollars au box-office.

À Lire  Repenser le destin : une apocalypse décevante (encore)

Alors que tout semble bien se passer, les choses se gâtent en coulisses lorsqu’après 5 mois de production de janvier à juillet 2017, le tournage de Solo repart de zéro (ou presque) après le départ de Lord et Miller.

“This is the way”

La mort subite de Carrie Fisher (pour toujours notre princesse) le 27 décembre 2016 fait inévitablement dérailler les plans de l’épisode IX. Colin Trevorrow a été annoncé pour écrire et réaliser le film en 2015, mais il le remerciera en septembre 2017 lorsque J.J. Abrams annoncé en remplacement, accompagné de Chris Terrio au scénario. La fin d’année s’achève avec le tournage express de Solo sous la direction de Ron Howard et la sortie de l’épisode VIII : Les Derniers Jedi. Si la production du long-métrage de Rian Johnson se déroule apparemment sans encombre et que son succès au box-office est réel, son accueil auprès du public pèsera sans doute sur la suite de l’événement.

La (trop) petite performance de Solo : A Star Wars Story sonnera le glas des films dérivés. Quelques mois après la sortie du film, la première série Star Wars est lancée. Le Mandalorien prend la place du film qui devait initialement porter sur Boba Fett. Un tournant pour la saga a commencé, Disney+ va devenir la priorité de Lucasfilm.

The Rise of Skywalker arrive, mettant fin aux nouvelles aventures de Rey, Finn et Poe Dameron. Comment résumer ? Disons que la page de Lucasfilm est sur le point d’être tournée. L’adaptation cinématographique obligatoire en bande dessinée ne verra jamais le jour. Oops.

Malgré divers projets de films annoncés, aucun ne verra le jour depuis la sortie de cet Episode IX. Si Rogue Squadron est officiellement toujours sur la route, aucune date n’a encore été fixée. 2025 semble actuellement être l’année la plus favorisée pour que Star Wars revienne sur grand écran.

« Non ! N’essaie pas. Fais-le. Ou ne le fais pas. Mais il n’y a pas d’essai. »

A partir de là, les cartes changent. Le Mandalorian fait ses débuts en novembre 2019 et devient tout à fait le phénomène, notamment grâce à Grogu, le bébé de Jodi. Avant même la sortie de la série, les séries Andor et Obi-Wan Kenobi étaient déjà annoncées et The Clone Wars revenait pour une ultime saison… L’avenir de Star Wars était donc à décider sur Disney+.

Le Mandalorien est joué par Jon Favreau et Dave Filoni. Véritable banc d’essai, la série s’accompagne d’une nouvelle technologie dont George Lucas aurait rêvé pour son propre projet de série, Volume : un studio composé d’immenses murs de LED, qui affiche en temps réel des environnements numériques créés sous l’Unreal Engine. Grâce à cela, le temps de production (moyens logistiques) est réduit, le confort des acteurs par rapport aux écrans verts est augmenté et, bien sûr, la post-production gagne en efficacité. L’utilisation de cette technologie permettra également de limiter les dégâts lors de l’arrivée de la pandémie de COVID, en limitant plus facilement les interactions (contrôle plus facile dans un petit environnement), en évitant les délais inhérents aux fermetures et aux restrictions sanitaires. Les tournages de The Book of Boba Fett (projet presque impromptu lors de la production de la saison 2 de Mando) et d’Obi-Wan Kenobi se succèdent en parallèle au rythme annuel de The Mandalorian, proposant de nouveaux épisodes presque non-stop sur le streaming Plate-forme.

The Mandalorian, c’est aussi l’occasion de fidéliser de nouvelles équipes, et notamment de nouveaux réalisateurs au sein de l’équipe de Lucasfilm. Certains se verront même confier de nouveaux projets : Deborah Chow (Kenobi), Taika Waititi (futur film), Robert Rodriguez (Boba Fett), Rick Famuyiwa, Bryce Dallas Howard… Ce nouveau groupe a jusqu’ici évité les pièges cinématographiques du des soirées. La troisième saison sera l’occasion d’accueillir de nouveaux visages qui suivront avec beaucoup d’intérêt.

En tout cas, la série rencontre un énorme succès depuis son lancement. La surprise Baby Yoda réunira un très large public et remettra Star Wars sous les feux de la rampe. La formule choisie par Favreau, alliant innovation technologique, inspiration japonaise (Lone Wolf et Cub) et continuation des idées de Star Wars : Underworld semble en parfaite harmonie avec ce qu’aurait pu proposer George Lucas. En tout cas, Lucasfilm était bien décidé à capitaliser sur ce succès avec les séries dérivées Ahsoka et Rangers de la Nouvelle République, même si cette dernière a désormais été annulée a priori. C’est une formule qui fonctionne, mais ce n’est pas la seule que Lucasfilm expérimentera avec la série.

« Coupez-lui le sifflet ou coupez-lui le courant ! »

En parlant d’expérimentation, Disney ne se contentera pas de jouer sur les acquis de la saga. Afin d’attirer un très jeune public dans une galaxie lointaine, très lointaine, plusieurs initiatives verront le jour. On peut citer l’essor de Disney-Lucasfilm Press qui, en plus de continuer à publier des romans destinés à la jeunesse, va développer la catégorie « jeune adulte » et, surtout, proposer une multitude de livres jeunesse dans différents styles : livres d’activités , pédagogique, illustré…

Star Wars sera également disponible sur Youtube avec plusieurs contenus et programmes courts. Cela commence par Forces of Destiny, qui rend hommage aux héroïnes de la saga. Après le succès visible de cette première expérience, StarWarsKids.com arrive à centraliser les programmes suivants tels que Galaxy of Adventures, Roll Out, Galactic Pals, Galaxy of Creatures, etc. En 2020, on a même découvert Star Wars : Jedi Temple Challenge, un « jeu télévisé » présenté par Ahmed Best en Jedi Kelleran Beq, qui rappellera aux enfants les Mondes Fantastiques des années 90. Autant de formats, revisités ou non, qui amènent Star Wars au jeune public pour capter la prochaine génération de fans.

Comment ne pas évoquer l’immense chantier de construction de parcs d’attractions ? Dans la continuité de la coopération précédente entre Lucasfilm et les parcs Disney, Galaxy’s Edge, un nouveau land dédié à Star Wars sera lancé très prochainement. Depuis août 2013, le projet a été teasé avant d’être confirmé en novembre de la même année. L’ambition est énorme. Réalisée dans deux parcs américains, la zone se veut totalement immersive avec des décors grandioses, des acteurs, des activités thématiques et deux attractions : Millennium Falcon : Smugglers Run et Rise of the Resistance. De plus, une dimension narrative a été développée autour de l’environnement terrestre. La zone du parc s’appelle la Tour Noire, un avant-poste de la planète Batuu. Il sera le lieu de plusieurs histoires sur l’univers élargi : romans, jeux vidéo, bandes dessinées, de nombreux médias font référence à la planète ou aux personnages qui y vivent.

Le Galactic Starcruiser Luxury Hotel poussera le concept encore plus loin avec un environnement totalement immersif et une « croisière » entièrement scénarisée. Si le prix d’entrée et le succès prêtent à controverse, le concept en lui-même n’en est pas moins unique et innovant.

Le dernier domaine de recherche avec le projet Star Wars : Visions. Star Wars devient un véritable terrain de jeu pour les studios japonais réalisant ces courts métrages. La deuxième saison s’ouvrira encore plus avec des studios du monde entier (dont la France, cocorico) !

Il y aurait beaucoup plus à dire sur ces 10 années. Les jeux vidéo sous la direction d’EA Games ont eu du mal à convaincre, notamment en termes de quantité. Le contrat d’exclusivité appartient désormais au passé et l’avenir à moyen terme semble plus fructueux.

Andor, la série préquelle de Rogue One est un autre phénomène intéressant à analyser. Sa production au long cours est complètement différente des autres séries déjà disponibles et ressemble plus à ce que l’on pourrait attendre d’un long métrage de la saga.