MolenGeek : facilite l’accès de tous aux nouvelles technologies

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« #SDGactors Series », les acteurs du développement durable. Dans la commune de Molenbeek, une entreprise sociale aide les jeunes, les étudiants, les demandeurs d’emploi, mais aussi les personnes âgées, exclues d’internet, à maîtriser les nouvelles technologies et leurs applications. MolenGeek est né d’une envie de partager et de s’entraider.

Bienveillance et entraide, idées fondatrices de MolenGeek

Bienveillance et entraide, idées fondatrices de MolenGeek

Né dans une famille de huit enfants avec des frères et sœurs parmi d’autres ingénieurs et juges, le fondateur de MolenGeek, Ibrahim Ouassari, n’a pas su s’adapter au système scolaire et a quitté l’école à l’âge de 13 ans.

Il commence à travailler et s’intéresse aux ordinateurs. Un jour, il pose une question sur un forum à propos d’un programme et quelqu’un vient gentiment à son aide ! « Il y a plein de gens comme moi partout dans le monde qui s’entraident sans intérêt particulier, juste pour s’entraider », explique-t-il.

Dans son entourage se trouvaient de nombreux jeunes pour qui il était difficile de se lancer dans la vie professionnelle, notamment par manque de connaissances sur l’informatique ou les nouvelles technologies en général, et « c’est pour eux que l’envie de créer MolenGeek m’est venue ».

Decazville. Diffuser les nouvelles technologies : les enjeux
Sur le même sujet :
Les qualifications requises dans le secteur industriel se sont développées avec l’avènement…

Une « Safe Place » pour tous

Une « Safe Place » pour tous

Chez MolenGeek, le maître mot est « s’entraider ». Pour mettre en œuvre ce principe, l’entreprise propose des formations longues et courtes, « Kodningsskolen », ainsi qu’une salle de travail commune, « coworket », qui donne aux « MolenGeekois » la possibilité d’entrer en contact, de s’inspirer et de s’entraider. Autres choses.

Cet espace de travail est gratuit, mais chaque personne qui possède le « coworket » doit à son tour s’impliquer dans la communauté MolenGeek en assistant à des événements ou en partageant ses connaissances avec les autres.

À Lire  Nouvelles technologies : un programme européen pour l'innovation, à Pau

« Ici, nous sommes une grande famille. Je me sens totalement intégrée, acceptée et écoutée », confie Sana, une étudiante de 27 ans qui a suivi une formation de 6 mois en marketing digital.

Les cours sont gratuits pour les demandeurs d’emploi, dans le but d’augmenter les chances que ces personnes puissent retrouver un emploi qui a du sens pour elles.

Inclure les femmes et les personnes âgées

Inclure les femmes et les personnes âgées

Ce qui compte pour cette entreprise, ce n’est pas ce que sont les gens, mais leurs compétences et, surtout, l’intérêt commun qui les rassemble : l’envie d’apprendre et d’évoluer. MolenGeek s’assure de communiquer sur ses formations pour inciter les femmes à y participer.

L’inclusion des personnes âgées fait également partie des priorités du fondateur : « Il y a de moins en moins de services disponibles pour les personnes interrompues ». Ibrahim envisage également de mettre en place « des duos de grands-parents et de petits-enfants pour organiser une activité familiale amusante ».

En associant l’accès gratuit à la « Code School » pour les demandeurs d’emploi à une pédagogie d’exception et un espace bienveillant ouvert à tous, MolenGeek semble avoir trouvé la recette du succès.

Les formations dites « longues » attirent en moyenne 400 personnes par an, et 2000 participent aux formations courtes (1 à 4 jours) chaque année. Tournée vers l’international, MolenGeek ne cesse de se développer et s’exporte même dans huit villes européennes : Charleroi, Anvers, Amsterdam, Utrecht, Rotterdam, Padoue et bientôt Laeken.

L’inclusion d’une organisation dans la série « SDGActors » du Centre régional d’information des Nations Unies (UNRIC) Benelux ne reflète pas les vues de l’UNRIC ni n’indique son approbation.