« Mon premier saut en parachute, la preuve qu’on se freine »

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Il y a quelques mois, lors d’un dîner, un ami m’a demandé : « Et toi ? Tu ne vas pas sauter en parachute avec moi ? » Il savait très bien qu’il s’adressait à CETTE personne, pour qui l’augmentation de la vitesse, faite sans précautions excessives, provoquait déjà des sensations vertigineuses. Sans attendre, ma bouche prononce un mot franc et compréhensible : « Si !

>>> Lisez aussi : Ce que vous devez savoir pour votre premier saut en parachute

Après des mois de peur – « Est-ce que je pourrai sauter ? », « Est-ce que je vais m’évanouir ? », « Comment vais-je respirer ? », « Et si je frappe un oiseau ? », le grand jour est arrivé. Pour booster ma motivation (et écarter toute idée d’induire un revers lié à la météo), un beau soleil trône au sommet d’un magnifique ciel bleu digne des plus belles journées d’été. Après 150 km de route, Péronne est là ! L’étendue de verdure à perte de vue et le hangar posé dessus, où l’on retrouve la personne avec qui j’ai échangé des mails, qui dit que bientôt je serai appelé au micro et que je dois rejoindre « l’avion » (un petite boite de montre) et que c’est à ce moment là que me sont distillés de précieux conseils, jump crash training.

Table des matières

La pâleur des « bébés parachutes »

Je suis stressé et c’est évident. Chaque personne que je rencontre me fait un grand sourire ou un mot réconfortant. Je commence à toucher les nuages ​​et je deviens de plus en plus euphorique. Je frissonne quand j’entends des noms au micro. L’avion atterrit – « Êtes-vous sûr qu’il va voler cette petite chose? » Les parachutistes embarquent, les choses se concrétisent, la peur grandit. Tout le monde rit, discute, semble calmé ! Une très agréable impression d’atterrir dans une bulle hors du temps, bienveillante et paisible. Je marche.

« Cynthia ! » C’est mon tour, je marche à un rythme (plus ou moins) sécuritaire et rencontre le moniteur avec qui je marche. Il est très calme et souriant, visiblement habitué à la pâleur « baby parachute ». Il m’explique pendant quelques minutes comment se fait le saut et me dit que nous avons 15 minutes dans l’avion pour parfaire la théorie. Je pense que c’est bon. Il est temps de sangler dans tous les sens et de faire croire qu’on perd plusieurs centimètres et que notre avion est là ! Plus de questions, allons-y. A tous mes amis un peu claustrophobes, je précise que prendre place dans un avion équivaut plus ou moins à s’asseoir sur quelqu’un d’autre car nous sommes collés les uns aux autres. Ça crée des liens ! Tout comme au sol, les « vrais » parachutistes se soucient de mon confort et se mettent vraiment en quatre pour que je me sente à l’aise. Ce sera apprécié. Ils m’apprennent à me servir de l’altimètre et je vois le sol s’éloigner de plus en plus. C’est très beau et la voix de ma monitrice en fond me guide, m’explique, m’apaise. C’est très agréable de partager ce moment.

A voir aussi :
Le célèbre pilote Travis Pastrana est parachuté du toit d’un hôtel et…

Des sensations magiques et indescriptibles

Cependant, je ne dirige pas et ne peux même pas penser que la porte peut s’ouvrir, doit s’ouvrir à un moment donné. Et puis les dernières instructions sur la façon de descendre de l’avion – jetez-nous dehors ! La porte s’ouvre, un vent froid nous rattrape – environ 20 degrés de moins qu’au sol, à 4000 mètres d’altitude – et le ballet commence, qui est évidemment très bien développé. Les six personnes qui nous accompagnaient s’avancent les unes après les autres (en leur souhaitant un bon vol), tête baissée, pieds en avant et dans toutes sortes de positions. L’odeur de kérosène est forte, et je comprends que la peur de ne pas pouvoir sauter était infondée, car quoi qu’il arrive, je sortirai de cet avion. J’entends le cri d’encouragement de mon instructeur et nous avançons dans l’avion uniquement en nous protégeant pour descendre du banc et très vite mes jambes sont dehors, dans le vide, tout mon corps est d’ailleurs je ne suis relié à l’avion que par mon instructeur qui démarre un compte à rebours court, très court. Le bruit est assourdissant, un bruit que je n’ai jamais entendu auparavant, un cri hurlant de l’air appelant à plonger. Juste le temps de (très nonchalamment) sourire à la caméra et…

Je me sens partir, je suis aspiré dans le vide, ça y est, je l’ai fait, je suis dans l’air, dans l’air ! « Est-ce que je respire ? » Oui, on dirait « je flotte », « je suis vivant », c’est magique, tellement indescriptible – et pas un oiseau ! Après la millième seconde où l’on se demande vraiment ce que l’on fait là, 50 secondes de chute libre, c’est du pur bonheur. Mon instructeur me fait signe très rapidement que je peux sortir mes bras (ailes). Je ne veux jamais que ça se termine, je me sens parfois raide parce que je sais qu’on me filme et pourtant je sens dans chacune de mes cellules que je n’ai jamais été aussi vivant. La vue est magnifique, la terre est sous nos pieds, si loin si belle, et j’ai l’impression de faire partie d’un tout si vaste et pourtant si enveloppant. J’ai laissé échapper au moins un millier de cris, du plus haut au plus bas, reflétant toutes les émotions que j’explore seconde par seconde ! Mon instructeur avait raison, le ciel est maintenant notre terrain de jeu, tout est rapide et pourtant calme, tout est humble et lumineux, il y a un sentiment d’exaltation partout en moi.

Arrivée atypique

Et puis soudain tout s’arrête. La réalité s’impose, le parachute s’ouvre brusquement et de là commence la deuxième phase, le temps de la ballade, la descente le long des courants gréseux, au cours de laquelle le moniteur propose une initiation pour devenir pilote. Je dois avouer que je n’ai pas pleinement profité de cette deuxième étape et que j’ai très vite repris le contrôle, toujours impatient de profiter de ce moment hyper intense. Mon regard rencontre la beauté partout et je réalise déjà avec nostalgie que je suis au bout de l’aventure. Le moniteur me demande de faire quelques tentatives d’atterrissage. Il me demande de lever les genoux et les jambes (comme un pont), mais il n’y a rien à faire, ce n’est évidemment pas très convaincant. Il décide donc que nous atterrirons assis, à juste titre, car mes jambes très fébriles ne m’auraient certainement pas porté au moment crucial ! Ça y est, il entame le dernier virage, je retrouve le sol tel que je le sens, les visages regardent cette arrivée atypique et le contact au sol assez franc. Un dernier soupir et je retombe sur le moniteur – je ne l’aurais certainement pas épargné. Je suis émue, revigorée par l’adrénaline et la puissance de ce moment. Je titube vers mon mari, fière et déterminée à repartir au plus vite !

Cette expérience m’a prouvé que nous sommes nos propres freins. Bien sûr, ce n’est pas que tout le monde a besoin de sauter d’un avion, mais plutôt que nous devrions nous interroger au quotidien sur nos propres désirs avant de nous limiter dès le départ à nos hypothétiques capacités. Je tiens à dire un grand merci à l’équipe (personnel et habitués) de l’aéroport de Péronne qui a été disponible, gentille (et patiente !) pour rendre cette aventure unique.

Opinions

Le premier saut en parachute a été effectué le 22 octobre 1797 par André Jacques Garnerin au-dessus du parc Monceau à Paris. Il a fallu plus d’un siècle pour que le parachute soit utilisé jusqu’à l’avènement de l’aviation.

Pourquoi Tombe-t-on lors d’un saut en parachute ?

Lorsque le parachutiste ouvre son parachute, l’air s’engouffre dans la voilure et exerce une forte résistance, initialement supérieure au poids : la chute ralentit d’environ 200 km/h à 15 km/h en quelques secondes, ce qui donne une accélération vers le haut. 3-6 g, donnant l’impression d’un parachutiste…

Qui ne sait pas sauter en parachute ? Encore faut-il être en assez bonne santé pour sauter en parachute. Même si la forme physique d’un athlète de haut niveau n’est pas utile. Parmi les contre-indications : la grossesse, bien sûr, les problèmes oto-rhino-laryngologiques liés à la décompression, les problèmes cardiaques ou les maux de dos.

Quelle sensation ça fait un saut en parachute ?

Tu ne peux pas sauter, tu es étourdi – merde ! Sachez que vous ne vous sentirez pas étourdi pendant le parachutisme. Cette sensation désagréable est liée à l’oreille interne : parce que vous pouvez voir le sol, vous vous sentez étourdi. Sur une échelle, un balcon ou le bord d’une falaise.

Qui ne peut pas sauter en parachute ?

Pour des raisons de sécurité, les personnes pesant moins de 40 kg et plus de 90 kg ne peuvent pas sauter en parachute, le poids des vêtements et de la nourriture consommés le jour du saut sera pris en compte.

Comment se passe un premier saut en parachute ?

Généralement, le premier saut se fait en tandem, c’est-à-dire avec un moniteur agréé qui est à vos côtés et qui contrôle toute la descente, la trajectoire, l’ouverture et l’atterrissage du parachute, mais vous avez aussi la possibilité de pratiquer le saut seul pour la première fois .

À Lire  « J'aime surtout l'esprit convivial » : l'escalade en salle, un sport qui grimpe

Comment respirer lors d’un saut en parachute ?

Respirer la chute libre La chute libre à une vitesse de 200 km/h provoque un débit d’air très important pendant environ 40-50 secondes : c’est pendant ce temps que l’on découvre les grandes sensations du parachutisme. Il est recommandé de respirer par le nez, très simplement.

Comment ne pas stresser avant un saut en parachute ?

Les essais en vol en soufflerie peuvent être une bonne solution pour tester des sensations similaires au parachutisme, ainsi vous avez un petit aperçu de ce que ça fait, même si vous devez tomber dans le vide pour sauter en parachute. de l’avion à une hauteur impressionnante.

Comment se préparer pour un saut en parachute ?

Vous avez besoin de toutes vos forces ! La veille, évitez les aliments gras (charcuterie, frites, gâteaux et biscuits, fromages, ragoûts et tartiflettes) et préférez les aliments riches en vitamines (poisson, jaune d’œuf, lait, légumes, fruits) et en sucres lents (pain complet, chocolat , riz, pâtes, â¦)

Comment se préparer à un saut en parachute ?

Vous avez besoin de toutes vos forces ! La veille, évitez les aliments gras (charcuterie, frites, cakes et biscuits, fromages, ragoûts et tartiflettes, etc.) et préférez les aliments riches en vitamines (poisson, jaune d’œuf, lait, légumes, fruits, etc.) et en glucides ( pain complet, chocolat, riz, pâtes, etc.)

Pourquoi faut-il manger avant de sauter en parachute ? Il est très important de manger avant de sauter en parachute. Vous consommez de l’énergie et il est important qu’elle soit disponible. Cependant, évitez de manger trop ou trop de matières grasses. Privilégiez l’apport de vitamines et de glucides.

Comment ne pas stresser avant un saut en parachute ?

Les essais en vol en soufflerie peuvent être une bonne solution pour tester des sensations similaires au parachutisme, ainsi vous avez un petit aperçu de ce que ça fait, même si vous devez tomber dans le vide pour sauter en parachute. de l’avion à une hauteur impressionnante.

Quelle sensation ça fait un saut en parachute ?

Tu ne peux pas sauter, tu es étourdi – merde ! Sachez que vous ne vous sentirez pas étourdi pendant le parachutisme. Cette sensation désagréable est liée à l’oreille interne : parce que vous pouvez voir le sol, vous vous sentez étourdi. Sur une échelle, un balcon ou le bord d’une falaise.

Est-ce que le saut en parachute fait peur ?

Vivez une expérience unique : vous ne serez pas déçu ! En effet, la montée d’adrénaline du parachutisme est sans précédent. Vous pouvez vivre le rêve de voler en quelques minutes. Cette sensation unique restera certainement avec vous pour le reste de votre vie !

Comment se passe un premier saut en parachute ?

Généralement, le premier saut se fait en tandem, c’est-à-dire avec un moniteur agréé qui est à vos côtés et qui contrôle toute la descente, la trajectoire, l’ouverture et l’atterrissage du parachute, mais vous avez aussi la possibilité de pratiquer le saut seul pour la première fois .

Comment se préparer pour un saut en parachute ?

Vous avez besoin de toutes vos forces ! La veille, évitez les aliments gras (charcuterie, frites, gâteaux et biscuits, fromages, ragoûts et tartiflettes) et préférez les aliments riches en vitamines (poisson, jaune d’œuf, lait, légumes, fruits) et en sucres lents (pain complet, chocolat , riz, pâtes, â¦)

Quelle est la sensation d’un saut en parachute ?

Tu ne peux pas sauter, tu es étourdi – merde ! Sachez que vous ne vous sentirez pas étourdi pendant le parachutisme. Cette sensation désagréable est liée à l’oreille interne : parce que vous pouvez voir le sol, vous vous sentez étourdi. Sur une échelle, un balcon ou le bord d’une falaise.

Quelle est la sensation d’un saut en parachute ?

Tu ne peux pas sauter, tu es étourdi – merde ! Sachez que vous ne vous sentirez pas étourdi pendant le parachutisme. Cette sensation désagréable est liée à l’oreille interne : parce que vous pouvez voir le sol, vous vous sentez étourdi. Sur une échelle, un balcon ou le bord d’une falaise.

Quelle est la durée d’un saut en parachute ?

Il faut 12 à 20 minutes pour monter à 4000 mètres. C’est la hauteur optimale pour le parachutisme. Aucun oxygène n’est nécessaire à cette altitude et cela nous laisse presque une minute de chute libre.

Comment respirer lors d’un saut en parachute ?

Respirer la chute libre La chute libre à une vitesse de 200 km/h provoque un débit d’air très important pendant environ 40-50 secondes : c’est pendant ce temps que l’on découvre les grandes sensations du parachutisme. Il est recommandé de respirer par le nez, très simplement.

Quelle est la sensation d’un saut en parachute ?

Tu ne peux pas sauter, tu es étourdi – merde ! Sachez que vous ne vous sentirez pas étourdi pendant le parachutisme. Cette sensation désagréable est liée à l’oreille interne : parce que vous pouvez voir le sol, vous vous sentez étourdi. Sur une échelle, un balcon ou le bord d’une falaise.

Comment respirer en parachutisme ? Respirer la chute libre La chute libre à une vitesse de 200 km/h provoque un débit d’air très important pendant environ 40-50 secondes : c’est pendant ce temps que l’on découvre les grandes sensations du parachutisme. Il est recommandé de respirer par le nez, très simplement.

Quelle est la durée d’un saut en parachute ?

Il faut 12 à 20 minutes pour monter à 4000 mètres. C’est la hauteur optimale pour le parachutisme. Aucun oxygène n’est nécessaire à cette altitude et cela nous laisse presque une minute de chute libre.

Qui ne peut pas sauter en parachute ?

Pour des raisons de sécurité, les personnes pesant moins de 40 kg et plus de 90 kg ne peuvent pas sauter en parachute, le poids des vêtements et de la nourriture consommés le jour du saut sera pris en compte.

Comment se passe un premier saut en parachute ?

Généralement, le premier saut se fait en tandem, c’est-à-dire avec un moniteur agréé qui est à vos côtés et qui contrôle toute la descente, la trajectoire, l’ouverture et l’atterrissage du parachute, mais vous avez aussi la possibilité de pratiquer le saut seul pour la première fois .

Comment se passe un premier saut en parachute ?

Généralement, le premier saut se fait en tandem, c’est-à-dire avec un moniteur agréé qui est à vos côtés et qui contrôle toute la descente, la trajectoire, l’ouverture et l’atterrissage du parachute, mais vous avez aussi la possibilité de pratiquer le saut seul pour la première fois .

Comment ne pas stresser avant de sauter en parachute ? Les essais en vol en soufflerie peuvent être une bonne solution pour tester des sensations similaires au parachutisme, ainsi vous avez un petit aperçu de ce que ça fait, même si vous devez tomber dans le vide pour sauter en parachute. de l’avion à une hauteur impressionnante.

Comment se préparer pour un saut en parachute ?

Vous avez besoin de toutes vos forces ! La veille, évitez les aliments gras (charcuterie, frites, gâteaux et biscuits, fromages, ragoûts et tartiflettes) et préférez les aliments riches en vitamines (poisson, jaune d’œuf, lait, légumes, fruits) et en sucres lents (pain complet, chocolat , riz, pâtes, â¦)

Qui ne peut pas sauter en parachute ?

Pour des raisons de sécurité, les personnes pesant moins de 40 kg et plus de 90 kg ne peuvent pas sauter en parachute, le poids des vêtements et de la nourriture consommés le jour du saut sera pris en compte.

Comment s’habiller pour faire un saut en parachute ?

En résumé, la tenue idéale pour le parachutisme : Couche 2 couches, comprenant un T-shirt et un sweat ou pull. Optez pour un jean ou un jogging. Plus prudent, n’hésitez pas à porter des leggings ou des collants en dessous ! Portez des baskets bien ajustées.

Est-ce qu’un parachute s’ouvre tout seul ?

Grand-voile. « Non, un parachutiste expérimenté ouvre sa voilure manuellement en tirant une sorte de poignée. Les règles s’appliquent : vous ne devez pas ouvrir votre aile en dessous de 850 m. » Voile de secours.

Comment s’ouvre un parachute ? Le parachute s’accroche dans l’avion au moyen d’une longue sangle dépliable. Le déverrouillage se fait donc automatiquement en serrant la sangle immédiatement environ 3-4 secondes après avoir quitté l’avion.

Comment s’ouvre un parachute de secours ?

Dans la plupart des cas, les ouvertures de secours sont réalisées à proximité du sol. Le pilote doit gérer la voilure principale et se préparer au crash sans se soucier du parachute. Sa bonne stabilité et sa bonne vitesse de descente sont des caractéristiques suffisantes.

Comment ouvrir son parachute de secours ?

Où se trouve le parachute de secours ?

Le parachute de secours est le plus souvent intégré soit dans la sellette soit dans la poche ventrale et relié aux maillons au moyen de sangles spéciales.

Quel poids minimum pour sauter en parachute ?

Quel est le poids minimum pour sauter en parachute ? Le poids minimum pour le saut en tandem est d’environ 40 kg. C’est l’une des raisons pour lesquelles les moins de 15 ans ne sont pas autorisés à sauter en parachute.

De combien de poids avez-vous besoin pour sauter en parachute ? Pliez les termes du parachutisme. Votre poids maximum doit être de 113 kg (250 lb).

Quelle conditions pour sauter en parachute ?

Quelles conditions météorologiques sont requises pour le parachutisme? Le vent devrait être inférieur à environ 40 km/h. Il ne doit pas y avoir de nuages ​​trop bas. La couverture nuageuse doit permettre de détecter le moment du lâcher.

Quelles sont les Contre-indications pour sauter en parachute ?

Insuffisance cardiaque, hypertension, etc. Troubles osseux et articulaires, fragilité osseuse, maux de dos, ostéoporose, etc. Troubles et affections pulmonaires, asthme, etc. Troubles neurologiques, traumatisme crânien, épilepsie, troubles de la vigilance, toxicomanie, alcoolisme, etc.

Quel certificat médical pour saut en parachute ?

Pour un saut en tandem, il suffit d’un simple certificat médical le jour du saut attestant qu’il n’y a pas de contre-indication au parachutisme, qui peut être délivré par un simple médecin généraliste.

Qui ne peut pas sauter en parachute ?

Pour des raisons de sécurité, les personnes pesant moins de 40 kg et plus de 90 kg ne peuvent pas sauter en parachute, le poids des vêtements et de la nourriture consommés le jour du saut sera pris en compte.

Est-ce que le parachutisme est dangereux ?

Le parachutisme, s’il est bien pratiqué, n’est pas dangereux. Par conséquent, il est impératif de choisir une école agréée par la Parachute Association. Être bien pratiqué, c’est être rigoureux. â Rigueur dans l’entretien des équipements, les économies ne sont pas possibles (malheureusement, cela se voit trop souvent dans certaines écoles).

Qui ne peut pas faire de saut en parachute ?

Autres contre-indications Pour des raisons de sécurité, le saut en parachute est interdit aux personnes de poids proche de 40 kg et de plus de 90 kg, pesées habillées et nourries le jour du saut.