Montpellier / Interview : avec Hyperelec, Jean de Poncins crée…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

En 2023, le distributeur d’électricité Hyperelec ouvre son premier bureau de représentation à Montpellier. Selon le PDG Jean de Poncins, un pari « qui a tout son sens ».

Présente dans le Gard et les Bouches-du-Rhône à travers huit agences, la société de distribution d’électricité Hyperlec ne compte pas s’arrêter là : elle ouvrira en 2023 sa première agence à Montpellier. Un choix que son directeur général, Jean de Poncins, qualifie de « réfléchi » et qui va créer encore plus de « proximité et de service » avec une très large gamme de produits, parmi lesquels câbles, fils, cheminements, chauffage, éclairage, solaire, fixations, outils ou appareils électroménagers. A cette occasion, il a reconstitué l’histoire d’Hyperelec depuis sa création jusqu’à son expansion. Entrevue.

Métropolitain : Hyperelec est aujourd’hui une société de distribution d’électricité qui ne cesse de se développer. Quelle est son histoire ?

Hyperelec a été fondée en 1995 par une personne qui travaillait lui-même pour un distributeur de matériel électrique et en est parti pour créer Hyperelec. C’est quelqu’un qui a déjà travaillé sur le terrain, est venu de Nîmes et a vu une opportunité de créer une nouvelle offre à Bouillargues, où se trouve aujourd’hui notre siège social. Il n’y avait pas d’autre marque de matériel électrique dans ce coin au sud de Nîmes, ce qui a motivé le choix de l’emplacement. Pour ma part, j’ai racheté l’entreprise en 2016 et ouvert à Saint-Hippolyte-du-Fort, Aigues-Mortes, Bagnols-sur-Cèze puis d’autres villes où il n’y avait pas de distributeur. Notre objectif est de créer de la proximité et du service client. Ils doivent avoir accès au réseau de l’agence pour trouver le même équipement au même prix dans un rayon de 100 km autour du siège.

Quel parcours professionnel vous a fait racheter Hyperelec ?

Premièrement, je suis né à Nîmes. J’ai suivi un parcours assez classique en allant en école de commerce et j’ai intégré un groupe spécialisé dans l’électroménager, Brandt, où j’ai travaillé pendant 25 ans. J’ai occupé différents postes de directeur commercial pour la France, puis je suis parti à l’étranger dans des filiales implantées au Maroc, à Singapour, puis en Chine, avant de finalement revenir en France. Puis j’ai pensé qu’il était temps de partir et j’ai conclu un accord avec le groupe pour racheter l’entreprise. Mon choix s’est porté sur Hyperelec, dont je connaissais le mode de commercialisation, même si je n’étais pas un expert de tous leurs produits. La relation avec l’ancien PDG s’est aussi très vite très bien développée. Pour moi, l’entrepreneuriat est avant tout une histoire d’hommes. Hyperelec était une entreprise bien gérée avec des indicateurs verts, alors j’ai commencé. Cela s’accordait aussi très bien avec mon désir de reprendre une entreprise dans le sud de la France.

Comment choisissez-vous les partenaires avec lesquels Hyperelec coopère et se développe ?

Il faut déjà savoir que nous faisons partie d’un groupement appelé SIELE qui regroupe plusieurs distributeurs français indépendants spécialisés dans le négoce de matériel électrique. C’est pourquoi nous avons des contrats avec des fournisseurs par l’intermédiaire de ce groupe. Nous travaillons uniquement avec des fournisseurs présents en France. Encore mieux s’ils ont une présence locale dans le sud ou en Occitanie car nous voulons vraiment développer ce type d’activité pour minimiser notre empreinte carbone. Nous ne travaillons qu’avec des marques connues et reconnues. Nous sommes toujours à l’écoute des évolutions du marché et des produits pour trouver de nouveaux fournisseurs. Par exemple, avec la crise énergétique, l’énergie solaire gagne en importance. C’est la même chose avec la domotique et les pompes à chaleur.

Avez-vous déjà envisagé d’étendre votre objectif de carrière à des individus ?

Hyperelec s’adresse principalement à une clientèle professionnelle. Nous avons neuf agences qui servent actuellement de centres de conseil et cette partie est importante. C’est le cœur de notre travail. Nos produits peuvent également être utilisés par des particuliers, mais cela nécessite la connaissance de certaines techniques de montage.

Êtes-vous en mesure de maintenir les prix de vos équipements électriques dans la situation d’inflation actuelle ?

L’inflation était très élevée. Il est donc trop compliqué de maintenir les mêmes prix. Par exemple, les prix du laiton ont augmenté de plus de 40 %. Cependant, nous faisons de notre mieux pour limiter l’impact de ces augmentations sur les clients. Cela est possible en augmentant le volume et en concluant des contrats avec nos partenaires, car ce sont souvent des fournisseurs avec lesquels nous coopérons depuis très longtemps.

Pourquoi avoir créé une nouvelle agence Hyperelec à Montpellier et pas ailleurs en Occitanie ?

Nous avons décidé d’installer notre neuvième agence Hyperelec à Montpellier car c’est la grande ville la plus proche de Nîmes. Nos clients sont également très sollicités car nombre d’entre eux travaillent dans la région de Montpellier. C’est aussi une ville qui facilite certaines activités comme les livraisons quotidiennes. Il ne faut pas oublier non plus que Montpellier et ses environs constituent un marché important pour la rénovation, la construction, la promotion immobilière et le développement du tertiaire.

À Lire  Thomas Cook active un contrat de trade finder

Avez-vous envisagé de créer d’autres agences Hyperelec en dehors du Gard et de l’Hérault ?

Nous sommes également implantés dans les Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Aujourd’hui, nous privilégions les emplacements dans le sud de la France. Bien sûr, nous ne sommes pas fermés à l’ouverture d’autres agences si nos clients le jugent judicieux. Nous envisagerons également cette option si elle est avantageuse pour l’entreprise. Je vous rappelle : le service client est notre priorité. Si certains d’entre eux disent vouloir se développer, par exemple à Bordeaux, nous y réfléchirons. Pour l’instant ce n’est pas important et on aimerait quand même privilégier la place de l’Occitanie et du sud de la France.

Cet article vous a-t-il été utile ? N’oubliez pas que vous pouvez suivre le Métropolitain dans l’espace Mon Actu. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.

C’est quoi une brève en journalisme ?

Comment faire un brief ? Comme son nom l’indique, un brief comporte plusieurs lignes. Trois ou quatre phrases vous permettent généralement de rédiger un mémoire. Dans le temps, cela signifie dix à vingt secondes. Si le brief est trop long, cela signifie que vous n’avez pas couvert les choses les plus importantes et que vos informations sont floues.

Comment écrire une radio courte ? – La radio courte commence toujours par au moins 4 sur 6 W : qui, quoi, quand, où… (info/hot news) : quoi de neuf, original ?? Les faits exacts : qui, quoi, où, quand puis nous développons pourquoi, comment.

C’est quoi une brève en journalisme ?

1 Lire : définition d’une actualité Une actualité est un texte composé de quatre à six lignes, sans titre et sans paragraphes séparés. Cette forme simple en fait le genre journalistique le plus lu. C’est la réponse à l’un des principes de base de l’écriture journalistique : fournir le plus rapidement possible l’information nécessaire.

Quel est le raccourci ? Nouvelles courtes, non pertinentes ou de dernière heure.

Lire aussi :
Les commentaires problématiques et les noms de leurs auteurs doivent être signalés.…

Comment joindre le Midi Libre ?

contactez-nous au 04 3000 7000, du lundi au vendredi 9h-12h30 et 14h-18h ou écrivez-nous à lagence@midilibre.com ou rendez-vous sur le formulaire de contact : https://www.lagencedecomm. pl/contact/.

Quel est le prix du déjeuner gratuit ? pendant 6 mois puis 39,99€/mois.

Qui a midi libre ? Après avoir été rachetée par le groupe Le Monde à ses actionnaires historiques en 2001, puis en 2007 par le groupe Sud Ouest basé à Bordeaux, elle appartient depuis 2015 au groupe La Dépêche basé à Toulouse.

Comment lire Midi Libre en ligne ?

Profitez du journal en ligne gratuit et de toute l’actualité en temps réel sur Midilibre.fr. Retrouvez chaque matin, dès 6h du matin, l’édition numérique du jour dans votre espace abonné. Prérequis? Inscrivez-vous sur Midilibre.fr et rapprochez ce compte avec votre abonnement.

Comment avoir un article dans Le Midi Libre ? Veuillez contacter le service client par email abonnements@midilibre.com ou par téléphone au 04 3000 30 34 pour obtenir des informations à jour sur les produits que vous avez commandés.

Comment résilier un abonnement à midi libre ?

ou par mail à subscription@midilibre.com. ou par courrier à Midi Libre – Service Relation Client – Rue du Mas de Grille – 34438 Saint-de-Védas cedex.

Comment mettre fin à mon abonnement ? Pour annuler un forfait prépayé inutilisé :

  • Ouvrez l’application Google Play.
  • Dans le coin supérieur droit, cliquez sur l’icône de profil.
  • Appuyez sur Paiements et abonnements Abonnements.
  • Sélectionnez l’abonnement ou le plan prépayé que vous souhaitez annuler.
  • Appuyez sur Annuler l’abonnement.
  • Suivez les instructions.

Comment lire Midi Libre en ligne ?

Profitez du journal en ligne gratuit et de toute l’actualité en temps réel sur Midilibre.fr. Retrouvez chaque matin, dès 6h du matin, l’édition numérique du jour dans votre espace abonné. Prérequis? Inscrivez-vous sur Midilibre.fr et rapprochez ce compte avec votre abonnement.

Comment avoir un article dans Le Midi Libre ? Veuillez contacter le service client par email abonnements@midilibre.com ou par téléphone au 04 3000 30 34 pour obtenir des informations à jour sur les produits que vous avez commandés.