Navire de croisière « moins polluant » faisant escale à La Rochelle

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Auteur : Frédéric Zabalza – f.zabalza@sudouest.frPublié le 12/05/2022 à 11:56Mis à jour le 13/05/2022 à 17:50

Le « World Explorer », propriété de Rivages du monde, annonce une nouvelle génération de paquebots. « Nous n’avons pas le choix », disent les dirigeants

126 mètres de long, 19 mètres de haut, 8 ponts et 98 cabines, tous avec vue sur mer, avec balcons selon catégorie, capacité de 200 passagers réduite à 180 pour embarquer musiciens, artistes et autres intervenants, piscine à l’eau de mer, salle de sport, spa, sentier de marche rapide… Bienvenue à bord de World Explorer.

Conçu et construit au Portugal en 2019, le dernier paquebot du croisiériste français Rivages du monde a fait mercredi 11 mai sa première escale à La Rochelle, où l’activité alimente le débat politique. Pourtant, le « World Explorer » est censé être un bateau moderne, doté de « technologies de pointe qui respectent davantage l’environnement ».

« Nous avons banni le plastique, seules les bouteilles en verre sont à bord. Nous ne publions plus de programmes sur papier. Le bateau est équipé de moteurs hybrides et dispose également d’une capacité de positionnement dynamique qui l’empêche de jeter l’ancre au port pour protéger les fonds marins. C’est une demande des clients et nous l’aimons beaucoup, car nous sentons que c’est un sujet qui prend de l’ampleur. Nous sommes heureux d’avoir un avantage », a déclaré le directeur général Mykola Pronin.

Compensation carbone

Deux moteurs hybrides Rolls Royce permettront au nouveau paquebot de naviguer dans les fjords norvégiens et le long du Spitzberg en mode électrique, par exemple en contournant le Groenland ou en remontant le Guadalquivir jusqu’à Séville, mais aussi en s’arrêtant à La Rochelle et Bordeaux, réduisant les émissions de carbone. ont le plus grand impact. Ce n’est pas un luxe pour un paquebot très haut de gamme. « De toute façon, on n’a pas le choix, la réglementation se durcit », note Alain Souleille, patron de Rivages du monde.

Des émissions offshore ou aériennes au bruit des moteurs, les normes internationales pour les grands navires de croisière se durcissent. Les opérateurs n’auront d’autre choix que de s’adapter. « En plus du choix des bateaux, nous avons signé un accord de partenariat avec Green Keeper, qui vise à compenser jusqu’à 110% l’empreinte carbone de nos passagers dès 2023. Le prix est décerné à une organisation qui installe des éoliennes en Inde pour lutter contre l’énergie à base de charbon. Nous avons également développé un accord avec River Cleanup pour nettoyer les rivières européennes. Enfin, nous restreignons les déplacements en avion pour accéder à nos vols. »

« L’industrie de la croisière est souvent récompensée, assure Alain Souleille, pas forcément à bon escient, car elle implique beaucoup d’efforts, des sommes colossales sont investies dans la recherche. »

Voir l’article :
Après des mois d’incertitude, La Provence connaît le nom de ses nouveaux…

Les croisiéristes privés d’Asie et de Russie

L’industrie des croisières a été durement touchée par les deux années de la pandémie. Rivages du monde a réalisé un chiffre d’affaires de 72 millions d’euros en 2019, avec 22 000 passagers à bord. Celui-ci devrait atteindre 30 millions d’euros pour 9 000 passagers en 2021, avec un panier moyen plus important. « Ça repart avec des secousses, mais ça recommence », pointe Alain Souleille. Le problème, c’est qu’il n’y a toujours pas d’Asie, où nous sommes allés en Birmanie, en Chine, au Laos, dans le Gange ou en Russie, qui représentaient 25 % de l’activité et où nous avions trois bateaux. »

Pourquoi le transport maritime a des conséquences sur le réchauffement climatique ?

Quel est l’impact des transports sur le réchauffement climatique ? Le transport routier est la principale source d’émissions de CO2, principale cause du réchauffement climatique. Selon le ministère de la Transition écologique et solidaire, il est responsable de 33 % des émissions de COâ en France. C’est le moyen de transport qui émet le plus de CO2 dans l’atmosphère.

Pourquoi le transport maritime représente-t-il un risque pour les océans ? En plus des gaz à effet de serre, les navires rejettent dans l’atmosphère des particules de soufre dangereuses pour la santé et l’environnement. Avec les particules fines et le monoxyde d’azote, ces polluants atmosphériques ont un impact particulier sur les populations vivant à proximité des ports et des côtes.

Quel est l’impact environnemental du transport maritime ? En 2018, le transport maritime représentait 13,5 % des émissions totales de gaz à effet de serre dans l’Union européenne (UE), loin derrière le transport routier et aérien. Qu’il s’agisse du transport de marchandises ou du tourisme, le secteur joue un rôle essentiel dans l’économie mondiale.

Quelles sont les conséquences négatives du transport maritime ?

�� Perturbation de la faune marine. Les collisions entre les navires et les animaux marins sont un impact majeur de la navigation sur la faune. Ces collisions entraînent dans la plupart des cas des blessures graves ou la mort d’animaux.

Pourquoi le transport maritime affecte-t-il le réchauffement climatique ? Comme tous les autres moyens de transport qui brûlent des hydrocarbures pour produire de l’énergie, les navires génèrent une pollution de l’air qui nuit à la qualité de l’air, affecte la santé humaine et contribue aux effets à grande échelle du changement climatique.

À Lire  INFOGRAPHIE. Le plus grand paquebot du monde prend la mer

Où vont les déchets des paquebots ?

Les cuisiniers séparent les restes de nourriture dans différents seaux, qu’ils placent ensuite dans un grand tuyau. Ce tuyau mène à l’hydroprocesseur du navire. Ici, les déchets alimentaires sont incinérés, ce qui réduit la quantité globale de déchets à bord.

Où vont les excréments des bateaux ? Les déchets des marins finissent dans la mer, tout comme les poissons, les mammifères marins et les oiseaux.

Où vont les eaux usées des paquebots ? Sauf lorsqu’un navire est équipé d’un système de broyage et de désinfection, il peut rejeter ses effluents – et donc être traités – directement à la mer, à une distance de plus de 3 milles nautiques de la terre et à une vitesse modérée d’au moins 4 nœuds .

Où est le plus gros paquebot du monde ?

RangNomLongueur
1L’harmonie des mers362.12m
2Miracle des mers362.04m
3Symphonie des mers361.01m
4Le charme des mers360.05m

Où est la merveille des mers ? Comment ajouter vos sources ? Wonder of the Seas à Saint-Nazaire en août 2021. Le Wonder of the Seas est un navire de croisière de la Royal Caribbean Cruise Line construit aux Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire entre octobre 2019 et novembre 2021.

Quel est le plus grand paquebot d’Europe ? Le MSC World Europa est un navire de croisière, le plus grand paquebot d’Europe en 2022. Propriété de MSC Croisières. Au moment de la livraison, elle est le plus grand paquebot européen et le 6e plus grand paquebot au monde (en tonnage), après les paquebots de classe Oasis de Royal Caribbean .

Où vont les déchets des bateaux de croisières ?

Les eaux usées sont partagées entre toilettes, douches, lavabos etc. et ne subissent pas le même traitement. Les eaux sont épurées et purifiées puis rejetées dans la mer.

Où vont les eaux usées des bateaux de croisière ? Les eaux usées, qui sont généralement rejetées dans le Pacifique en raison de l’industrie des croisières, contiennent des polluants, notamment des bactéries coliformes, de l’ammoniac et des métaux lourds qui sont nocifs pour la vie aquatique et les écosystèmes, selon lui.

Où vont les eaux usées des paquebots ?

Les eaux usées non broyées et non désinfectées doivent être rejetées à plus de 12 milles nautiques de la terre la plus proche, car il est largement admis qu’en haute mer, l’action des micro-organismes permet l’assimilation et la neutralisation des eaux usées non traitées.

Où vont les eaux usées ? Les eaux usées sont collectées et envoyées via le réseau d’égouts vers des stations d’épuration, également appelées stations d’épuration, afin de les nettoyer et d’éliminer les impuretés indésirables qu’elles contiennent.

Où va l’eau des toilettes du bateau ? Le WC marin dispose d’un réservoir d’eau propre ou d’un système de pompe pour la récupération de l’eau de mer. L’eau de la cuvette, après passage dans un broyeur ou un hachoir, est rejetée dans le réservoir d’eaux noires ou à la mer.

Où vont les eaux usées des bateaux de croisière ?

Les eaux usées, qui sont généralement rejetées dans le Pacifique en raison de l’industrie des croisières, contiennent des polluants, notamment des bactéries coliformes, de l’ammoniac et des métaux lourds qui sont nocifs pour la vie aquatique et les écosystèmes, selon lui.

Ou vidanger les eaux noires du bateau ? La vidange de la cuve à eaux noires des bateaux peut se faire à la station de pompage du port. Ce service peut être payant ou gratuit, selon le catalogue de services proposé par l’opérateur portuaire.

Comment lutter contre la pollution des bateaux ?

Malgré les navires polluants, l’électrification des quais progresse timidement. Pour lutter contre la pollution massive de l’air par les navires qui laissent tourner leurs moteurs pour répondre aux besoins en électricité, des ports comme Le Havre et Marseille investissent dans les liaisons terrestres.

Comment les navires polluent-ils l’environnement ? La principale raison pour laquelle les navires polluent autant l’environnement est l’utilisation de fioul lourd comme combustible. Même à quai, le transport maritime brûle ces déchets bruts particulièrement polluants pour alimenter les navires en énergie.

Comment améliorer le transport maritime ? Prévention du réchauffement climatique

  • Mesures technologiques, en améliorant l’efficacité énergétique et le stockage ;
  • Mesures opérationnelles, y compris navigation lente (réduction de la vitesse du navire) ;
  • Les énergies renouvelables, à travers le développement de l’utilisation des biocarburants ou de l’énergie éolienne.

Est-ce que les bateaux polluent l’eau ?

Les navires inondent la mer d’environ 1,8 milliard de kilogrammes de produits toxiques, soit plus de 57 kilogrammes de produits toxiques par seconde. Les 97,5 % restants proviennent d’un scandale discret : l’enlèvement illégal et volontaire de ballast.

Comment les bateaux polluent-ils l’eau ? La plus répandue est causée par l’émission de particules fines (dioxyde de carbone, soufre, etc.) provenant de l’utilisation de carburants de très mauvaise qualité, tandis que la plus médiatisée survient lors des marées noires et autres activités de dégazage menées par certains navires.

Qui pollue le plus l’avion ou le bateau ? Le pire concerne les ferries, qui émettent 267 grammes d’équivalent CO2 par kilomètre, contre 209 grammes pour un avion long-courrier. Et c’est sans compter les quantités colossales de particules fines déversées près des villes où elles s’arrêtent.

Comment réduire l’impact écologique du transport maritime ?

Ralentir la vitesse des navires Réduire la vitesse des navires était une solution proposée par la France à l’Organisation maritime internationale. En effet, selon le ministère de la Transition écologique, un tanker naviguant à 11 nœuds au lieu de 12 peut réduire la consommation d’énergie de 18 %.

Pourquoi le transport maritime affecte-t-il le réchauffement climatique ? Comme tous les autres moyens de transport qui brûlent des hydrocarbures pour produire de l’énergie, les navires génèrent une pollution de l’air qui nuit à la qualité de l’air, affecte la santé humaine et contribue aux effets à grande échelle du changement climatique.