Nice : Parentalis, la première application réalisée par un pédiatre pour faciliter la parentalité

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Obtenir des réponses d’un pédiatre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour toute inquiétude ou préoccupation concernant votre enfant lorsque vous êtes parent, c’est un peu un rêve. Les parentalistes en font alors une réalité. « C’est la première application qu’un pédiatre crée pour les parents », explique Aymène Kebaili, 30 ans, pédiatre à Nice.

L’idée, il l’a eue en 2021, alors qu’il travaillait en réanimation pédiatrique et pensait avec d’autres collègues que de nombreuses situations dramatiques pouvaient être évitées. « Quand j’en ai discuté autour de moi avec des amis, ils m’ont dit qu’ils auraient les mêmes réflexes que ce vieil homme, a-t-il poursuivi. C’est là que je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose parce que tout n’était pas clair et qu’il était difficile de penser ou de se souvenir de tout.

Avec trois amis, ils ont commencé la conception d’applications. « Dans l’équipe, il y a deux jeunes parents. Nous nous inspirons également de leurs expériences et de leurs difficultés lorsqu’ils ont des enfants. Chacun a son avis. Entre les conseils des amis, de la famille, le fait qu’on ait oublié ce qu’a dit le médecin, puis maintenant, tout ce qui circule sur Internet, il faut s’arranger », a expliqué le pédiatre.

Table des matières

Un outil « moderne »

Un outil « moderne »

L’application Parentalis se présente comme un « outil moderne, parfait pour les jeunes parents, qu’ils peuvent toujours avoir à portée de main avec des réponses à leurs questions à portée de main. C’est pour cette raison que, lorsque vous arrivez sur la page d’accueil, vous accédez directement à la barre de recherche », explique Aymène Kebaili.

Le reste du contenu est divisé en deux catégories : des fiches « symptômes », différenciées par couleur pour déterminer si « très grave » ou « à surveiller » et par l’âge des enfants « moins de trois mois » ou « plus de trois mois », et des fiches  » des conseils », notamment sur les aliments à éviter à un certain âge ou encore sur les meubles nouveau-né à acquérir (ou non). « Ce sont toutes des questions du quotidien avec des éléments clairs, pragmatiques et précis », précise le médecin. Il fait référence aux dernières recommandations des autorités sanitaires et à la source de chaque article.

Toutefois, le Niçois a souligné que l’application n’avait pas vocation à dématérialiser les consultations qui restaient pour lui, « importantes ». « Nous voulons simplement former et informer au mieux les parents afin qu’ils se sentent à l’aise dans la parentalité et soient assurés du maximum de connaissances qu’ils obtiendront grâce à l’application ».

36 conseils pour mieux magasiner
Lire aussi :
Comment calculer un budget alimentaire ? Pour faire ce calcul, prenez le…

Plus de 3.000 téléchargements en trois jours

Plus de 3.000 téléchargements en trois jours

Et la connaissance a un coût. Un abonnement pour avoir accès à tous les fichiers revient à 5 euros par mois. « Pour que l’application fonctionne, nous devons lui donner un prix. Principalement parce que nous avons décidé de ne pas afficher de publicités à l’écran afin de ne pas masquer le message et de protéger les données personnelles de nos utilisateurs. Nous ne demandons qu’une adresse e-mail. L’un des membres de l’équipe est un avocat spécialisé dans le droit des données personnelles. Et puis, on fait tout ça sur notre temps libre. Pour développer l’application, nous ne pouvons pas compter sur nos fonds personnels. »

En trois jours, Parentalis a connu un succès étonnant et « inattendu », notamment deux vidéos en direct postées sur Facebook dans lesquelles des pédiatres répondaient à des messages, avec plus de 3 000 téléchargements, dont 10 % d’abonnements payants. « Cela montre aussi qu’il y a un vrai intérêt, un vrai besoin et qu’on répond à une vraie demande », a conclu Aymène Kebaili.

Le prochain projet consiste à vraiment améliorer l’application en termes de conception et de toutes les fonctionnalités, en permettant la surveillance et en laissant les gens s’en occuper à plein temps. Le co-fondateur a assuré que, « pour le fonctionnement de Parentalis », il resterait toutefois pédiatre.

Quand bébé n’est plus nourrisson ?

Quand bébé n'est plus nourrisson ?

En puériculture, le terme bébé est réservé aux enfants au-delà du premier mois de leur vie et jusqu’à environ deux ans voire trente mois, c’est-à-dire entre la naissance et la petite enfance.

Quelle est la différence entre un bébé et un bébé ? Un bébé a entre 1 mois et environ 6 mois, alors qu’un nouveau-né est qualifié comme tel par l’OMS entre sa naissance et son 30e jour de vie. A la naissance, on parle donc de nouveau-né, puis de bébé dès le premier mois puis de bébé, jusqu’à la petite enfance.

Quel est l’âge du nourrisson ?

Le terme nourrisson désigne un enfant jusqu’à l’âge de 12 mois. Par tout-petits, on entend les enfants de plus de 12 mois mais de moins de 3 ans (36 mois).

Quelle est la différence entre bébé et enfant ?

Un enfant est considéré comme un bébé tant qu’il tète au biberon ou au sein de sa mère. Avant l’âge de 1 mois, c’est un nouveau-né. Au-delà de 6 mois, et même si elle est encore au sein, on ne parle plus du bébé, car elle s’est lancée dans une alimentation diversifiée.

Quel âge bébé dit papa maman ?

Les enfants prononcent généralement leurs premiers mots entre 12 et 16 mois.

C’est quoi un petit bébé ?

Les nouveau-nés pesant moins de 90 % des nouveau-nés du même âge gestationnel à la naissance (en dessous du 10e centile) sont considérés comme petits pour leur âge gestationnel.

Pourquoi bébé est petit ?

Les causes du retard de croissance varient. Maladie chronique suspectée – diabète, anémie sévère –, produits – tabac, alcool… et certains médicaments. L’âge maternel avancé ou l’insuffisance pondérale (IMC inférieur à 18) peuvent également interférer avec la croissance du nourrisson.

Quel poids minimum bébé ?

Qu’entend-on par « faible poids à la naissance » ? Les nouveau-nés pesant moins de 2500 grammes sont considérés comme ayant un poids insuffisant. Les bébés nés pesant entre 1 000 et 1 499 g sont considérés comme ayant un poids très faible.

Quand commencer à dire non à bébé ?

Au moment où votre bébé commence à bouger, vous aurez souvent l’impression (et finalement vous n’aurez plus envie) de dire « non » une centaine de fois par jour. Et puis, vers 18 mois, votre enfant entre dans la période « non ».

Comment faire comprendre à un bébé le non ?

Lorsque votre enfant s’apprête à faire quelque chose d’interdit, comme ramasser un objet avec lequel il n’a pas le droit de jouer, vous devez vous approcher de lui, vous mettre à sa hauteur, le regarder dans les yeux et sans vous fâcher dites un « Non » ferme.

Comment dire non à un bébé de 1 an ?

Expliquez votre décision. Dites des choses comme : « Non, nous ne pouvons pas aller au parc parce que c’est l’heure du dîner et qu’il sera tard ». » Votre enfant acceptera mieux votre rejet s’il le comprend. Trouvez une autre solution avec votre enfant ou offrez-lui des options pour l’aider à accepter le rejet.

Quand ne plus craindre la mort subite du nourrisson ?

Quand ne plus craindre la mort subite du nourrisson ?

C’est la mort subite d’un nourrisson, jusqu’alors considéré comme en bonne santé, dans son sommeil. 90% de ces décès surviennent avant l’âge de 6 mois. Au-delà, le risque diminue mais persiste jusqu’à 18 mois.

Quel est l’âge du syndrome de mort subite du nourrisson? Âge : La mort subite du nourrisson survient avant l’âge de 1 an, le plus souvent entre 2 et 4 mois.

Comment ne plus avoir peur de la mort subite du nourrisson ?

Il est important de tout mettre en œuvre pour éviter les facteurs de risque de cet événement dramatique, ce que vous faites très bien. Vous ne fumez pas, vous aérez sa chambre, il dort sur le dos sur un matelas ferme, il a une tétine, etc. Il aura bientôt 6 mois, le risque va diminuer.

À Lire  Poux : Nous enlevons la vérité et le mensonge

Quand ne plus craindre la mort subite du nourrisson ?

La plupart des cas de mort subite du nourrisson surviennent entre le deuxième et le quatrième mois de la vie. Le risque diminue fortement après l’âge de 6 mois, lorsque votre bébé peut se retourner.

Quels sont les facteurs de risques de la mort subite du nourrisson ?

Facteurs de risque de mort subite du nourrisson, maturation des principales fonctions vitales ; pathologie infantile; l’environnement du tout-petit, y compris les conditions de sommeil et l’environnement de sommeil.

Quels sont les facteurs de risque de la mort subite du nourrisson ?

Facteurs de risque de mort subite du nourrisson, maturation des principales fonctions vitales ; pathologie infantile; l’environnement du tout-petit, y compris les conditions de sommeil et l’environnement de sommeil.

Quels sont les symptômes de la mort subite du nourrisson ?

Quel est le traitement du syndrome de mort subite du nourrisson ?

  • visage cyanosé;
  • pleurs inexplicables et inconsolables,
  • transpiration excessive;
  • apnée du sommeil;
  • régurgitation excessive;
  • fièvre ;
  • difficile de se réveiller ma chérie

Quelles sont les causes de mort subite ?

La maladie coronarienne et la cardiomyopathie sont les causes les plus fréquentes dans la population de plus de 35 ans. Le mécanisme de la mort subite est des troubles du rythme ventriculaire (fibrillation ventriculaire ou tachycardie ventriculaire) dans plus de 80 % des cas.

C’est quoi le rapport giampino ?

C'est quoi le rapport giampino ?

Le rapport de Sylviane Giampino fait suite aux réflexions menées par la mission autour de la prise en charge des enfants de moins de 3 ans. Et le constat que fait cette mission est qu’il y a une inadéquation entre le monde de la recherche, l’univers institutionnel, et la réalité des modes d’acceptation au quotidien.

Quels sont les axes de développement ? Voici une description des quatre domaines de développement :

  • développement moteur.
  • Développement intellectuel.
  • développement affectif.
  • Développement social.

Quels sont les différents aspects du développement de l’enfant ?

Les enfants commencent généralement à marcher à 12 mois, à monter les escaliers à 18 mois et à bien marcher à 2 ans, mais les âges auxquels ces stades sont atteints par les enfants normaux varient considérablement. Le développement moteur ne peut pas être grandement accéléré en augmentant la stimulation.

Quels sont les différents aspects de développement dans la première enfance ?

Le développement de la petite enfance se déroule dans plusieurs domaines interreliés, physiques, cognitifs, langagiers et socio-émotionnels.

Quels sont les facteurs de développement de l’enfant ?

Facteur environnemental. Facteurs biologiques. Relations interpersonnelles. Environnements et expériences de la petite enfance (Shanker, 2008 ; Blair et Diamond, 2008)

C’est quoi le développement affectif ?

Le développement socio-émotionnel est la capacité d’un enfant à exprimer efficacement ses émotions, à obéir aux règles et aux instructions, à établir des relations positives avec les autres et à développer sa confiance en soi.

Quels sont les besoins affectifs ?

Selon William Glasser, fondateur de Reality Therapy, les principaux besoins émotionnels sont l’amour, la sécurité, le pouvoir (c’est-à-dire le sentiment de compétence), la liberté et le plaisir. Répondre aux besoins émotionnels est tout aussi important que répondre aux besoins physiques.

Pourquoi le développement affectif est important ?

Le développement émotionnel permet aux enfants de comprendre, d’exprimer et de gérer les émotions qu’ils ont ressenties en grandissant.

C’est quoi le développement global ?

Par conséquent, l’expression « développement global » fait référence à la manière spécifique dont les jeunes enfants se développent et réalisent simultanément des apprentissages dans tous les domaines.

C’est quoi la motricité globale ?

La motricité globale fait référence aux acquisitions liées à l’équilibre et à la coordination qui permettent aux enfants d’utiliser et de contrôler les muscles de leur corps pour effectuer certains mouvements ou actions, comme se tenir en position assise, ramper, marcher, courir, sauter, grimper. , etc.

Quand s’inquiéter développement bébé ?

Quand s’inquiéter des retards de développement ? Il est important de consulter votre pédiatre dès que vous constatez un retard de développement persistant dans le temps, tant au niveau de la motricité, du langage, de la socialisation ou des apprentissages de votre enfant.

Qu’est-ce que les 1000 premiers jours ?

Les 1000 premiers jours est un concept scientifique qui met en évidence des périodes clés pour le développement d’un enfant : sa santé, son bien-être et celui de ses parents. Pendant cette période, le cerveau d’un enfant se développe plus qu’à tout autre moment.

Pourquoi les tout-petits sont-ils vulnérables ? Dès la naissance, les enfants sont plongés dans un monde créé par et pour les adultes. Sa taille, ses capacités physiques et psychologiques ne lui sont pas adaptées et le rendent donc très vulnérable. A chaque étape de son développement psychomoteur, de nouveaux mondes s’ouvrent à lui et de nombreux risques inconnus.

Pourquoi le rapport des 1000 jours ?

Par conséquent, les 1000 premiers jours sont très importants, pour son développement mais aussi pour la santé globale des adultes. Le ministère des Solidarités et de la Santé est en charge de la France, de son premier souffle à son dernier.

Pourquoi les 1000 jours ?

Nous savons que les 1000 premiers jours, de la conception au 2ème anniversaire d’un enfant, sont une période clé d’action, une opportunité à ne pas manquer. C’est durant cette période que se constitue le futur capital santé des enfants et des adultes. C’est donc une fenêtre d’opportunité pour la prévention.

Pourquoi le rapport 1000 premiers jours ?

Toutes les études montrent que les 1000 premiers jours d’un enfant sont une période importante pour le bon développement et la construction d’un enfant. Cette période conditionne la santé et le bien-être de l’individu tout au long de sa vie.

Pourquoi le rapport des 1000 jours ?

Par conséquent, les 1000 premiers jours sont très importants, pour son développement mais aussi pour la santé globale des adultes. Le ministère des Solidarités et de la Santé est en charge de la France, de son premier souffle à son dernier.

Qui a écrit les 1000 premiers jours ? Lancée par le président de la République Emmanuel Macron en septembre 2019, la commission « 1000 premiers jours », dont le suivi de ses travaux a été confié à Adrien Taquet, secrétaire d’État à l’Enfance et à la Famille ministre des Solidarités et de la Santé, est présidée par un neurologue. Boris Cyrulnik…

Pourquoi les 1000 jours ?

Nous savons que les 1000 premiers jours, de la conception au 2ème anniversaire d’un enfant, sont une période clé d’action, une opportunité à ne pas manquer. C’est durant cette période que se constitue le futur capital santé des enfants et des adultes. C’est donc une fenêtre d’opportunité pour la prévention.

Pourquoi le rapport 1000 premiers jours ?

Toutes les études montrent que les 1000 premiers jours d’un enfant sont une période importante pour le bon développement et la construction d’un enfant. Cette période conditionne la santé et le bien-être de l’individu tout au long de sa vie.

Pourquoi les enfants sont les plus exposés aux accidents domestiques ?

Les accidents domestiques qui surviennent souvent chez les enfants peuvent également survenir lorsqu’il y a de l’eau à proximité d’appareils électriques. Dès que le garçon put marcher à quatre pattes, il joua dans la pièce. C’est à ce moment qu’il peut se retrouver très rapidement à proximité de zones à risques.

Quelles sont les conséquences d’un accident domestique ? Parmi ces complications : – Brûlures de la bouche et de la langue mais parfois aussi des mains. – Perforation gastro-intestinale avec risque hémorragique. – Lésions trachéales et pulmonaires.

Quelles sont les principales causes des accidents domestiques ?

Les gestes du quotidien sont souvent à l’origine d’accidents domestiques : brûlures en cuisinant, chutes en descendant des escaliers, accidents de bricolage, blessures de jardinage, doigts pincés dans les portes…

Quelle est la cause la plus fréquente d’accident domestique ?

Les chutes, sont responsables de 50% des causes de décès dans les accidents domestiques. étouffé. Évier. empoisonnement.

Comment sensibiliser les enfants aux accidents domestiques ?

Un mémo pas comme les autres Chaque partie est l’occasion de partager de bons moments de jeu et d’échanger. Tout d’abord, les enfants regardaient les images et cherchaient un partenaire. Une fois cela découvert, les joueurs doivent expliquer le risque, puis expliquer la bonne attitude.

Pourquoi prévenir les accidents domestiques ?

Éviter les accidents contribue à une vie à la maison sûre, confortable et indépendante. Les accidents de la vie courante sont à l’origine de 5 millions d’appels aux urgences et de plus de 20 000 décès en France chaque année. Plus de la moitié d’entre eux surviennent au domicile ou dans l’environnement immédiat.

Pourquoi les enfants sont exposés aux accidents domestiques ?

Les enfants en raison de leur âge sont une population vulnérable. Ainsi, les plus jeunes s’exposent à des risques qu’ils ne maîtrisent pas et les plus âgés adoptent des comportements qui accentuent le danger. Par conséquent, ils sont fortement touchés par les accidents de la vie quotidienne.

Pourquoi prévenir les accidents domestiques ?

Éviter les accidents contribue à une vie à la maison sûre, confortable et indépendante. Les accidents de la vie courante sont à l’origine de 5 millions d’appels aux urgences et de plus de 20 000 décès en France chaque année. Plus de la moitié d’entre eux surviennent au domicile ou dans l’environnement immédiat.