P. de la Morinerie (WeSpecialty) : « Il semble que le marché du risque maritime ait atteint l’équilibre »

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

INTERVIEW – Patrick de la Morinerie, directeur et co-fondateur de WeSpecialty, fait le point sur l’agence d’abonnement et ses perspectives de croissance. Il se penche également sur le contexte macroéconomique, entre les séquelles de la guerre en Ukraine et l’impact de l’inflation sur le marché des transports.

Comment se porte aujourd’hui WeSpecialty ?

Avec l’acquisition de Cogeas, le nouveau groupe WeSpecialty va quasiment doubler la taille de son portefeuille pour un volume annuel de primes de près de 40 millions d’euros. Pro forma, à fin juin 2022, nous avons enregistré une croissance de notre activité cumulée de 12%, ce qui est très satisfaisant.

Voir l’article :
(Agence Ecofin) – Avec la crise du Covid-19, de nombreux pays dans…

Avez-vous prévu d’étoffer votre gamme de garanties ?

Aujourd’hui, le transport représente 85 % de notre prime contre 15 % des risques politiques et de nos activités de conseil.

Êtes-vous en phase avec votre plan de développement ?

L’acquisition de Cogeas complète harmonieusement notre offre actuelle, tant en assurance transport qu’en assurance risques politiques. Cela nous permet aussi d’avoir un accès commercial dans les régions. Cette opération renforce notamment notre base d’assurés avec près de 1 000 clients en portefeuille, des sociétés de CAC aux négociants en matières premières, en passant par un grand nombre d’ETI et de PME. Toutefois, les portefeuilles de nos deux entités ne seront pas fusionnés et conserveront leurs mandats distincts.

À Lire  [Mentions légales] Rupture des relations commerciales : attention au préavis - Mentions légales > Stratégie d'achat .fr

Avez-vous prévu de travailler avec de nouveaux porteurs de risques ?

Notre dynamique de croissance est forte et favorisera l’ouverture d’autres branches d’assurances spécialisées sur le marché français.

Quelles sont les conséquences de la guerre en Ukraine sur le marché maritime et transport ?

Nous venons de lancer l’offre « Contract Frustration », qui couvre les éventuelles pertes financières en cas de manquement d’un acheteur public à ses obligations envers son vendeur sur la base d’un contrat commercial.

Comment voyez-vous l’évolution du marché des risques maritimes dans les prochains mois ?

Cette ligne « Frustration des Contrats » est désormais notre sixième ligne de produits et vient ainsi enrichir notre offre risque politique, avec des garanties violence politique/terrorisme, des garanties confiscation/nationalisation.