Peinture écologique : tout ce qu’il faut savoir pour bien la choisir

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Les couleurs naturelles, biosourcées, minérales, dites « écologiques » correspondent à notre envie d’échapper aux polluants qui se concentrent dans nos maisons de plus en plus isolées. Mais tout le monde n’a pas les mêmes caractéristiques. Alors, comment le trouvez-vous?

Même s’ils sonnent bien, ces différents noms en eux-mêmes ne garantissent rien. La teinture biologique n’est pas nécessairement 100% naturelle et la teinture naturelle peut rarement être « biologique », car ce qualificatif ne s’applique qu’aux ingrédients issus de l’agriculture biologique ! Néanmoins, la qualité de la peinture influe réellement sur la nature de notre air intérieur, alors choisir la bonne peinture demande une attention particulière de votre part.

Qu’est-ce qu’une peinture écologique ?

Respectueuse de l’environnement et de la santé, la peinture écologique ne contient pas ou très peu de résines ou de solvants d’origine pétrochimique. Sa production est peu polluante, a une faible teneur en COV et n’émet pas ou très peu de COV dans l’air intérieur. Chaque contenant comporte également une étiquette indiquant la teneur en COV et le niveau d’émission de peinture polluante volatile, de la classe A+ (caractère très sain du produit) à la classe C (caractère peu sain du produit). Il suffirait donc de regarder l’étiquette, de lire la composition et de demander une fiche technique ? Ce n’est pas si simple, car si certaines marques proposent des informations complètes, transparentes, facilement accessibles et compréhensibles, ce n’est pas toujours le cas.

Lire aussi :
« Terminer la production nécessaire » Contacté par Batiactu le 28 juin, le ministère…

Comment choisir une peinture écologique ?

On peut alors se référer à différents labels qui, basés sur une analyse du cycle de vie du produit, garantissent le respect de critères écologiques. Ces labels sont contrôlés par des organismes indépendants. En revanche, leur absence ne permet pas de tirer des conclusions, car les analyses pour obtenir des labels ont un prix, les producteurs de peintures écologiques n’ont pas forcément à investir. La solution la plus simple est de s’approvisionner dans des magasins spécialisés en matériaux écologiques ou éco-construction, qui, déjà aménagés, proposent des marques a priori fiables. Bien qu’elles soient dites naturelles ou certifiées bio, toutes les couleurs n’ont pas les mêmes caractéristiques.

Que sont les peintures désinfectantes ?

Les peintures dépolluantes, qu’est-ce que c’est ?

Les peintures dites dépolluantes auraient la propriété de capter et de détruire les molécules polluantes qui saturent l’air dans un espace clos. Ils fonctionneraient sur le principe de la photocatalyse ou capture chimique. Appliquées à la peinture, « l’efficacité et la sécurité de ces procédés n’ont pas encore été prouvées en conditions réelles d’utilisation », selon l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur et l’Adema. Il a également été établi que « la plupart des molécules et micro-organismes émis dans l’air de la pièce n’entrent pas en contact avec les parois de la pièce » !

Zoom sur les peintures minérales

Connues depuis des millénaires, les eaux calcaires ou argileuses sont les peintures minérales les moins polluantes. Ils sont faits d’argile, de chaux ou de silicate de potassium et n’utilisent aucun solvant chimique. Mais ces blancs, qui peuvent être conçus et appliqués par vous-même, nécessitent souvent une préparation du support pour favoriser l’adhérence. Pour toutes les peintures d’enduit prêtes à l’emploi, les fabricants précisent les types de supports autorisés et recommandent fortement l’utilisation de leur support adhésif. Comme traitement final, une cire protectrice peut être appliquée pour durcir la surface. Les peintures minérales industrielles contiennent une forte proportion de charges minérales (carbonate de calcium et/ou de magnésium, silicium, silicates…) et un certain nombre d’additifs dont l’origine écologique n’est pas encore vérifiée. S’ils sont dits « naturels », ils doivent contenir au moins 95% d’ingrédients minéraux naturels ou d’origine naturelle. Cependant, les processus de production de ces peintures ne sont pas respectueux de l’environnement. Par conséquent, l’existence d’étiquettes sur l’étiquette doit être vérifiée.

Après avoir utilisé la peinture, vous ne savez pas quoi faire des pots vides ? Suivez nos conseils et découvrez où jeter les pots de peinture.

Qu’est ce qu’on appelle la peinture « biosourcée » ?

En principe, ils sont constitués d’au moins 95% d’ingrédients d’origine végétale ou animale, donc renouvelables. Les liants sont à base d’huiles végétales (lin, ricin…), cire d’abeille, résines naturelles (pin), caséine, chaux… Les charges sont minérales (craie, argile, talc…), les pigments sont d’origine animale ou la biomasse de sources végétales. Les essences aromatiques ou les extraits d’agrumes sont utilisés comme substitut des solvants pour les peintures courantes. Cependant, gardez à l’esprit qu’étant donné qu’aucun solvant n’est totalement inoffensif, ces solvants naturels peuvent également émettre de très faibles niveaux de COV. Certaines peintures ne contiennent pas de solvants, mais peuvent contenir des additifs dérivés de produits naturels, tels que des huiles végétales modifiées (agent antibulle), des huiles essentielles (propriétés antifongiques ou antibactériennes), des bactéricides naturels ou des antioxydants. Les additifs chimiques n’existent a priori pas dans ces peintures biosourcées qui, pour certaines, sont jusqu’à 100% biosourcées. Certaines marques conservent cependant certains composants d’origine chimique pour assurer une meilleure tenue ou un plus grand confort lors de l’application.

Peintures écologiques : bonne ou mauvaise idée ?

Les peintures écologiques : bonne ou mauvaise idée ?

Aujourd’hui, les peintures écologiques permettent rarement d’obtenir des couleurs aussi vives et intenses que les peintures traditionnelles du marché, mais leur qualité s’est grandement améliorée. Ils ne jaunissent pas avec le temps et adhèrent bien à leurs supports. Leurs caractéristiques techniques (rendement, pouvoir couvrant, pénétration dans le support, tenue des couleurs, durée de vie, possibilité de nettoyage et de lavage) sont répertoriées dans les fiches techniques qui méritent d’être consultées.

Peinture : le point sur les labels éco

À Lire  Achetez un distributeur automatique de boissons, de cafés ou de pizzas pour votre entreprise