Régime pour les indépendants | FNAE

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Voici un plan tant attendu… ou pas. Le plan autonome mis en place par le président Macron un soir d’octobre 2020, entre deux annonces d’incarcération, vise à simplifier l’environnement juridique, fiscal et social des indépendants. Annoncée début septembre 2021 avant la fin de ce mois, elle est censée « faciliter la conduite de [leurs] activités » et « améliorer [leur] protection sociale ». Mais sur quelles organisations, sur quelles paroles s’appuie-t-il puisque, malgré leurs 1,9 million, les entrepreneurs automobiles n’ont pas été consultés par la voix de leur Fédération ?

A l’heure où le fonds de solidarité ferme pour tant de petites entreprises malgré les besoins persistants – non, la reprise ne connaît pas une croissance à deux chiffres pour tout le monde – quel dispositif peut les aider à redémarrer leurs activités s’ils n’y avaient pas voix au chapitre ? Interrogé dans Le Figaro sur l’annonce du fameux Plan, Grégoire Leclercq, le président de la FNAE, n’a pas mâché ses mots.

Ce n’est pas une urgence. Le sujet du moment est la fin du fonds de solidarité le 30 septembre

Sur le terrain, 2 millions d’auto-entrepreneurs

Sur le terrain, 2 millions d'auto-entrepreneurs

Les 35 milliards d’euros du fonds de solidarité versés en 2020 et 2021 n’ont pas été utilisés uniquement pour les 3,6 millions d’indépendants concernés par le plan. Ils ont certainement aidé une partie des quelque 1,7 million de micro-entrepreneurs recensés en 2019 (48% des indépendants), 2 millions en 2020.

Lors des enquêtes et reconfigurations en 2020 et 2021, la Fédération a révélé le besoin vital du Fonds de solidarité et la grande incertitude de certains. Elle alerte également sur la situation dramatique des personnes qui ont très peu cotisé en 2020, y compris 2021, sont privées de leurs indemnités journalières de maternité et ne peuvent cotiser pour leur retraite.

Porter ces droits enfreints à l’attention a conduit l’administration, semble-t-il, à ne pas inclure 2020 dans le calcul du Raam (la moyenne des trois derniers chiffres d’affaires annuels intervenant dans le montant des indemnités journalières) avec une forte baisse.

En septembre 2021, les entrepreneurs automobiles étrangers reconfigurés souffrent après plus d’un an de fermeture faute de clients. Le soutien du Fonds de solidarité en vigueur à l’automne 2021 ne s’appliquera pas aux personnes considérées comme « non essentielles » – c’est-à-dire hors tourisme, hôtellerie, etc. -, alors qu’elles ne peuvent accueillir de public pour cause d’incarcération. Combien y en a-t-il?

Ceci pourrez vous intéresser :
L’Union des Etudiants Juifs de Belgique a organisé ce vendredi une action symbolique…

Quel indépendant sera protégé par ce plan ?

Quel indépendant sera protégé par ce plan ?

Le Plan Indépendant vise à mieux protéger l’entrepreneur individuel. Le gouvernement dit vouloir : garantir le patrimoine personnel, transférer l’entreprise établie ou familiale avec des impôts réduits, rapprocher la protection sociale du droit coutumier, développer la formation, etc.

Ce grand chantier est très exigeant car il faut revoir la protection sociale dans tous ses aspects (maladie, maternité, accidents du travail, retraite, chômage) sans (trop) fortes cotisations, tempérer les revendications des organisations patronales, favoriser la création sans décourager les futurs indépendants. Mais capitalisme ne rime pas avec altruisme. Les propositions de certaines organisations consultées ne laissent guère espérer une démarche vertueuse.

Les propositions de la FNAE

Les propositions de la FNAE

Sur 2020 et 2021, nous avons enregistré un nombre croissant d’interactions avec nos membres et de nombreux autres travailleurs indépendants, reflétant l’engouement exponentiel pour le travail indépendant.

Nous n’avons jamais baissé les bras et nous continuons à mettre l’accent sur ce qui répond aux besoins de l’individu, de la famille, de l’entrepreneur, de la société. Adoptant une approche plus humaniste que capitaliste, la FNAE demande à l’État de reconnaître et de répondre aux besoins spécifiques des entrepreneurs automobiles en matière d’éducation, d’information, de grossesse, de maladie, de retraite, de chômage…

Les organisations professionnelles

« C’est curieux chez les marins ce besoin de faire sens. » Tout s’achève avec certains qui en profitent pour réclamer la rupture du régime auto-entrepreneur, pratiquer la limite jusqu’à deux ans, le retour aux plafonds de 83 000 et 32 ​​000 euros, la bancarisation obligatoire sur le compte… Mais est-ce s’agit-il vraiment de cela alors que la micro-entreprise devient de plus en plus attractive du fait de sa simplicité administrative et répond à un réel besoin ? Bref.

Les propositions ont fusé dans les rangs des organisations. Certains sont de bon sens, pensent à la personne, même s’ils n’oublient pas la capitale. D’autres sont purs en affaires, quitte à essayer d’écraser ceux qui ne pensent pas comme eux. « Celui qui veut noyer son chien l’accuse de rage », dit-on.

Alors, quels « remèdes » ce plan va-t-il imposer aux indépendants ?

Le pire n’est jamais décevant, mais quand même…

Les propositions

Premier axe, améliorer le quotidien informatique. Simplifier la transition entre les statuts juridiques. Protégez la résidence principale. Harmoniser les cotisations sociales entre les statuts et aligner les prélèvements LR pour permettre à chacun d’accéder à la retraite et de varier les risques selon les options choisies. Faciliter les expéditions avec un délai de mise en conformité, modifier le régime matrimonial, réduire les coûts avec la réduction des plus-values ​​et supprimer les droits de mutation. Favoriser l’accès à la formation professionnelle et fusionner Agefic et Fafcea.

Deuxième axe, faire face à la crise. Les prestations de santé et de retraite ouvertes pour les TI à faible cotisation neutralisent les 12 mois d’affiliation. Aider financièrement en annulant les soldes des donateurs en faillite, en annulant le cautionnement personnel en cas de covid, en annulant l’incident de paiement, en prolongeant les échéances 2021 aux prêts personnels pour l’achat d’une résidence principale. Bénéficiez d’un soutien psychologique.

Protection du patrimoine personnel, amélioration de l’EIRL et évolution des pratiques des prêteurs. Promotion des camions en tant qu’entreprise individuelle, en tenant compte des besoins d’investissement (extension de la réduction Madelin, etc.). Réduire la différence de traitement fiscal des droits de mutation entre camions, commerçants et entreprises. Accompagnement des repreneurs (gestion, financement, etc.). Améliorer la protection sociale, par une assiette plus équitable des cotisations sociales (pour une retraite minimum, etc.), par la protection AT-MP sans surcoût, par l’adaptation du découpage du paquet social aux micro-entreprises et l’augmentation de la réduction d’impôt . Améliorer la formation professionnelle des PL, en étant ouvert aux offres non éligibles au guide, par une avance sur CPF en cas de frais élevés, par un stage obligatoire d’appui à la mise en place pour les PLNR.

Statut unique et socle commun de protection (chômage, accident, congé maternité, guichet unique de protection, etc.) avec plus de pouvoir en fonction du chiffre d’affaires. Créer une « boutique indépendante » avec Pôle Emploi pour la création d’entreprises. Lancer des programmes d’entrepreneuriat à l’université et au lycée et accompagner les jeunes de 16 à 25 ans dans leur projet, avec une allocation sociale. Changer l’ATI en abaissant le seuil de 10 000 euros et en procédant à une liquidation « amiable ». Retour à trois ans pour Acre et faciliter l’acquisition d’une entreprise familiale avec un taux de transmission de 90 %.

Prolongez la protection des ressources informatiques avec la garantie bancaire d’un prêt professionnel. Réduire la taxe sur les transferts familiaux ou les transferts à un salarié. Abaisser l’assiette des cotisations sociales.

Donner la priorité à une refonte complète du travail indépendant en le limitant à deux ans, en réduisant de moitié le plafond des revenus et en imposant un compte bancaire dédié. Supprimer les prélèvements sociaux sur les dividendes dépassant 10% du montant du capital et du compte courant ; exonération des prélèvements sociaux sur les plus-values ​​de cession de titres. Augmenter le plafond du bénéfice ouvrant droit au taux réduit d’impôt sur les sociétés, créer une déduction de bénéfices pour les TIC imposées sur le revenu. Étendre aux artisans et à l’informatique la réduction des taxes de production utile aux grands groupes (loi de finances 2021). Limiter la sous-traitance de construction au rang 2 pour les contrats en lots séparés et au rang 3 pour les contrats non attribués.

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 a instauré une aide pour certains employeurs au paiement des cotisations sociales égale à 20 % des salaires bruts dus pour les périodes éligibles aux régimes.

Où s’inscrire pour être indépendant ?

Où s'inscrire pour être indépendant ?

Pour devenir indépendant, vous devez au préalable vous inscrire auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE) de votre zone géographique afin d’obtenir un numéro SIRET auprès de l’INSEE.

Quand se déclarer indépendant ? Juridiquement, une personne est considérée comme indépendant lorsqu’elle est immatriculée auprès des autorités compétentes : Urssaf, Assedic, impôts et qu’elle exerce une activité conforme à ce qui est indiqué. Notez que cet article n’a pas vocation à couvrir le statut d’entrepreneur automobile.

Comment s’inscrire en tant que travailleur indépendant ?

Comment devenir indépendant ?

  • Evaluer le potentiel de son activité. Devenir indépendant ne s’improvise pas. …
  • Trouver des fonds. Cette étape peut être plus ou moins difficile selon l’activité que vous envisagez d’effectuer. …
  • Choisissez votre forme juridique. …
  • Remplir les formalités de création d’entreprise.

Comment fonctionne la sécurité sociale pour les indépendants ?

Comment fonctionne la sécurité sociale pour les indépendants ?

pour vos cotisations : vous cotisez à l’Urssaf de votre région. pour votre santé : la caisse d’assurance maladie de votre lieu de résidence prend en charge vos frais médicaux pour votre pension : votre interlocuteur est la caisse de pension de votre lieu de résidence.

Comment savoir si je suis avec RSI ? Téléchargez ou vérifiez un certificat. Vos attestations précédemment disponibles sur le site du RSI sont désormais téléchargeables depuis votre espace urssaf.fr.

Comment fonctionne le système de sécurité sociale ?

Elle repose sur un principe de solidarité, où chacun contribue à son financement selon ses capacités. Au sein de la Sécurité sociale, l’Assurance maladie gère – pour le compte de la réglementation générale – les branches maladies et accidents du travail – maladies professionnelles.

Quelles indemnités journalières pour les indépendants ?

L’indemnité journalière que vous percevez pendant votre arrêt maladie est égale à 1/730e de votre revenu annuel moyen d’activité (Raam) (1). Celui-ci est calculé sur la moyenne de vos revenus de primes sur les 3 années civiles précédant la date de votre interruption de travail.

Quelles sont les aides pour les Auto-entrepreneurs ?

Microcrédit ADIE L’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique) permet aux entrepreneurs automobiles de bénéficier d’un financement par microcrédit. Un microcrédit est un prêt d’un montant maximum de 10 000 € avec une durée de remboursement de 6 à 36 mois. L’intérêt est de 7,45 %.

Quelle aide Auto-entrepreneur 2021 ? Accompagnement des indépendants lié au COVID-19 Nous sommes encore en 2021, vous trouverez les critères d’assujettissement à l’impôt. gouvernement, qui peut changer d’un mois à l’autre. Selon l’activité professionnelle, le montant du fonds de solidarité peut aller jusqu’à 10 000 €.

Comment obtenir la prime pour les Auto-entrepreneur ?

Pour les entrepreneurs automobiles, l’indemnité sera versée si l’entrepreneur automobile a réalisé un chiffre d’affaires ou un chiffre d’affaires d’au moins 900 € sur cette période de 9 mois entre le 1er janvier 2021 et le 30 septembre 2021 (soit un chiffre d’affaires moyen de 100 € par mois).

Qui peut financer un Auto-entrepreneur ?

L’organisme de microcrédit le plus connu est sans conteste l’ADIE. Mais il existe aujourd’hui plusieurs plateformes comme Finfrog ou Mansa qui proposent également des micro-crédits aux entrepreneurs automobiles.

Comment bénéficier de l’Accre Urssaf ?

Je vérifie l’éligibilité à Acre Conditions supplémentaires pour profiter d’Acre : Je n’en ai pas bénéficié au cours des 3 dernières années ; Avoir respecté un délai de carence d’une année civile en cas de reprise d’activité.

Comment avez-vous droit à l’ACCRE ? Pour bénéficier de l’ACCRE, vous devez en faire la demande à l’aide du formulaire ACCRE, soit le Cerfa n°13584*02 à fournir à l’Urssaf lors du dépôt de la déclaration de constitution ou d’acquisition de la société ou (et c’est l’hypothèse la plus courante en pratique) au sein de la 45 prochains jours.

Comment obtenir l’âcre en 2022 ?

Situation bénéficiaire Vous devez être dans l’une des situations suivantes : Demandeur d’emploi indemnisé Demandeur d’emploi non indemnisé inscrit à Pôle Emploi depuis plus de 6 mois au cours des 18 derniers mois. Bénéficiaire de l’allocation spécifique de solidarité (ASS) ou du revenu de solidarité active (RSA)

Comment obtenir l’âcre en 2021 ?

L’application pour l’ACRE 2021 ne change pas, les démarches sont toujours inspirées de l’ACCRE. Pour bénéficier de l’ACRE, la demande doit être faite dans les 45 jours suivant la constitution de la société. La demande doit être adressée sous forme de dossier au Centre de formalités des entreprises compétent.

À Lire  Je l'accompagne dans ses études, je suis papa