Plus solidaire, plus vert, plus spirituel : nos conseils pour fêter Noël autrement

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Au fil des ans, Noël est devenu la fête de la consommation et de l’individualisme. Nombreux sont ceux qui souhaitent vivre cette fête plus en accord avec le message originel de la célébration de l’Incarnation : sobriété, simplicité, convivialité. Voici quelques conseils pour vous préparer à vivre l’accouchement autrement.

1. Un Noël plus solidaire

N’attendez pas. Pour faire de la fête un vrai moment de partage, mieux vaut commencer début décembre. Et quoi de mieux que l’Avent, justement un temps d’attente et de démarrage, pour se préparer en interne… ou logistiquement ?

Par où dois-je commencer ? Avant tout, partez des besoins de l’association plutôt que de vos propres idées ou souhaits. De nombreuses structures organisent des réveillons solidaires avec les personnes isolées, d’autres, des actions dans la durée. Pour y voir plus clair, contactez les associations les plus proches de vous, pour recenser leurs besoins : bénévolat, don d’argent, de nourriture, de vêtements ou de jouets ? Votre approche sera plus productive.

Le Secours populaire, par exemple, vient de lancer la campagne nationale des Pères Noël verts. Le principe : organiser des campagnes (collecte, papier cadeau à la sortie des commerces, soirées caritatives) tout au long du mois de décembre, pour que les familles, qui sont les bienvenues toute l’année, puissent fêter Noël à la maison avec des cadeaux et un repas amélioré.

De son côté, la Fondation de France organise des Soirées Solidaires pour 25 000 personnes seules et vulnérables, partout en France. De nombreuses paroisses organisent également un réveillon solidaire, notamment dans le cadre de l’opération hiver solidaire dans plusieurs diocèses. Et les besoins ne s’arrêtent pas là !

Au-delà de l’aspect associatif, les initiatives individuelles sont également les bienvenues. En tant que jeune maman, Solweig a décidé de créer un calendrier de l’avent inversé. Au lieu de contenir du chocolat, l’initiative invite les gens à faire chaque jour un geste de solidarité : un petit sacrifice, aider un étranger…

« Et le week-end, c’est un petit cadeau spirituel et une invitation à passer du bon temps le dimanche », explique le jeune catholique. Noël est le moment de faire plaisir à ceux qu’on aime, mais pour ceux qui n’en ont pas les moyens, j’ai voulu profiter de la période de l’avent pour donner un peu de temps, d’argent et de produits dont j’ai besoin à ceux qui en ont besoin. Cela me permet aussi de préparer en interne la fête de Noël. Attention, là encore il vaut toujours mieux se renseigner en amont sur les besoins réels des personnes, pour que la générosité soit vraiment attentive et non écrasante.

Lire aussi :
Nous avons mis à jour notre guide le mercredi 15 décembre avec…

2. Un Noël plus écologique

Guirlandes électriques, papier cadeau, surconsommation… Chaque année, la fin décembre est exposée à beaucoup d’excès, ce qui a des répercussions directes sur le plan écologique. Cependant, il existe de nombreuses options plus durables.

D’abord le menu du Nouvel An. Pourquoi ne pas opter pour des alternatives au foie gras, produit à partir d’oies ou de canards gavés, ou au caviar, à base d’œufs d’esturgeons en voie de disparition ? Sans renoncer complètement aux classiques de saison, le saumon bio ou sauvage, les huîtres (si la coquille part au compost) ou la langoustine bio peuvent être des choix plus bio.

À Lire  Livre photo : 5 conseils pour faire un cadeau

Encore mieux : le repas végétarien ! Selon l’Institut national de la recherche agronomique, il faudra entre 550 et 700 litres d’eau pour produire un kg de viande. Alors cette année, que diriez-vous d’un chausson aux légumes ou d’un risotto aux champignons ?

Éléonore et son mari se sont engagés dans une démarche zéro déchet depuis trois ans, et ont souhaité l’appliquer à leur façon de célébrer Noël. Et ça commence… avec le papier cadeau. « Cela m’a toujours fait mal au cœur de voir tout le papier jeté, qui souvent ne peut pas être recyclé. Alors les glaces de Dijon l’ont remplacée par d’énormes sacs en tissu, ou des cartons réutilisés. « J’utilise principalement des sacs kraft pour les cadeaux pour les amis et des sacs en tissu pour la famille. »

Pour lutter contre l’accumulation sous le sapin et la surconsommation, il peut aussi être intéressant de reconsidérer ce que l’on s’offre : des cadeaux dont la production et les matières premières sont de qualité pour qu’ils durent plus longtemps ; des cadeaux immatériels tels que des billets de concert ou un soin du visage ; des cadeaux utiles plutôt que des gadgets, demandez-vous ce dont ils ont vraiment besoin…

En revanche, les produits d’occasion deviennent de plus en plus incontournables dans la façon de consommer des Français, limitant l’empreinte carbone des objets – tout en étant plus économiques. Pour l’achat d’objets, de livres, de jouets ou de vêtements d’occasion, il existe de nombreux sites et applications : label-emmaus.co, videdressing.com, luckyfind.fr ou encore vinted.fr. Attention toutefois à leur effet addictif !

3. Un Noël plus spirituel

Et parce que l’Avent sert avant tout à nous préparer intérieurement à Noël, le Calendrier de l’Avent Essentiel peut être un excellent moyen de vivre un moment spirituel (pour peu qu’il ne se limite pas à la découverte du chocolat !). Les éditions de l’Emmanuel, par exemple, viennent de sortir un calendrier Fratelli tutti, inspiré de la dernière encyclique du pape François. Les applications de prière YouPray et Hozana offrent également un petit moment spirituel chaque jour pendant les quatre semaines précédant Noël.

Certains monastères invitent également des volontaires à venir passer quelques jours à se préparer à la naissance du Christ. Après un an de pause Covid, une soixantaine de monastères en France et en Belgique accueillent des jeunes pour vivre des week-ends spirituels et de ressourcement, jusqu’au 18 décembre. Nom de l’opération : Pause au monastère.

Et pourquoi ne pas sauter le pas et vivre le réveillon de Noël dans un monastère ? De nombreux moines et moniales proposent à ceux qui le souhaitent, seuls ou non, de venir vivre un moment spirituel le 24 décembre voire le 31 décembre. C’est notamment le cas des frères dominicains de la Sainte-Baume, dans le Var. Du 21 au 25 décembre, ils proposent une retraite appelée Noël provençal, au pied du massif de la Sainte-Baume, en Provence.

Les Foyers de Charité organisent également plusieurs retraites en France, ainsi que l’Abbaye de Rhuys qui propose une fête de Noël sur le thème « Notre Dieu est un Dieu surprenant ! Bref : les propositions ne manquent pas, alors fixez une date dès maintenant !

« Le plus important est dans la relation »