Port du monde – De grands navires ont été arrêtés du centre de Venise : un an après, quel bilan ?

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

RFI propose un tour du monde des ports tous les matins du mois d’août. Première étape : Venise. Il y a un an, à ce jour, un décret est entré en vigueur interdisant les navires de croisière de plus de 25 000 tonnes dans le bassin de San Marco et le canal de la Giudecca. Il est donc impossible pour 95% des bateaux d’accoster directement dans la cité des Doges.

Les touristes défilent dans le port de Marittima et le centre historique de Venise qui lui est adjacent. Pourtant, il n’y a pas de grosse file d’attente en vue. Les passagers ne viennent plus ici que pour une partie de l’enregistrement et pour être transportés en bus ou en bateau à vapeur.

Une nouvelle Donata. « Avant, on sortait directement d’ici. Malheureusement, le port n’est pas disponible pour le moment. On a vu Venise, belle, du haut de gamme, mais on peut faire un petit sacrifice pour protéger Venise », a-t-elle admis. Les autres vacances sont mitigées. « Ce n’est pas très difficile, ça prend beaucoup de temps. Venir dans un port de commerce fait bizarre, mais bon, c’est original ! « , il tente positivement de tourner en France.

Une gestion délicate

Une gestion délicate

Ce port est Marghera, en face de Venise. PSA Venise, la branche locale du groupe qui gère les ports de commerce, gère ce terminal. Ricardo Vianello, le directeur des ventes, nous guide à travers la pile de boîtes métalliques. Peu d’indices suggèrent que le passage de Vecon est accueillant pour les navires de mer.

« Habituellement, ils ne restent qu’une journée. Il n’est pas très limité en termes d’adaptation aux paramètres. C’est un peu plus une question de gestion de la coexistence, a déclaré le responsable. Là, nous arrivons chez notre fiancée, nous voyons une opération de déchargement de quelques citernes, dans ce même plan d’eau, là, il y a un espace dédié aux navires. »

Un quai long, mais unique et large sur la vague des navires. « Maintenant, c’est ouvert, car jusqu’à vendredi, nous sommes un terminal 100% conteneurs », a poursuivi Ricardo Vianello. Demain, nous serons 50% port de commerce et 50% port de tourisme. Ce soir à 18h, les hommes « changent ». Ils activeront le système « Cruise port » et installeront un mur à conteneurs avec ces lignes rouges que l’on apercevait au sol, le mur qui sépare les deux terminaux.

Malgré les inquiétudes initiales, PSA Venise assure que ses clients d’origine ne souffrent pas de cette cohabitation. Le terminal est avant tout un port de commerce. Les croisières ne sont que complémentaires. « Si je pouvais remplir le flux des porte-conteneurs uniquement, je le ferais. Les croisières sont un peu rentables, mais si on arrive à s’adapter au planning, ce qui nous donne plus de flexibilité, identifiez le responsable commercial. L’équivalent de 3-5% de notre activité. »

À Lire  Les croisières reprennent la mer parmi les vagues du Covid

Hausse du prix du carburant : trucs et astuces pour garder le cap avec votre centrale électrique
A voir aussi :
Les amateurs de camping-car, van ou fourgonnette sont directement impactés par la…

Transformer le port de Venise 

Transformer le port de Venise 

S’adapter à la nouvelle réglementation, c’est le président de l’autorité portuaire de Venise qui la gère. Il a donc été nommé gouverneur extraordinaire. Un titre assorti d’un budget de 157 millions d’euros et de la capacité d’accélérer les marchés publics et les autorisations environnementales.

Fulvio Lino di Blasio signale les quatre temporaires qui travaillent déjà sur une carte. Il y a encore du travail à faire. « Les prochaines étapes seront : construire une clôture temporaire supplémentaire en 2023, puis construire une véritable base navale en 2026. A l’heure actuelle, la solution la plus difficile est la base dans la partie nord de la zone industrielle de Marghera. … Mais le gouvernement a demandé de lancer un concours international d’idées pour trouver la solution hors lac pour les navires de croisière et les paquebots. »

L’autorité portuaire étudie également la possibilité d’utiliser un canal qui permettrait aux navires de croisière de rejoindre le port de Venise sans passer devant Saint-Marc.

Pour l’instant, le sort de Marritima reste incertain. Un concours international permettra de réfléchir à ses mutations du point de vue de l’économie et de la ville. Le passage de grands bateaux de croisière devant la place Saint-Marc a suscité l’hostilité de certains Vénitiens, comme Lidia Fersuoch, la conseillère de l’association Nostra Italia.

Elle n’est pas non plus satisfaite du nouvel équipement. « Les grands navires n’entrent pas dans la ville, mais entrent dans la lagune, et la lagune est Venise, et Venise est la lagune. Ils ne peuvent pas s’éloigner les uns des autres. Les grands navires ne peuvent pas venir ici, ils doivent allez là où c’est profond. Par exemple, Trieste, ou d’autres villes qui veulent les accueillir vu le problème de la pollution. Ils n’ont pas de sens ici. »

Cependant, les lignes de dégagement sont moins nombreuses qu’avant la catastrophe. Environ 200 sont prévus cette année, contre 585 en 2019.