Pour Xi Jinping, le développement économique de la Chine passe par l’indépendance technologique

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

La Chine est préoccupée par son autonomie technologique. Crédit : Panorama mondial/Flickr

Un peu moins de 2 300 délégués réunis au Palais du Peuple à Pékin ont assisté le 16 octobre au discours d’ouverture de Xi Jinping lors du 20e Congrès du Parti communiste chinois. L’homme fort chinois a accordé au développement technologique une place prépondérante dans son discours de près de deux heures.

L’autosuffisance technologique, une nécessité pour la Chine ?

Le 12 octobre, les États-Unis ont présenté leur stratégie de sécurité nationale. Dans ce document, l’administration Biden identifie clairement la Chine comme le « défi géopolitique le plus important » du pays. Le Congrès s’est ouvert dans ce contexte de rivalité grandissante avec l’Oncle Sam.

Les sujets entourant la sécurité du pays, l’armée, occupaient en effet une large place dans la bouche de Xi Jinping, mais ce dernier affirmait que le développement économique de la Chine restait la « première priorité ». Le dirigeant chinois souhaite que le PIB du pays double d’ici 2035 pour atteindre son objectif de devenir une première puissance mondiale en 2049, année du centenaire du régime.

Plus encore que par le passé, la technologie est l’un, sinon le principal, moyen d’atteindre ces objectifs. « L’innovation restera au cœur des efforts de modernisation de la Chine », a déclaré Xi Jinping. Reuters a noté que le mot « technologie » à lui seul avait été mentionné 40 fois, contre seulement 17 lors du précédent discours inaugural de Xi Jinping au Congrès en 2017.

Dans son exercice lexicographique, l’agence de presse note que le thème de l’autonomie technologique est revenu 4 fois en 2022, un changement par rapport à 2017 où il n’apparaissait pas. Xi Jinping a déclaré : « Il rejoint les rangs des pays les plus innovants du monde, avec une grande autonomie et une grande force dans le domaine scientifique et technologique ». Il a prédit que « nous gagnerons de manière décisive la bataille des technologies clés de base ».

À Lire  Pouvez-vous vendre votre micro-entreprise ? Et à quel prix ?

Les semi-conducteurs viennent immédiatement à l’esprit. Malgré une politique de financement public ambitieuse, qui s’est traduite par l’émergence d’acteurs majeurs tels que Semiconductor Manufacturing International Corp et Yangtze Memory Technologies Co, les puces, pour la plupart les plus avancées, restent la fragilité majeure du pays.

Une faille identifiée de longue date par les Etats-Unis. C’est le point faible sur lequel les Américains insistent le plus. Début octobre, Washington a pris des mesures drastiques pour bloquer les avancées de Pékin dans ce domaine. Sans mentionner de pays précis, Xi Jinping a noté avec regret que « les courants opposés à la mondialisation commencent à se renforcer, l’unilatéralisme et le protectionnisme sont en hausse ».

Ceci pourrez vous intéresser :
Dans ce contexte de crise, la tentation d’inclure une demande de requalification…

Quelle politique pour les géants du numérique ?

Selon une analyse de Bloomberg, le discours de Xi Jinping contient une lueur d’espoir pour les entreprises technologiques chinoises. Des géants comme Alibaba ou Tencent, réprimés à partir de 2020 après 10 ans d’assouplissement bien intentionné, pourraient profiter de ce besoin de développer une technologie originale. Ils pouvaient espérer retrouver une certaine liberté et un soutien de l’État, à l’image des bons moments dans lesquels ils ont éclos.

Cependant, dans ses propos, le président chinois a préféré donner l’impression de continuité, une politique de lutte zéro contre le Covid, un plan commun pour la prospérité ou encore sa volonté exprimée d' »améliorer le système de gestion de site Web intégré pour créer un cyberespace sain et propre ». . .

Les analystes cités par Reuters ont noté que contrairement à 2017 où l’innovation technologique était censée être « basée sur le marché », Xi Jinping a cette fois parlé de construire un « système entièrement nouveau dirigé par l’État ».