Ruben Taïeb, le ghostwriter derrière les publications LinkedIn de…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Depuis septembre 2022, Ruben Taïeb rédige les profils LinkedIn de 11 chefs d’entreprise. L’entrepreneur revient sur son travail et le quotidien d’un métier atypique en vogue sur le réseau social professionnel.

« La folie entre dans la vie des grands dirigeants ». Depuis septembre 2022, Ruben Taïeb rédige des articles LinkedIn pour les chefs d’entreprise, en tant que ghostwriter ou (ghost writer pour ceux qui aiment la langue de Molière). En les rencontrant au quotidien, il écrit l’état d’esprit, les pensées ou encore les envies des dirigeants qu’ils partageront sur LinkedIn, afin de susciter l’engagement. « En postant régulièrement, ils améliorent leur marque employeur pour attirer les talents. Ils étendent leur réseau et sont vus avec d’autres objectifs comme des investisseurs ou des partenaires ». En travaillant pour le compte de onze clients, dont la plupart sont des chefs d’entreprises de plus de 500 salariés, Ruben Taïeb a fait réussir son entreprise au nombre de six. L’éditeur de l’ombre revient sur son parcours autodidacte, son parcours et l’impact que LinkedIn a eu sur sa carrière.

En janvier 2022, Ruben Taïeb devient le premier créateur de contenus reconnu par LinkedIn

« Il y a cinq ans, j’étais dans mon salon, déprimé, en train de jouer à World of Warcraft. Aujourd’hui, LinkedIn a changé ma vie ». En 2018, cet autodidacte qui, après son bac décide d’agir et pour qui travail est synonyme de réussite, tombe dans l’épuisement. Six ans de petits boulots alimentaires et deux entreprises plus tard, Ruben Taïeb s’enferme chez lui et joue aux jeux vidéo. Après avoir passé sept mois seul, il a décidé de reprendre le contrôle de sa vie et grâce au soutien de sa famille, il a trouvé un nouveau travail. « Harold Gardas, le fondateur de la société Köm, m’a permis de monter une société spécialisée dans les médias naturels ».

Parallèlement, il a décidé de se faire connaître sur LinkedIn et de publier du contenu tous les jours. « Mon compte a explosé, j’ai vite atteint les 30 000 abonnés ! Puis j’ai été appelé pour demander comment le rendre plus visible sur le réseau ». voit sa pénétration augmenter. Les entreprises étant constamment à la recherche de bonnes idées de communication, l’expert en profite pour développer son travail et étendre son réseau. « J’ai eu l’opportunité de travailler pour de très grandes entreprises comme Orange ou Amazon par exemple ».

En 2021, Ruben Taïeb veut revenir aux fondamentaux et consacrer son temps à sa vie de famille. Il ferme son agence, sans pour autant arrêter son travail d’« influenceur LinkedIn ». Il est déjà, en janvier 2022, le premier développeur reconnu par la plateforme. Un homme d’affaires qui doit son succès au réseau social décide d’accompagner les managers pour publier des articles sur LinkedIn, jusqu’au déclic : « Je vois que sur dix personnes formées, seules deux passent à l’action ». Parmi les raisons, le manque de temps. Ruben Taïeb y voit donc une opportunité commerciale. « En septembre 2022 j’ai décidé de me présenter comme un ghostwriter sur Linkedin ».

À Lire  Propriétaire Individuel : Création et exploitation

Recevez notre newsletter éco par mail et recevez les dernières actualités des acteurs économiques de votre région.

Ceci pourrez vous intéresser :
Le monde du sport business évolue et le monde qui l’entoure aussi.…

« Chaque personne que j’accompagne a une singularité que je cherche à mettre en avant »

De par son expérience et sa notoriété, Ruben Taïeb se crée rapidement une clientèle. S’il connaît les codes des réseaux sociaux, le créateur de contenu doit apprendre à écrire aux autres, sans qu’ils se fassent remarquer. « J’ai contacté des journalistes et des écrivains pour en savoir plus sur leurs méthodes et leurs outils afin de trouver un axe éditorial. J’ai lu tous les livres sur le sujet, regardé toutes les vidéos, toutes les formations. Je suis un psychopathe qui écrit des fantômes », s’amuse l’homme d’affaires. Conteur habile, l’auteur est en contact régulier avec ses clients et passe en moyenne deux heures au téléphone avec chacun d’eux chaque mois. Ensemble, ils définissent les sujets à traiter, discutent de la stratégie de présentation, des objectifs et du ton de l’accueil. « J’ai une relation particulière avec eux, ils me racontent leur quotidien ». Quand toutes ces choses sont réunies, Ruben Taïeb organise et développe leurs idées. Il rédige des articles en s’immergeant dans l’écriture du client tout en incorporant les time codes de LinkedIn. « Chaque personne que j’accompagne a quelque chose de différent que j’essaie de montrer. Je leur demande toujours de relire chaque article avant sa publication pour s’assurer qu’il correspond à leur personnalité ».

En moyenne, l’entrepreneur rédige deux articles par semaine pour chacun de ses clients, qu’il facture 500 euros de publicité selon ses propos. En parallèle, il propose des créneaux ouverts à tous ceux qui souhaitent avoir une proposition de rédaction ou de conseil sur LinkedIn, de manière ponctuelle. « Pour cette première année de fonctionnement, j’espère gagner des centaines de milliers d’euros ». Si Ruben Taïeb réussit à réussir son quotidien, il avoue : « Nous sommes les trois seuls en France à atteindre ces chiffres ». Pourtant, de nombreuses personnes s’identifient comme écrivains de l’ombre sur les réseaux sociaux professionnels. « LinkedIn est encore jeune et le rôle du ghostwriter pour les administrateurs est encore plus grand. Les chefs d’entreprise qui postent quotidiennement ne font que croître et les besoins d’écriture aussi. La façon de travailler, tant au niveau du modèle économique que de la manière de faire choses, n’est pas établie ».

Touche-à-tout, Ruben Taïeb s’est fixé un nouveau challenge pour 2023 : créer une communauté et partager encore plus de contenus sur son compte. « Je suis actuellement en train de créer des concepts pour des projets qui devraient sortir dans un futur proche. C’est aussi ce qui vous apporte des clients et vous donne de la visibilité », explique le créateur qui, malgré les sollicitations, ne se voit pas exercer sur d’autres réseaux sociaux.