Ruben Taïeb, le ghostwriter derrière les publications LinkedIn…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« Crazy entre dans la vie du grand chef ». Depuis septembre 2022, Ruben Taïeb rédige des posts LinkedIn pour les chefs d’entreprise, en tant que ghostwriter ou (ghostwriter pour les amoureux de la langue Molière). En contact quotidien avec eux, il copie les états d’esprit, les pensées ou encore les ambitions des dirigeants qu’ils partagent ensuite sur LinkedIn, pour susciter l’engagement. « En publiant régulièrement, ils valorisent leur image de marque pour attirer les talents. Ils élargissent leur réseau et gagnent en visibilité auprès de cibles spécifiques telles que des investisseurs ou de futurs partenaires. En travaillant pour le compte de onze clients, la majorité à la tête d’une entreprise de plus de 500 salariés, Ruben Taïeb a fait de son entreprise un succès avec un chiffre d’affaires à six chiffres. L’éditeur fantôme revient sur son parcours autodidacte, son travail et l’influence que LinkedIn a eu sur sa carrière.

En janvier 2022, Ruben Taïeb devient le premier créateur de contenus reconnu par LinkedIn

« Il y a cinq ans, j’étais dans mon salon, déprimé, en train de jouer à World of Warcraft. Aujourd’hui, LinkedIn a changé ma vie. En 2018, cet autodidacte, qui après son bac décide de se lancer et pour qui travail est synonyme de réussite, tombe dans l’épuisement. Six ans de petits boulots dans l’agroalimentaire et deux aventures entrepreneuriales plus tard, Ruben Taïeb s’enferme chez lui et joue aux jeux vidéo. Après avoir passé sept mois seul, il décide de prendre sa vie en main et grâce au soutien de sa famille, il décroche un nouveau travail. « Harold Gardas, co-fondateur de l’agence Köm, m’a permis d’intégrer une entreprise spécialisée dans les références naturelles ».

Parallèlement, il décide de se lancer sur LinkedIn et de publier du contenu quotidiennement. « Mon compte a explosé, j’ai vite atteint les 30 000 abonnés ! J’ai alors été contacté pour demander comment augmenter sa visibilité sur le réseau. Ruben Taïeb endosse sa casquette d’entrepreneur, quitte son emploi et lance une agence de conseil spécialisée. En pleine emprise, LinkedIn voit sa présence augmenter. Alors que les entreprises recherchent de plus en plus des conseils sur la façon de bien communiquer, les experts saisissent l’opportunité de développer leur activité et d’étendre leur réseau. « J’ai l’opportunité de travailler pour de très grandes entreprises comme Orange ou Amazon par exemple ».

En 2021, Ruben Taïeb veut revenir à l’essentiel et consacrer son temps à sa vie de famille. Il a fermé son agence, mais sans mettre fin à sa carrière d’« influenceur LinkedIn ». Il est même devenu, en janvier 2022, le premier créateur de contenu à être reconnu par la plateforme. L’entrepreneur qui doit son succès au réseau social a décidé d’accompagner des dirigeants publiant des articles sur LinkedIn, jusqu’au déclic : « Je me suis rendu compte que sur dix personnes formées, seules deux étaient réellement passées à l’action ». Parmi les raisons, le manque de temps. Dès lors, Ruben Taïeb y voit une opportunité commerciale. « En septembre 2022, j’ai décidé de me présenter comme un nègre sur LinkedIn. »

À Lire  Semi-conducteurs : la Chine réduit sa dépendance aux technologies étrangères

Jamespot.land : bienvenue dans le métaverse corporatif
A voir aussi :
L’éditeur Jamespot, spécialiste des solutions cloud collaboratives, annonce le lancement du métaverse…

« Chaque personne que j’accompagne a une singularité que je cherche à mettre en avant »

Par son expérience et sa notoriété, Ruben Taïeb réussit rapidement à développer une clientèle. S’il connaît le code du réseau social, le créateur de contenu doit apprendre à écrire pour les autres, sans se faire remarquer. « J’ai contacté des journalistes et des écrivains pour en savoir plus sur leurs méthodes et leurs outils pour trouver l’axe éditorial. J’ai lu tous les livres sur ce sujet, regardé toutes les vidéos, toutes les formations. Je suis un psychopathe nègre », a plaisanté l’entrepreneur. Spécialisée dans le storytelling, la rédactrice est en contact permanent avec ses clients et passe en moyenne deux heures au téléphone avec chacun d’eux chaque mois. Ensemble, ils définissent les sujets à traiter, discutent de la stratégie de publication, des objectifs et du ton à adopter. « J’ai une relation particulière avec eux, ils me racontent leur quotidien. » Après avoir collecté tous ces éléments, Ruben Taïeb a organisé et synthétisé leurs pensées. Il rédige des articles en s’immergeant dans le style d’écriture du client tout en intégrant le code alors en vigueur de LinkedIn. « Chaque personne avec qui je m’associe a quelque chose d’unique que je veux mettre en valeur. Je leur demande toujours de valider chaque article avant de le publier pour s’assurer qu’il correspond à leur personnalité.

En moyenne, un entrepreneur rédige deux posts par semaine pour chacun de ses clients, pour lesquels il facture 500 euros par publication selon ses propos. En parallèle, il propose un créneau ouvert à toute personne souhaitant avoir des conseils éditoriaux ou stratégiques sur LinkedIn, de manière ponctuelle. « Pour cette première année d’activité, je vise un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de milliers d’euros ». Si Ruben Taïeb parvient à réussir son quotidien de nègre, il l’avoue : « Nous ne sommes que trois personnes en France à avoir atteint ces chiffres ». Pourtant, de plus en plus de personnes se revendiquent comme des ghostwriters sur les réseaux sociaux professionnels. « LinkedIn est encore assez jeune et le métier de ghostwriter pour cadres l’est encore plus. Les chefs d’entreprise qui publient quotidiennement ne font que croître, tout comme le besoin d’écrire. Les modes opératoires, aussi bien les business models que les façons de faire, ne sont pas figés.

Touche-à-tout, Ruben Taïeb s’est fixé un nouveau challenge pour 2023 : créer une communauté et partager plus de contenu sur son compte. « Je suis actuellement en train de produire un concept pour un spectacle qui sortira bientôt. C’est aussi ce qui vous attire des abonnés et vous donne de la visibilité », explique le créateur qui, malgré les propositions, ne se voit pas travailler sur les autres réseaux sociaux.