Samsung peut-il investir 200 milliards de dollars dans des usines de semi-conducteurs aux États-Unis ?

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le géant coréen Samsung compte investir jusqu’à 192 milliards de dollars sur 20 ans dans deux endroits au Texas pour construire moins de 11 usines de semi-conducteurs – des « fabs ». L’investissement permettra aux États-Unis de revenir dans la course manufacturière nationale

Cent quatre-vingt-douze milliards de dollars : c’est le plan d’investissement sur vingt ans que Samsung a présenté en fin de semaine dernière. Au rythme d’environ 10 milliards de dollars par an pendant vingt ans, Samsung pourrait construire jusqu’à 11 usines de semi-conducteurs au Texas. Cela en fera l’un des investissements étrangers les plus importants de la région.

Pourquoi une entreprise sud-coréenne, qui représente un quart du PIB de son pays, serait-elle intéressée à investir de tels fonds dans un autre pays ? Pourquoi les États-Unis, qui expulsent certaines entreprises (principalement chinoises) de leur pays, ouvrent-ils les bras les premiers sans restriction au groupe asiatique ? Quelles sont les implications d’un tel investissement non seulement pour les États-Unis et Samsung, mais aussi pour le monde des semi-conducteurs ? Voici quelques détails d’examen.

Un projet, pas une promesse (mais une usine est déjà en gestation)

Un projet, pas une promesse (mais une usine est déjà en gestation)

Profitant de la fin prochaine de la défiscalisation locale de dix ans pour les entreprises basées au Texas, Samsung a présenté un projet qui, sous sa forme optimiste, pourrait représenter 11 usines de fabrication de puces (« vêtements ») pour 192 milliards de dollars. Ce n’est pas fou puisqu’une petite usine utilisant la dernière machine de gravure ultraviolette (EUV) coûte au moins 10 milliards.

Dans les documents fournis par Samsung à l’administration américaine, rien n’oblige le coréen à construire​​​​​​​​​​​​​​​​​rien pour le moment. Ce qui appuie la proposition de Samsung, en revanche, c’est qu’il exploite déjà deux usines au Texas (dont celle qui produit des contrôleurs SSD, dont nous vous avons déjà parlé), et qu’il en construit actuellement une troisième pour 17 milliards de dollars. Samsung a donc déjà une place, et contrairement à TSMC, il n’a pas besoin de créer une chaîne d’approvisionnement à partir de zéro. Plus de dix ans sans impôts, si Samsung est déjà implanté aux Etats-Unis et envisage de dépenser autant d’argent, c’est pour une raison évidente : les clients potentiels sont nombreux.

Le MUGEFMA envisage un partenariat avec le CNTS
Sur le même sujet :
Le Président du Fonds d’Orientation des Etudiants de la Faculté de Médecine…

Les risques de la dépendance totale à TSMC (et l’ombre de la Chine)

Les risques de la dépendance totale à TSMC (et l’ombre de la Chine)

Apple, AMD, Texas Instrument, IBM, Qualcomm, Nvidia, Micro, Google, Broadcom, Lattice, Marvell, Cirrus Logic, Ampère… Bon, on s’arrête là ! La liste des entreprises américaines qui créent leurs propres quarts de travail et ont besoin de capacités de fabrication est probablement la plus longue au monde. Et pour produire leurs puces, toutes ces sociétés s’appuient sur deux acteurs : Samsung et TSMC. Cependant, force est de constater qu’il y a un avantage à ce moment-là, tant en termes de neutralité (Samsung produit des smartphones, Apple a tendance à éviter ses services) qu’en termes de performances et de produits. Mais aussi fort que soit TSMC, ce joueur représente un gros risque : celui de mettre tous ses œufs dans le même panier. Cette dépendance à un acteur est également acceptée par les entreprises asiatiques : MediaTek a récemment annoncé un partenariat avec le service IFS d’Intel pour la production de ses puces.

Outre ce risque potentiel de pression que représente le boîtier de TSMC, sa situation géographique pose problème. L’un des facteurs de succès de la première mondiale dans les semi-conducteurs est sa chaîne d’approvisionnement bien établie avec des sites de production très proches, situés à Taïwan. D’un point de vue géologique et climatique, Taïwan connaît des typhons et des tremblements de terre chroniques, et connaît des sécheresses croissantes (l’eau est un facteur important pour la production d’indicateurs). Mais elle souffre surtout de l’ombre chinoise. Si le pays est autonome, la Chine de Xi Jingping est néanmoins désireuse de « retourner dans sa patrie » de l’île. À la main, si nécessaire. Toute une partie de l’éducation et de la formation militaires de l’Armée populaire de libération (le nom de l’armée chinoise) tourne autour de l’objectif de « récupérer » l’île. Et l’essentiel de l’entraînement de ses forces prend la forme d’opérations contre « une île isolée et un puissant allié ». Vous n’avez pas besoin d’être un médium pour reconnaître Taiwan et son protecteur, les États-Unis.

Le gouvernement de Taïwan le sait et une partie de sa doctrine de défense repose sur le Silicon Shield, c’est-à-dire que son importance dans la production de semi-conducteurs assure la protection des États-Unis. Bien que les Américains apportent, et de manière croissante, leur soutien à Taïwan, il n’est pas certain que le pays de l’Oncle Sam soit prêt à repartir en guerre ouverte avec la Chine dans la région asiatique. Avoir les dernières usines en place est une garantie qu’en cas de conflit, les combattants américains pourront continuer à produire des puces. Autant pour les produits grand public que pour les équipements militaires – TSMC écrit principalement des puces pour le F35.

Intel ne sait pas (encore) travailler avec les autres

Intel ne sait pas (encore) travailler avec les autres

C’est l’un des acteurs américains qui sait produire des puces : Intel. Et non seulement le numéro 1 mondial de ce secteur investit des dizaines de milliards partout – même en Europe et surtout en France – mais en plus, il a lancé son service de base, Intel Foundry Services, l’année dernière. Tout en développant ses propres besoins, le titan de la puce a décidé, sous l’impulsion de son PDG, Pat Gelsinger, de concurrencer TSMC et Samsung.

À Lire  Pourquoi devenir entrepreneur indépendant en 2022 ?

Si les premières lettres d’intention – avec Qualcomm et MediaTek – ont été signées, il faudra plusieurs années à Intel pour continuer à avancer techniquement, mais aussi pour apprendre à travailler avec les autres. C’est cette capacité à se mettre au service de ses clients qui est l’une des grandes forces de TSMC et Samsung (qui écrit par exemple GeForces, de Nvidia). Cependant, ces compétences personnelles, techniques et organisationnelles prennent du temps à se développer. Et s’en tenir à des plans pluriannuels.

Si Intel peut devenir une société tierce majeure pour se moquer de TSMC, Samsung, UMC ou GlobalFoundries, cela prendra du temps. La position de Samsung est ici très forte, car le coréen a, dans ce domaine comme dans la gravure EUV, plusieurs longueurs d’avance sur l’américain.

Face à la Chine, les Américains veulent retrouver leur leadership

Face à la Chine, les Américains veulent retrouver leur leadership

Avec un poids de seulement 12 % du nombre total de puces produites contre 37 % en 1990, les États-Unis sont en perte de vitesse dans un domaine qui continue pourtant d’avoir une stratégie. Pour les acteurs de l’industrie technologique d’une part, que ce soit Apple, AMD ou Nvidia, mais aussi pour les secteurs électroniques en pleine croissance, d’autre part. Une pénurie de semi-conducteurs de deux ans a plongé l’industrie automobile dans ce que le Washington Post a appelé « la pire récession en 50 ans ». Obliger les fabricants à licencier, retirer des pièces ou laisser pourrir des voitures en attendant que des puces précieuses arrivent… d’Asie, pour de grandes quantités.

C’est pour rétablir cet équilibre et réduire la dépendance vis-à-vis des acteurs asiatiques – notamment chinois – que le gouvernement du président Biden a mis en place le CHIP Act, un plan d’aide de 52 milliards de dollars à l’industrie. Ce processus, comme de nombreux projets politiques aux États-Unis en ce moment, est en cours. Venir à la table d’une grande stratégie d’investissement à long terme est donc, pour les autorités américaines, une aubaine. Parce que les plans de Samsung ne font pas référence au CHIP Act, mais reposent uniquement sur l’assistance du Texas.

La stratégie de Samsung va-t-elle émerger ? Si oui, quelle est sa taille : la moitié du projet ? Environ 200 milliards promis ? C’est impossible à dire. Ce que l’on sait, c’est qu’un tel investissement renforcera les liens entre les deux pays (avec 23 000 soldats américains déployés sur son sol, la Corée du Sud est la 3ème « base » américaine après le Japon et l’Allemagne) qui en est la structure, avec Taïwan et le Japon , axe « anti-Chine », tant dans le domaine des semi-conducteurs qu’en matière de sécurité.

La source :

Qu’est-ce que l’entreprise Apple ?

Qu'est-ce que l'entreprise Apple ?

CNBC

Il est assemblé en Chine, mais la chaîne de production de l’iPhone comprend des pièces provenant de nombreux pays dont la France. De nombreux composants composent l’iPhone, Gorilla Glass, processeur A6, carte mère, accéléromètre, boussole, transistors, connecteurs et logiciels.

Quelle est l’activité de l’entreprise Apple ?

Apple Inc, anciennement Apple Computer Inc, est une société informatique multinationale américaine, fondée le 1er avril 1976 à Cupertino par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald Wayne, et constituée en société le 3 janvier 1977.

Quel est l’objectif de l’entreprise Apple ?

Que produit Apple ?

Quel est le bénéfice de Google ?

Apple Inc. est engagée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de matériel informatique et de supports musicaux.

Le nouvel engagement à fournir de l’énergie auprès de fournisseurs contribue à l’objectif d’Apple d’atteindre la neutralité carbone sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement et de ses produits d’ici 2030.

Quel est le chiffre d’affaires de YouTube ?

Les résultats de Google en 2021 (chiffre d’affaires et bénéfice) En 2021, les revenus d’Alphabet Inc. (Google) était de 257,6 milliards de dollars et son bénéfice était de 76 milliards de dollars.

Quelle est la principale source de revenu de Google ?

Quel est le chiffre d’affaires de Google en 2020 ? Cela représente une augmentation de 41% par rapport aux 182,5 milliards annoncés en 2020. Les bénéfices du géant américain suivent la même tendance. Google et toutes les filiales d’Alphabet ont réalisé un bénéfice de 78,714 milliards de dollars. Alphabet a quasiment doublé son bénéfice par rapport aux 41 milliards enregistrés en 2020.

Quel est le chiffre d’affaire de Google en 2021 ?

A 68 milliards de dollars, son bénéfice est en hausse de 23% sur un an, mais il est aussi légèrement inférieur aux prévisions des analystes. YouTube, en particulier, semble avoir fait peu de progrès au cours de l’année.

Quel est le positionnement d’Apple sur son marché ?

Principales sources de revenus : Google Ads, YouTube Ads, Google AdSense, Google Cloud et autres activités de la holding d’Alphabet. 134 milliards de dollars de liquidités au 31/03/2022. Capitalisation boursière de 1530 milliards de dollars pour GOOG au 15/05/2022. 163 906 salariés au 31/03/2022.

Il s’est établi à 56 milliards de dollars, un peu moins que la prévision des analystes. Ses revenus publicitaires ont augmenté de 22 %. Mais son bénéfice a chuté de 8 % en un an, à 16,88 milliards.

Quelle est la cible d’Apple ?

Magasins, packaging, accessoires, timing des produits… Apple emprunte ses codes au monde des jeux plus qu’à la technologie. Emballage soigné, soin particulier apporté à la matière et à la finition du produit.

Pourquoi Apple est si important dans le marché ?

Qu’est-ce qu’Apple Market ? La situation varie selon les régions, plus encore en France où Android est toujours disponible.