Seine-et-Marne : deux infirmières utilisent la technologie pour le…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Un couple d’infirmières a eu l’idée de créer Okidom, une entreprise qui met la technologie au service de l’humain. Le but : permettre aux personnes âgées de rester chez elles.

Comment bien vieillir chez soi ? Julien et Sandrine Lourdelet, couple d’infirmiers libéraux de Boutigny, près de Meaux, se posent cette question depuis de longs mois. Forts de leur expérience dans le secteur de la santé, ils ont vu de nombreuses personnes âgées quitter leur placement en maison de retraite.

« Nous avons eu l’occasion de nous occuper des personnes âgées. On a ressenti leur détresse, le fait de vendre leur maison, leurs meubles, où ils ont tous leurs souvenirs, pour aller dans une maison de retraite non médicalisée. Alors on s’est demandé ce qu’on pouvait apporter à ces gens », explique Julien Lourdelet.

L’infirmier a donc décidé de quitter son emploi, de se former et de créer son entreprise, avec le soutien de sa femme, pour mettre la technologie au service des gens.

Okidom est né. Le principe : proposer des solutions aux personnes âgées ou à mobilité réduite utilisant la domotique pour faciliter leur quotidien et ainsi pouvoir rester chez soi. « C’est l’assistance à domicile 2.0. » Même si les technologies vendues par l’entreprise peuvent très bien s’intégrer dans le quotidien de personnes sans besoin particulier, mais avec une envie de modernité.

Des installations adaptées aux besoins de chacun

Gestion de l’éclairage, sécurité, accès à distance au domicile, régulation du chauffage, commande des volets… de multiples solutions sont proposées pour préserver l’autonomie des personnes âgées. « L’objectif est de retarder au maximum l’entrée en maison de retraite. » Julien et Sandrine Lourdelet sont à l’écoute des clients, pour adapter la technologie en fonction de la pathologie des personnes âgées.

À Lire  "Les agents doivent pouvoir exercer en société"

« On organise une première rencontre avec la personne âgée sur son quotidien, et ses peurs, puis on rencontre la famille pour savoir comment elle veut aider son aîné. Enfin nous visitons l’appartement. Nous nous appuyons sur notre avis d’infirmières pour définir les besoins ». Des solutions sont ensuite proposées aux familles.

« Nous avons eu le cas d’une personne qui a beaucoup chuté. Il a été proposé d’installer un médaillon avec détection de chute, une caméra pour que la famille puisse voir où se trouve la personne dans la maison, et un système de déverrouillage des portes pour que l’aide puisse entrer dans l’appartement » donnent-ils en exemple.

Les installations sont également évolutives, c’est-à-dire qu’elles peuvent évoluer en fonction des besoins futurs. « Chaque problème a sa solution! »

A voir aussi :
Une étude de l’ACPR a présenté une analyse des bénéfices de la…

Une envie de se développer

Mais l’arrivée de la technologie dans le quotidien de ces seniors a un coût. Entre 1 000 et 6 000 euros d’aménagements sont nécessaires. «Mais il y a des aides. Les seniors peuvent demander l’allocation personnalisée d’autonomie et s’adresser à leur mutuelle ou à la Maison Départementale des Handicapés.

Aujourd’hui, Okidom vise un public assez large, dans toute la Seine-et-Marne et toute la Marne. L’entreprise, actuellement basée Cours Raoult à Meaux, souhaite également ouvrir un showroom dans le futur, créer un centre de formation et pourquoi pas, développer ses propres composants.

Okidom, www.okidom.com, 01 64 33 44 82.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Marne dans l’espace Mes News. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.