Sel : attention, il pourrait réduire notre espérance de vie

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Comment ce parfum peut-il réduire notre espérance de vie ? Quelles mesures faut-il prendre pour réduire le risque ? Explications.

Nous savions déjà que trop de sel aide et aggrave l’hypertension artérielle et provoque la rétention d’eau. Mais une nouvelle étude américaine, publiée le 10 juillet 2022 dans l’European Heart Journal, révèle qu’elle peut nous faire perdre des années de vie. La perte peut aller jusqu’à 2,5 ans. L’étude a été menée sur plus de 500 000 personnes sur 9 ans.

Les participants devaient indiquer, en remplissant un questionnaire, s’ils ajoutaient du sel à leurs plats et à quelle fréquence. En même temps, ils devaient également faire des tests d’urine pour déterminer leurs niveaux de sodium et de potassium. Les résultats sont surprenants : selon l’étude, les personnes qui ont l’habitude d’ajouter du sel à leur alimentation ont un risque accru de 28 % de décès prématuré, « quels que soient leur régime alimentaire, leur mode de vie, leur niveau socio-économique et prématuré », expliquent les scientifiques. .

A lire aussi : Sel et santé, ils séparent le vrai du faux

La réduction de l’espérance de vie a été estimée à 2,3 ans pour les hommes de plus de 50 ans et à 1,5 pour les femmes du même âge. Quelles sont les causes ? L’utilisation excessive de cette crème nous expose à un risque accru de maladie cardiaque, y compris l’hypertension artérielle, les accidents vasculaires cérébraux et l’infarctus du myocarde.

L’excès de sel peut également être responsable de problèmes rénaux, favorisant le développement de calculs. Enfin, il joue un rôle dans l’apparition de l’ostéoporose car il provoque la perte de calcium dans les urines.

À Lire  Lutte contre les poux : 35 trucs et astuces contre les poux

Des pistes pour réduire sa consommation de sel

Or, chaque jour, nous utilisons environ 10 g de sel, ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande, depuis le 29 avril 2020, de ne pas dépasser 5 g par jour. Il est donc urgent de réduire notre consommation ! Pour ce faire, cet organisme de santé nous donne des conseils : ne pas en ajouter lors de la cuisson, ne pas mettre de savon salé sur la table, réduire l’utilisation de produits salés (gâteaux apéritifs, fromages, viandes froides, sauce soja, etc., etc. .). ) et privilégier les aliments « faits maison » aux plats industriels « préparés » qui sont souvent sources de sel caché. Tournez-vous plutôt vers les herbes aromatiques et les épices, plus saines.

Lire aussi :
Dans chacun des territoires de la démocratie sanitaire, l’Agence régionale de santé…