Test d’extraction dentaire : « Ça m’a gâché la vie »

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Les dentistes Lionel Guedj, 41 ans, et Carnot Guedj, 70 ans, sont poursuivis pour s’être enrichis sur le dos de l’assurance maladie et des mutuelles en faisant un maximum de prothèses dentaires sur des patients qui n’en avaient pas besoin, après pour qu’ils se développent en bonne santé. les dents. .

Au cinquième jour du procès, le tribunal correctionnel a ouvert les auditions des premiers plaignants qui ont requis l’anonymat. Environ 120 patients sur les 322 qui se sont constitués parties civiles doivent être entendus pendant trois semaines.

La première à témoigner n’avait que 18 ans lorsque ses parents lui ont demandé de voir un dentiste pour un problème de carie et d’émail car elle ne mangeait pas « assez de produits laitiers ».

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

« Lionel Guedj m’a conseillé d’arracher toutes mes dents. Il a dit que j’avais un beau sourire, que je n’aurais plus de problèmes dentaires, raconte la jeune femme, aujourd’hui âgée de 34 ans. « Je lui ai fait confiance », a-t-elle déclaré. .

« Le docteur Guedj vous a dévitalisé et a limé 24 dents avant de vous poser des prothèses », a déclaré le président.

« Tout s’est passé en deux ou trois mois et plusieurs fois j’ai raté des séances parce que j’avais trop mal », raconte le plaignant, bénéficiaire de la CMU mais sans mutuelle, qui a dû lui verser « 1.000 euros en espèces » le dentiste .

Interrogée sur les conséquences de ces opérations, elle dit vivre un « cauchemar depuis 16 ans », elle parle de « douleurs insupportables », de « dents qui tombent » et d’une « mauvaise odeur » dans la bouche.

Elle montre la dépression qui lui est arrivée, ses visites chez le psy. « On n’arrive plus à sourire, on bégaie quand on parle, on mange difficilement. Donc, on a honte, on se retire de la société. On n’a plus de vie sentimentale ni professionnelle ».

« Il a ruiné mon enfance, mon présent et mon avenir », dit-elle.

– « A agi strictement intentionnellement » –

Un ancien agent de sécurité lui raconte avoir vu Lionel Guedj pour une simple boutade. « Il m’a fait une radio et m’a dit : tes dents sont fragiles. S’il y a un choc, elles tombent. Je vais t’arranger ça ». Au final, il se fera retirer huit dents et poser deux ponts. Mais à la clé, de multiples complications : kystes, abcès, gingivite, fracture de la céramique…

À Lire  CitésLab - Révélateur de Talents, moteur de la création d'entreprise dans les milieux prioritaires.

Sans mutuelle, il doit verser 7 000 euros au praticien en espèces. « Le salaire équivaut à six mois », a déclaré le président.

« Je viens d’un milieu défavorisé. Quand on est dentiste, on a réussi, on a déjà gagné. Pourquoi a-t-il fait ça ? », a-t-il demandé, encore abasourdi.

Le patient suivi par le bar est nerveux. « J’ai du mal à le voir près de moi », a-t-elle déclaré. Le président a coupé l’écran au-dessus où l’image des deux accusés était montrée.

La plaignante parle du « procès de sa vie », elle soigne Lionel Guedj qui a extrait douze dents, dont six se sont infectées et une qui n’a pas pu être soignée, chez un « boucher ». Pour récupérer ses dents, il lui en coûterait « 40 000 euros », dit-elle, mais elle n’a pas l’argent.

« J’ai perdu toute confiance en moi, ça a détruit ma vie », dit-elle.

« Ces déclarations me touchent, mais j’ai toujours œuvré pour le bien de mes patients, pour les rendre heureux », réagit Lionel Guedj quand son père parle de « traitement raté », mais pas d’actions volontaires.

« Quand on pratique des actes sans fondement (…) dictés par la rentabilité, quand on travaille à la chaîne, vite et mal (…), on ne peut pas parler d’une erreur médicale », jugeait un expert du soir, Jacques-Henri Torres, docteur en chirurgie dentaire. Ce sont « des actions strictement délibérées », a-t-il déclaré.

Le procès doit durer jusqu’au 8 avril.

Opinions

Chroniques de Christophe Donner

Chronique de Cécile Maisonneuve

Cécile Maisonneuve est présidente de DECYSIVE et conseillère au pôle climat énergie de l’IFRI

Ceci pourrez vous intéresser :
L’assurance habitation couvre votre habitation. Obligatoire dans certains cas, il est tout…