Thales Alenia Space et Sabca remportent les contrats du futur lanceur Ariane 6

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Thales Alenia Space, joint-venture franco-italienne entre Thales (67 %) et Leonardo (33 %), a signé un contrat avec ArianeGroup pour lancer à l’avenir la production de la chaîne de secours du lanceur. Le site de Charleroi se chargera notamment de la conception et de la réalisation des boîtiers électroniques au cœur de ce système de secours, dont la fonction principale est de neutraliser la fusée en cas de trajectoire ultérieure mettant en danger des personnes ou des biens.

Le contrat prévoit une montée en puissance jusqu’au 15e lanceur avec la livraison de 112 équipements d’ici l’été 2024, et préparera la montée en puissance de la phase opérationnelle qui devrait s’étendre sur 30 ans, développe encore Thales Alenia Space. .

En Belgique, l’entreprise est également responsable du développement de l’électronique de commande du système de guidage des buses.

De son côté, Sabca a signé un partenariat stratégique avec ArianeGroup pour les lanceurs réutilisables. Il s’agit plus précisément de développer le démonstrateur Themis, qui « permettra à l’Europe de se positionner substantiellement dans le monde des lanceurs réutilisables à bas coût », estime Sabca.

L’accord porte sur les produits phares de Sabca, que sont les systèmes d’actionnement – qui renforceront sa position de leader européen dans ce domaine, maintenu par l’entreprise belge – mais aussi les structures porteuses des moteurs Themis, sur lesquelles ces systèmes d’actionnement seront intégrés. .

Sabca joue déjà un rôle majeur dans les lanceurs européens, étant le principal acteur en Belgique, qui est responsable de tous les systèmes d’activation de ces lanceurs au niveau Ariane 5 et Ariane 6 et au niveau Vega, rappelle-t-elle.

À Lire  Entrepreneuriat : pourquoi une signature électronique est-elle utile pour les débutants ?

Les deux contrats ont été signés la semaine dernière en marge du Congrès international d’astronautique à Paris, où était présent le secrétaire d’État à la Politique scientifique Thomas Dermine. « Notre industrie spatiale est au premier plan et elle montre encore aujourd’hui, à quelques jours de la réunion ministérielle de l’ESA (en novembre prochain, ndlr), que l’investissement public dans le secteur émerge. Ariane 6 est un projet énorme ! », a-t-il déclaré. se félicite.

C’est lors de cette conférence ministérielle que les budgets de développement pour les trois prochaines années seront définis au niveau de l’espace.