TITANIC (Critique) – Chroniques de Cliffhanger & Co

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

SYNOPSIS : Southampton, 10 avril 1912. Le paquebot le plus grand et le plus moderne du monde, célèbre pour son insubmersibilité, le « Titanic », appareille pour son voyage inaugural. Quatre jours plus tard, il s’écrase dans un iceberg. A bord, un pauvre artiste et un riche bourgeois tombent amoureux.

James Cameron, le célèbre réalisateur canadien, établit en 1991 le record du premier film à dépasser un budget de 100 millions de dollars avec Terminator 2 : Le Jugement dernier avant de le rééditer 6 ans plus tard. Initialement prévu à 150 millions de dollars, son prochain film (après True Lies de 1994) sera finalement son premier à atteindre le budget de 200 millions de dollars que beaucoup diront fou et excessif, et que sa carrière de réalisateur aboutira à une impasse. mettre fin à cet échec monumental qui se profile… Leur nouveau projet se déroule en septembre 1996. Une équipe de scientifiques des grands fonds marins, avec un côté de chasseurs de trésors, dirigée par Brock Lovett (Bill Paxton) enquête au cœur des ruines de l’un des épaves les plus célèbres : le RMS Titanic. Utilisant des moyens de pointe, ils espèrent y découvrir un trésor secret de longue date, enterré avec le navire, mais malheureusement pour eux, le coffre qu’ils ont extrait du fond de l’océan, ne contient pas le trésor attendu mais un dessin . d’une femme qui porte un diamant appelé « Heart of the Ocean ». C’est alors qu’une femme de 101 ans, Rose Calvert (Gloria Stuart) les a contactés en disant qu’elle était la femme du dessin. Fasciné à l’idée de découvrir l’histoire et les détails importants de la nuit fatidique, l’équipage écoute attentivement l’histoire de Rose, qui était passagère lors du voyage inaugural du célèbre navire.

Transportés en avril 1912, les premières images que nous découvrons sont absolument incroyables. James Cameron nous montre la couleur de la scène d’ouverture du paquebot, montée à une échelle colossale sublimée par la musique de James Horner. Cela nous montre qu’on va en tirer plein les yeux. On voit ensuite l’enregistrement des passagers du transatlantique, totalement différent selon les classes économiques, les riches plutôt arrogants reçoivent beaucoup d’aide pour porter leurs valises, tandis que les passagers de troisième classe doivent passer le contrôle des poux. C’est là que nous rencontrons une Rose de 17 ans (jouée par Kate Winslet) arrivant au quai d’expédition avec son fiancé Cal Hockley (Billy Zane) et sa mère (Frances Fisher). On sent tout de suite que cette jeune femme ne se sent pas bien dans sa peau, qu’elle n’est pas faite pour vivre dans la cage dorée qui lui est prédestinée. Parallèlement à cette histoire, on découvre Jack Dawson (Leonardo DiCaprio) dans le bar d’en face avec son ami jouant (et gagnant) son billet pour le Titanic lors d’une partie de poker. Artiste bohème (dont les dessins ont été réalisés par James Cameron, dont on voit aussi la main dans les gros plans), c’est un vrai gentleman qui a beaucoup voyagé. Après l’embarquement, le réalisateur nous montre l’intérieur de son paquebot, avec un souci du détail exceptionnel, il recrée parfaitement ce monument, les décors sont parfaitement reproduits, des photographies anciennes aux sculptures, ainsi que la garde-robe qui intègre des vêtements vintage. Afin d’être au plus proche de la réalité, le réalisateur se tourne vers les mêmes entreprises (pour lesquelles elles existent encore à l’époque), qui lui fournissent les décors, les tapisseries et les luminaires en 1912. Les avancées technologiques de l’époque sont mises au service de From ‘A Spectacular Illusion, le public est emporté par le voyage romantique qui nous attend, Cameron se montre à la hauteur avec un est fil narratif simple et captivant. Il choisit d’articuler son message autour de l’épanouissement personnel de Rose tandis que Jack éveille en elle de nombreux sentiments qu’elle ne connaissait pas (ou plus). En effet, après avoir vécu ses premiers instants sur le navire dans un environnement très toxique, Rose ne voit pas la suite de sa vie ainsi, elle ne veut pas faire partie d’une existence aussi étouffante, au point qu’elle a envie de sauter bord du navire bord du navire C’est Jack qui la sauvera lorsqu’elle décidera de sauter, leur rencontre offre une renaissance à Rose qui voit en lui la sagesse et la joie de vivre. Ils vivront alors des moments fantastiques, drôles, émouvants… Tout cela avant que le paquebot ne percute un iceberg… James Cameron n’oublie cependant pas de remonter en amont les incohérences qui annoncent le malheur en cas d’accident ou d’incident. , et Les insuffisances des radeaux de sauvetage, ainsi que la vanité des créateurs de l’engin, sont aujourd’hui évidentes.

À Lire  Pommerit-le-Vicomte, un voyage solidaire avec les réfugiés polonais

Côté distribution, le film a définitivement lancé les carrières (surtout au niveau médiatique) de Kate Winslet et Leonardo DiCaprio, impeccables dans leurs rôles respectifs, il faut aussi saluer la prestation de Frances Fisher en mère snob et cruelle et en riche prétendant . et rusé (Billy Zane dans le rôle de Cal Hockley). Kathy Bates devient Molly Brown, un personnage haut en couleur (qui a réellement existé) qui ne mâche pas ses mots et porte des chapeaux surdimensionnés. David Warner l’interprète comme un valet terrifiant et impitoyable.

Paradoxalement, bien que la fin soit connue de tous, James Cameron démontre toujours admirablement son talent de suspense, laissant la tragédie frapper au milieu du film. De cette façon, la catastrophe peut se dérouler en temps quasi réel (2:40) avec une précision terrifiante, orchestrant et chorégraphiant magistralement le chaos et la panique alors que le navire coule. Les cris, la peur, la violence, toute cette tension est au cœur d’une splendeur visuelle et d’une musique live qui multiplient toutes ces sensations fortes. Avec ce film acclamé par la critique, qui a remporté 11 Oscars (dont celui du meilleur film), James Cameron aura réussi son pari. Narrativement et visuellement, Titanic est un chef-d’œuvre capable de divertir, mais aussi de faire réfléchir.

Avec : Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, Billy Zane…

Distribué par : The Walt Disney Company France