Tout ce que vous devez savoir sur les restaurants de chefs étoilés à…

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

La décoration : Rénovée par l’architecte Laurent Pelamourgues, la cabane reprend les codes traditionnels de la ferme savoyarde, rehaussée de tissus Nobilis et Pierre Frey, de meubles artisanaux en bois de châtaignier, de luminaires Lumart, de tapis et trophées de chasse en peau de vache, de coussins en peau de mouton et en laine. sur les sièges, des fleurs séchées au plafond. A l’extérieur, une terrasse à 360° sur le versant Mandarin avec vue sur la vallée au soleil et de grandes tablées entre amis.

La table : assiettes de grand-mère, assiettes de présentation en liège, tables en bois, on est immédiatement transporté… Au goût, il a posé l’huile d’olive de San Remo sur la table.

Les plus : Les nettoyeurs de ski récupèrent, stockent et gardent votre matériel à l’entrée du restaurant en échange d’un porte-clés numéroté le midi.

Clap de fin de saison : 1er avril 2023.

Où trouver le chef l’été ? A Bristol à Paris, où il administre quotidiennement dans son 3 étoiles Michelin, L’Epicure. Sous le soleil, vous pourrez également le rencontrer chez Gina, son restaurant italien à Saint-Tropez ou à La Petite Plage Saint-Tropez, Biarritz ou Saint-Barthélemy.

Pierre Gagnaire à Courchevel 1850

Fouquet’s, Barrière Les Neiges

L’expérience : brasserie mi-urbaine, mi-alpine.

70 couverts, ouvert midi et soir.

La version alpine de la mythique brasserie parisienne, le Fouquet’s, a ouvert ses portes en 2016, en même temps que sa demeure, le Palace des Neiges. Depuis 2015, le chef Pierre Gagnaire signe la carte de tous les Fouquet’s de France, dont la carte de Courchevel. On retrouve à la carte les grands classiques des brasseries (pâté en croûte, tartare de bœuf, club sandwich), à la seule différence, s’y ajoutent des spécialités montagnardes comme cette tartiflette reblochon (39 €), cette truite des lacs de montagne, ou encore cette Mont- Blanc à la confiture de marrons et mûres. On adore le homard grillé au feu de bois, la sole meunière (105 €) et la crêpe Suzette (19 €). Et puisque nous sommes à Courchevel, bien sûr, foie gras, caviar et truffes noires sont légions.

À Lire  Immobilier : les constructeurs de maisons individuelles sous pression

La déco : Des fauteuils et banquettes en velours rouge, des photos de stars en noir et blanc près de l’atelier Harcourt accrochées au mur, des nappes blanches et une ambiance cosy, comme à Paris. Seule la vue de ce Fouquet alpin change : Pas de Champs-Élysées, pas de feux rouges, mais des skieurs tous en schuss sur la piste de Bellecôte…

La table : Ici aussi, les codes graphiques des brasseries parisiennes sont repris ; Vaisselle en porcelaine de Limoges, nappage Jacquard Français blanc et couverts Guy Degrenne aux lignes épurées.

Egalement : Départ et arrivée directement des pistes, parfait pour une pause déjeuner. Un service de ski-valet s’occupe de déneiger les clients et les skimen réchauffent gants et chaussures de ski avant de retourner sur les pistes.

Clap de fin de saison : 8 avril 2023

Où trouver le chef l’été ? Chez Ama Terra à Aix-en-Provence, chez Duende ou L’Impé à Nîmes ou un peu plus loin chez Pierre’s TT à Dubaï ou au Fouquet’s à Saint-Barth, le chef étoilé navigue entre ses nombreuses adresses au soleil et à tripler. Étoile parisienne.

Sur le même sujet :
L’upcycling prend de plus en plus d’importance dans l’industrie de la mode.…