Transferts d’enfants malades : parents et pédiatres racontent « l’enfer » d’une crise qui n’en finit pas

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Dans une lettre ouverte que nous dévoilons en exclusivité, plus de 4 000 professionnels de la pédiatrie dénoncent la saturation de leurs services, alors que les maladies hivernales comme la bronchiolite sont en pleine expansion. Agathe, 2 ans, a dû être transférée à deux heures de chez elle, au grand désarroi de ses parents. François, son papa, lui-même médecin, raconte cet «enfer».

Il y a trois jours, Agathe a retrouvé sa maison à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), son lit et ses couettes. La toux qui couvrait sa poitrine s’arrêta et sa respiration n’était plus laborieuse. « C’est la fin de l’enfer », glisse François. Le père de 36 ans a beau être lui-même médecin hospitalier, il a ressenti la douleur indicible de voir son fils de deux ans partir en réanimation, en raison d’une bronchiolite qui lui bloquait les poumons et le privait d’oxygène.

Ceci pourrez vous intéresser :
Comment gérer une urgence dentaire ? Le Conseil de l’Ordre des Chirurgiens…

À Lire  6 astuces naturelles pour se débarrasser des poux de tête | Biographie en vedette