Site icon bip-perpignan

Trottinettes : quels sont mes droits (et mes devoirs)

Trottinettes, rollers, solowheel (ou gyroroue)… Les nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) fleurissent en ville dans un vide juridique que les communes et l’Etat tentent rapidement de réglementer.

Si on se fait renverser par une trottinette électrique, qui indemnise ?

Si le véhicule à moteur (scooter électrique, gyropode ou autres hoverboards) ne dépasse pas 25 km/h, les dommages et dégâts sont couverts par l’assurance responsabilité civile du conducteur (celle de ses parents s’il est mineur). Attention, il ne doit pas y avoir de mentions contraires dans le contrat. Pour les machines qui dépassent 25 km/h, une extension de garantie doit être demandée et les conducteurs doivent être déclarés. De plus, pour être couvert en cas d’accident, le port du casque est souvent obligatoire. Si le conducteur n’est pas assuré, le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires (FGAO) se charge d’indemniser la victime avant de récupérer auprès du conducteur les sommes versées majorées de 10 %. Enfin, pour les scooters de location, c’est l’assurance du loueur qui indemnise.

Ceci pourrez vous intéresser :
&#xD ; Collecter pour éviter le statut stigmatisé des étudiants travaillant pour les…

Peut-on sa trottinette n’importe où ? 

Pas encore de loi pour réglementer le stationnement des scooters, les villes prennent alors des arrêtés municipaux pour l’organiser. Ainsi, à Paris, toute trottinette électrique mal garée peut être verbalisée, comme les vélos (135 €), ou confisquée. Une amende qui peut également être payée en louant des scooters et que les applications n’ont aucun mal à passer au conducteur peu scrupuleux, puisqu’elles demandent à prendre une photo du scooter en stationnement. Quant aux personnels, si leur vitesse peut dépasser 25 km/h, ils doivent être déclarés au Ministère de l’Intérieur (nous recevons un numéro d’identification unique qui doit être gravé sur une partie non amovible de l’engin et qui doit également figurer sur une plaque d’identification qui lui est attachée).

Portière rayée, accident matériel : on rédige  un constat ? 

Le scooter a rayé ma porte, est-ce que j’observe ? Oui, et nous prenons également des photos pour montrer les dégâts. Si vous n’avez pas de constat à disposition, utilisez e-constat-auto.fr, une application téléchargeable gratuitement sur votre smartphone et reconnue par toutes les compagnies d’assurance. Piste cyclable, route, trottoir : ou rouler en trottinette ?

Mise en place en 2019, la loi d’orientation mobilité (LOM) a clarifié les choses en stipulant que les engins de mobilité électrique (scooters électriques, hoverboards, gyropodes, monoroues, cyclomobiles légers) doivent circuler sur l’itinéraire cyclable lorsqu’il existe. En effet, cette nouvelle catégorie de véhicules est autorisée à circuler sur les voies, pistes cyclables ou dans les zones limitées à 30 km/h, mais pas sur les trottoirs ni sur les voies de circulation (routes, autoroutes). Les utilisateurs de véhicules non motorisés (rollers, planches à roulettes ou trottinettes) ou de modèles électriques qui ne dépassent pas 6 km/h sont, en revanche, considérés comme des piétons, doivent circuler sur les trottoirs et emprunter un passage clouté. Sinon, ils encourent une amende de 4 € à 7 € ! Mais quel que soit le mode de transport, si le comportement de leur chauffeur met la vie d’autrui en danger, il sera passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 € et d’un an de prison.

À quel âge un enfant peut-il conduire un vélo ou une trottinette électrique ? 

Il faut avoir 14 ans et être titulaire d’un permis AM (ex-BSR) pour conduire une trottinette électrique n’excédant pas 25 km/h et 18 ans pour utiliser une motorisation supérieure. Certains loueurs réservent leur flotte de véhicules aux adultes et, en cas de non-respect de cette clause, en cas d’accident, ils pourront se retirer.

Peut-on rouler à 2 sur une trottinette électrique ?

Les applications en free-floating (location en libre-service) l’interdisent formellement, mais pas le code de la route. Alors, là encore, ce sont les arrêtés municipaux qui font la loi. En revanche, que vous vous déplaciez à vélo, en scooter ou en skate, l’alcool au volant est totalement interdit, passible d’une amende de 135 €, voire, si vous en avez un, de la suspension du permis de conduire. Quant au port du casque, il est recommandé mais pas encore obligatoire.

Quitter la version mobile