Urgences dentaires au CHU de Bordeaux, nouvelle offre de soins

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Depuis 2019, la métropole de Bordeaux n’a plus d’accueil de nuit pour les urgences bucco-dentaires. Depuis le 2 mai, l’hôpital Saint-André leur a ouvert un accueil 7 jours sur 7 aux urgences générales. La nouvelle offre de soins vise à répondre à un réel besoin de la population.

Depuis le 2 mai, l’hôpital Saint André de Bordeaux a ouvert un nouveau service d’urgences pour les soins bucco-dentaires de nuit. Jusqu’en 2019, l’Hôpital d’instruction des armées Robert Picqué assurait au moins ce type d’urgence, mais depuis… plus rien. Au CHU de Bordeaux, plus de trente ans se sont même écoulés depuis que cette offre n’était plus proposée. Ce projet est une réelle avancée pour le chef de service, le professeur Bruno Ella : « Au regard des besoins, c’est une vraie mission de service public. Toutes nos équipes sont satisfaites que ce projet ait été concrétisé par la nouvelle direction du CHU. C’est vraiment quelque chose à valoriser pour notre agglomération. »

Jusqu’à présent, les patients se rendaient aux urgences générales en cas de problèmes dentaires graves : « C’est un réel besoin de la population d’autant que les patients errent et contraints d’attendre le lendemain pour être soignés. ». Pour ce service en tête du classement national, c’est une certaine reconnaissance du travail bien fait mais surtout une nécessaire fluidification des urgences médicales. Si le projet a mis du temps à voir le jour, c’est à cause de la crise du Covid mais aussi à cause de la logistique que cela nécessite : « On déshabille Pierre pour habiller Paul. On rajoute de l’activité sans rajouter de personnel, donc il faut s’organiser. » , explique le chef de division.

À Lire  Bordeaux : "Il est décédé après 10 heures d'attente dans le couloir de l'hôpital"

Les équipes du service ont prévu que les urgences dentaires accueilleraient huit patients durant les six premiers mois jusqu’à ce que les patients prennent connaissance de l’existence de cette nouvelle offre. De plus, les huit patients ont été touchés dès la deuxième nuit, preuve supplémentaire pour l’équipe des besoins auxquels elle a répondu.