Vague De Chaleur. Un employeur peut-il vous interdire de venir travailler en short ? Nous vous répondons

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Alors que la France connaît une canicule sévère, antérieure et répétée à l’image de la canicule que nous connaissons actuellement, la question de l’habillement pour le travail se pose. Un employeur a-t-il le droit d’interdire le port du short au travail ? Que dit la loi? Nous vous répondrons.

Déjà à la mi-juin, la France a connu une canicule inhabituelle, atteignant 40°C. Quatre semaines plus tard, une nouvelle chaleur s’est installée en France. Par temps chaud, il est définitivement difficile pour vous de supporter un jean ou un pantalon de travail. Une question se pose alors : peut-on proposer des travaux courts ? Ou est-ce interdit par la loi ? Ouest-France vous a répondu.

Pour la petite histoire, rien ne vous empêche officiellement de porter des shorts au travail. Et pour cause, aucune disposition légale ne précise l’uniforme du Code du travail. La façon dont vous vous habillez est vraiment une question de liberté personnelle.

Évidemment, selon la loi, chacun est libre de s’habiller comme il veut et d’apporter le sien. « Nul ne peut imposer aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne soient pas fondées sur la nature du travail accompli ou analogues à l’objectif recherché », précise l’article L1121-1 du Code du travail.

L’employeur peut-il imposer des restrictions ?

L’employeur peut-il imposer des restrictions ?

C’est vrai, des restrictions peuvent être imposées par votre employeur en fonction de votre profession. « Pour des raisons d’hygiène et de sécurité, l’employeur peut imposer le port de pantalons longs, de casques et de chaussures de sécurité », a expliqué Éric Rocheblave, avocat spécialisé en droit du travail, à nos confrères de Paris.

En effet, tout employeur peut imposer un uniforme s’il peut prouver cette obligation. Qu’il s’agisse de sécurité (comme les ouvriers du BTP), d’hygiène (hôpitaux, centres de santé, etc.), ou d’image de l’entreprise auprès des clients (commerces, banques…).

À Lire  Architecte libéral, entrepreneur individuel

Le port d’un bermuda ou d’un short par un salarié relève donc du lieu de travail et peut entraîner des restrictions à la liberté vestimentaire du salarié. « La bonne robe dépend vraiment du type de travail », a déclaré Eric Rocheblave au Parisien.

A lire aussi : Vagues de chaleur. Un employeur doit-il aménager les horaires de travail de ses salariés ?

Apple se sépare de Jony Ive et de sa société de design
Ceci pourrez vous intéresser :
En bref : le designer Apple Jony Ive a officiellement quitté l’entreprise…

Quid des obligations d’un employeur vis-à-vis de ses salariés en cas de fortes chaleurs ?

Quid des obligations d’un employeur vis-à-vis de ses salariés en cas de fortes chaleurs ?

En cas de forte chaleur, l’employeur a un devoir de sécurité envers ses salariés. Selon l’article L. 4 121-1 du Code du travail, l’employeur prend « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la protection de la santé physique et mentale des salariés ».

Le ministère du Travail énumère une série de mesures générales pour les employeurs. Il doit prendre en compte et consigner dans le « document unique d’évaluation des risques » les risques liés à l’environnement thermique et prendre des mesures préventives pour assurer la santé et la sécurité des salariés.

Il faut aussi « rafraîchir l’air pour éviter une élévation excessive de la température dans les lieux de travail fermés, mettre à disposition de l’eau potable et propre, prévoir des mesures de prévention de la surchauffe et/ou de repos des travailleurs ».

Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, l’employeur est notamment chargé de « mettre à la disposition des travailleurs une salle de repos adaptée aux conditions météorologiques ou d’aménager le lieu pour permettre l’organisation du repos dans des conditions de sécurité correspondantes ». Les travailleurs doivent également disposer d’au moins trois litres d’eau propre par jour.