Vendée : un centre médical d’urgence ouvre au Centre Hospitalier Départemental

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Un centre de soins non programmés vient d’être ouvert à La Roche-sur-Yon, dans l’enceinte de l’hôpital, pour alimenter le Service des Urgences. Une vingtaine de médecins du secteur s’y relaient.

Sur le site du Centre Hospitalier Départemental, juste derrière les installations de l’Etablissement Français du Sang, l’enseigne indique « Centre de soins non programmés », sur le poste de Médecine Générale.

Une deuxième salle de consultation a été ouverte au centre de soins médicaux de l’hôpital.

Il est ouvert depuis le 3 janvier.

Désengorger les Urgences

Dans ce Centre de Soins Non Programmés (CSNP) flambant neuf, les médecins généralistes reçoivent, cinq après-midi par semaine, des patients en urgence médicale qui n’ont pas pu obtenir un rendez-vous rapide avec leur médecin.

« Ce centre de soins non programmés permettra de désengorger le Service des Urgences, réservé aux urgences vitales, rappelons-le. »

« Avant tout, nous serons au service de tous ceux qui n’ont pas de médecin ou qui sont de passage sur le territoire. »

Lire aussi :
Par sudouest.frPublié le 19/07/2022 sur 16h52.Une expérimentation a débuté en juin à…

Mode d’emploi

Ce nouveau dispositif, encore expérimental et unique en France, permettra aux étudiants, aux personnes sans médecin ou aux touristes de passage de pouvoir consulter rapidement en cas d’urgence.

« En cas de problème médical aigu, il est recommandé de contacter en priorité votre médecin ou votre médecin généraliste qui pourra vous emmener en consultation d’urgence dans la journée. Seulement si cette option n’est pas possible, les patients peuvent contacter le 116 117, le numéro du règlement médical général, qui peut proposer un rendez-vous si nécessaire, le jour même ou le lendemain, explique Romain Bossis.

Un soulagement pour de nombreux Yonnais qui se retrouvent sans recours médical, du fait de la pénurie médicale.

Il y aurait plus de 10 000 foyers, à La Roche-sur-Yon, sans médecin généraliste.

Ce vendredi, Nicolas Todorovic, le médecin de garde, a reçu quatre patients :

À Lire  "On n'a fait que déplacer le problème" : le CHU de Bordeaux toujours en crise

« Un patient avec une otite en phase aiguë d’infection, une personne avec une infection urinaire, une autre en situation de burn-out qui avait besoin d’un soutien psychologique et un autre patient avec un problème de thyroïde », explique le jeune médecin de 29 ans.

Il s’agit d’un substitut à une consultation à La Roche-sur-Yon et d’un intérim une fois par semaine au Care Center.

Des patients douloureux, souvent infectieux, donc douloureux, qui trouvent ici une réponse rapide.

« On se sent utile », résume-t-il.

Deux ans de travail

Pour garantir les consultations, une vingtaine de médecins généralistes volontaires du secteur se relaient, « au maximum un après-midi par semaine ».

Des séances avec le soutien du Centre Hospitalier Départemental, attractives pour les jeunes médecins en recherche de pratiques mixtes.

Pour compléter le dispositif, des espaces de consultation dédiés aux urgences médicales sont également proposés par des médecins généralistes bénévoles du territoire au travers d’un agenda partagé.

L’ouverture de ce centre est l’aboutissement d’un projet mené par les professionnels de la santé du territoire, regroupés dans une association appelée Comunitat Professional Sanitària Territorial (CPTS).

La commune du Centre Vendée, dont La Roche-sur-Yon fait partie, représente 180 000 habitants : on la pense à l’échelle de la surface habitable qui s’étend d’Aizenay à Chantonnay jusqu’aux Essarts.

« Ce projet a été construit par les professionnels de santé du territoire. Nous y travaillons depuis deux ans. C’est important car nous répondons à un besoin d’assistance, au plus près de la réalité. »

Un deuxième centre de soins non programmés a également été ouvert en début d’année en Vendée, à Luçon, dans le cadre de la même expérimentation, avec le soutien du Conseil départemental et de l’Agence régionale de santé.

Cet article vous a-t-il été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Journal du Pays Yonnais dans l’espace Mes Actualités. En un clic, après votre inscription, retrouvez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.