« Victoire de Samothrace » rouge vendu par La Postale…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

La vente sur enchères clôturée le 20 janvier proposée par La Postale philatélie a dispersé quelques raretés classiques et semi-modernes.

Publié aujourd’hui à 09:27 Temps de lecture 6 min.

Plus de 3 800 lots sont au catalogue de la vente aux enchères organisée par La Postale philatélie (Paris, tél. : 01-40-26-63-03). Sur la couverture, une très rare « Victoire de Samothrace » rouge (erreur de couleur) au lieu de vert, neuve, dont sept pièces sont connues. Mise à prix pour cette rareté : 80 000 euros. Un timbre similaire a atteint 126 520 euros chez Behr en décembre 2022.

A toutes les pages, pour les classiques de France, notez un 10 centimes bistre-jaune de type Cérès « très frais » selon le descriptif, en vente à partir de 1 100 euros (cotation du catalogue 3 200 euros), puis un bien-margé 15 centimes. vert à partir de 11 000 euros (pour une évaluation de 28 000 euros).

Un 40 centimes bleu « inédit » de France, « imprimé avant le 9 mars 1849, date de la décision de changer la couleur du 20 centimes et du 40 centimes, qui ne fut émis qu’en orange en février 1850 », précise le vendeur, soit 20 000 euros.

La vente disperse une dizaine de 1 franc vermillon, de 1 650 (pièce oblitérée grille, restaurée) à 21 000 euros (1 franc vermillon ombre « vervelle », quatre belles marges), selon l’état ou l’ombre.

Un n°8d du catalogue Yvert et Tellier, une paire de 20 centimes bleu foncé tête-bêche, bord inférieur feuille, « fraîcheur postale », démarre à 78 000 euros (pour un devis de 110 000 euros). Une pièce que l’on voit rarement.

On part à l’Empire, avec une feuille complète de 150 exemplaires du 1 centime olive, non perforée, à 15 000 euros.

Quelques prix de départ notés :

– 1 franc carmin, paire tête-bêche, tirage de 1862 : 18 000 euros.

– Bloc de quatre des 40 centimes orange vif, Empire dentelé (n°23b) : 11 000 euros.

– 5 francs Empire violet-gris, « fraîcheur postale » : 8 000 euros.

– 5 francs de l’Empire gris-violet, non perforé, « à double burelage » et gros bout de feuille : 9 800 euros.

– Siège de Paris (Guerre franco-prussienne), 20 centimes bleu de Cérès sur papier jaunâtre, bloc de neuf exemplaires avec tête-bêche au centre, et le bout de la feuille : 16 000 euros.

– Type « Sauge », 1 centime noir sur bleu de Prusse, six lots, de 900 euros (restauré) à 4 800 euros (neuf, « grande fraîcheur »).

Quelques épreuves et essais précèdent les lettres, dont un vermillon de 1 franc, ombre de Sedan, daté du 7 juillet 1849, à 17 500 euros.

Le 20 centimes Napoléon bleu lauréat « Lebaudy non cranté », sur une lettre datée du 22 juillet 1869, de Douai à Paris (correspondance à « Messieurs Lebaudy frères »), s’affiche à 9 500 euros.

Il s’agit d’une centaine de ballons montés datant de la guerre de 1870-1871, dans une gamme de prix qui va de 180 (« Le Vauban ») à 9 500 euros (« Le Montgolfier », enveloppe confiée). A 9 000 euros, une « boule de Moulins » part d’Aix-en-Provence le 7 janvier 1871 pour Paris, « ripechage de Quillebeuf » (Eure) le 26 mars 1871.

Passons au 20ème siècle : Mouchon, Merson, Semeuse, « Orphelins de guerre » se succèdent, avec de bonnes probabilités.

A noter, pour le « Congrès philatélique de Bordeaux 1923 », un inédit (surimpression sur trois lignes au lieu de quatre), à ​​4000 euros et un autre inédit, avec la surimpression sur quatre lignes mais avec une modification concernant les initiales majuscules des mots, le timbre qui est appliqué sur une feuille de présentation avec des timbres officiels, pour 5 000 euros.

La vente comprend d’autres non émis : « Rivière bretonne » couleur ardoise, « Paris Exposition Internationale 1937 » (rouge carmin au lieu de rouge-orangé), « Mermoz » (vert-jaune au lieu de vert-gris), 2 .40 francs type Dulac en bloc de quatre sur feuille, 10 francs outremer vivant « Port de La Rochelle » en bloc de quatre avec coin daté du 1er mai 1931 (55 000 euros tout de même !), etc.

Par avion, quelques « Berthelot » surchargés à bord du paquebot Ile-de-France, sont de 1.100 à 3.200 selon l’état, la variété « surcharge inversée » qui pointe à 11.000 euros. Pour « Pasteur », comptez de 4 600 à 27 000 selon les caractéristiques.

Quelques bons carnets – près de 500 lots – feront le bonheur des amateurs (« Crayon Koh-I-Noor et célèbre Gomme Eléphant », 20 000 euros).

Pour les timbres de la Libération, Audierne se démarque avec la série complète de 23 valeurs, sur lettres, avec timbres-poste, pour 2 700 euros.

Les amateurs de timbres fiscaux ne manqueront pas la rubrique qui leur est dédiée, avec des blocs report complets de 20 timbres de 40 centimes bleu et 60 centimes bistre (10 000 et 13 000 euros).

À Lire  Croisières majeures aux Seychelles : les Îles Vanille signent un accord avec Costa Croisières

Voir aussi une belle section de « variété » d’impression, du type blanc aux dernières impressions, procédés couleur sans perforation et dorures.

La série « Orphelins » de 1922, en huit feuilles complètes de 75 exemplaires, démarre à 7 500 euros. La série « Francisca » 70 cents gris-noir, feuille de 100 exemplaires avec corner datée du 10 avril 1942, culmine à 18 000 euros (pour 120 000 euros en comparaison).

Quelques justificatifs d’artistes permettent de retrouver des signatures autographes écrites à la main au crayon par G. Daussy, Henry Cheffer, Albert Decaris, Achille Ouvré, Louis Briat, etc. à des prix relativement bas.

Le catalogue se termine par Andorre, Monaco et les anciennes colonies françaises (de l’Afrique équatoriale à Zanzibar en passant par Majunga). L’incontournable timbre inédit de la Principauté sur la coupe de France de football avec surcharge rouge « Colombes 15-5-60 » démarre à partir de 1 700 euros.

– 8 900 euros pour un n°1B de la Martinique, 5 centimes sur 20 centimes brique sur vert ;

– 2 000 euros pour un n°8 de Nouvelle-Calédonie, 5 centimes le 1 franc olive, avec « pelage léger » ;

– 2 400 euros pour un n° 93A de Polynésie, sans émission, 50 francs, « 2e Journées Médicales » au coin de la feuille ;

– Saint-Pierre-et-Miquelon, n° 3 avec surcharge 25 sur 1 franc d’olive, « 50 exemplaires connus », à 2 300 euros et n° 281a 1,25 franc carmin avec surcharge « France libre » inversée, à 6 500 euros ;

– Terres Australes et Antarctiques Françaises, inédit « Concorde », à 3 300 euros.

Cérès philatélie

La vente « Express » de Cérès philatélie (Paris, tél. : 01-42-33-31-91), clôturée le 31 janvier, compte plus de 1 800 lots. Un an de star verte « Cérès » de 15 centimes qualifié de « superbe » a un prix à partir de 600 euros. Un bloc de quatre, neuf, 20 centimes noirs sur points jaunes à 950 euros.

Compte 650 euros minimum pour un 20 centimes bleu, oblitération gros timbre 2145E sur enveloppe, timbre daté Lyon Camp de Sathonay du 21 juillet 1868.

Parmi quelques lots : type Sage, 75 centimes rose : 750 euros ; montgolfière Le Garibaldi, paire n° 28B oblitérée, cachet de l’Armée du Rhin 20/10/70, arrivée à Valréas le 1/11 (900 euros) ; Balade en montgolfière Le Daguerre, Paris à Buxière-la-Grue, 28 novembre 1870 (800 euros) ; bal de Moulins, bande de cinq défectueuse du n°29B, lettre datée de Londres, timbre daté Moulins du 6 janvier 1871 (900 euros)…

Variété également, 220 lots, du type Blanc (bloc de quatre du 1 centime gris couture « cheval », 75 euros) au « Thermalisme rouge » (150 euros), en passant par une bande de cinq au type Paix, un exemplaire sans surtaxe, quatre très compensées de 1 franc à 1,25 franc rose.

Toujours dans cette vente, des textes d’artistes permettent d’acheter des « signatures » à petits prix (Decaris, Pheulpin, Béquet, Gandon, Combet, Durrens, etc.).

A voir aussi :
S’il a dû arrêter son entraînement à cause du coronavirus, l’équipe de…

Behr

Enfin, on revient sur la vente Behr du 15 décembre 2022… Les lots invendus sont proposés avec une remise de 20%… Peut-être l’occasion de faire une bonne affaire… Alors, pour une chance haute, le 1 franc vermillon . l’état neuf, avec bordure feuille, initialement affiché au prix de 86 500 euros est « offert » à 69 200 euros. Le bloc de quatre des 5 francs de l’Empire à 70 000 euros ne vaut plus que 56 000 euros. Le bloc de quatre du 1 franc de l’Empire (1853-1860), non perforé, impression défectueuse, à 30 000 euros, est disponible au prix de 24 000 euros. Et surtout le magnifique bloc de quatre du 1 centime noir sur le bleu de Prusse au type Sage, à 175 000 euros, bénéficie d’une remise de 35 000 euros. La lettre de Suisse, poste locale de 1851, affichée à 140 000 euros, est passée à 112 000 euros.

– Grande-Bretagne, 2 shillings, « ex-collection du roi Carol de Roumanie », à 25 600 euros.

– India (Sindh), 1/2 année rouge écarlate, « Scinde Dawk », 1852, à 28 000 euros.

La Postale philatélie, 55, passage des Panoramas, 75002 Paris. Tel. : 01-40-26-63-03 et mail info@lapostale.fr.

Philatélie Cérès, 23, rue du Louvre, 75001 Paris Tél. : 01-42-33-31-91 et email infos@ceres-philatelie.com.

Behr, 18, rue Drouot, 75009 Paris. Tel. : 01-43-12-37-67 et email behr@behr.fr.