VIDÉO. A 3900 m d’altitude, le saut dans le vide inédit d’un skieur français surdoué

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Matthias Giraud a réalisé un nouvel exploit dans sa spécialité, un saut de base à ski, depuis un sérac de plus en plus instable en raison du réchauffement climatique, à l’Aiguille du Goûter, pour un vol dédié à 4 000 m d’altitude.

Sur la face ouest du Mont Blanc, Giraud, plus connu sous le surnom de « Super Frenchie », a sauté du Dôme du Goûter (4304m) avec ses skis pour descendre un sérac de 80m au-dessus de la paroi rocheuse de l’Aiguille, avant de se jeter . dans le vide à 4 000 m, ouvrant rapidement son aile de parachute léger pour un vol de trois minutes dans un chemin risqué et atterrissant sur un glacier, en contrebas du Refuge du Goût.

Le Français de 38 ans est le premier à sauter à ski depuis l’Aiguille du Goûter, une pratique extrême et élitiste dérivée du base jump (Base est l’acronyme de Building Antenna Span Bridge Earth cliff). Le base jump permet de sauter d’une plateforme (montagne, bâtiment, pont, etc.) pour un vol en parachute. « J’ai sauté directement par-dessus le couloir pour survoler le chemin d’un de mes héros de la montagne, Pierre Tardivel. Je voulais mettre ma touche créative de ce côté. J’ai couru près de la corde des alpinistes grimpant au sommet. Deux vies juxtaposées, une vie d’approche classique et la mienne, une vie plus moderne qui mixe toutes ces disciplines », raconte l’athlète.

«Ce sont des sauts ponctuels. Je veux réaliser mes rêves avant qu’il ne soit trop tard. Le point où j’ai sauté est le point dominant qui sort du sérac et qui a de fortes chances d’être affecté par le réchauffement climatique », raconte le skieur, qui a concrétisé un projet initié dix ans auparavant.

À Lire  Le marché mondial des équipements de gym table sur une croissance durable en 2029

Giraud, qui a fait sensation en 2019 en tant que premier ski base jump du Mont Blanc, a dû composer avec la glace qui menace de se briser à tout moment, mais aussi avec le vent qui monte avec l’altitude. « C’était un vol perturbé, ce n’était pas le moment de le montrer. »