VIDEO – Légende du paquebot France : archives inédites

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Publié le 6 juin 2022 à 10h15 Source : JT 13h WE

Dans les années 1960, le paquebot France a fait la fierté du pays.À l’époque, ce bateau battait des records de grandeur et de luxe, avant d’être démantelé en 2007.Découvrez dans notre reportage des archives exceptionnelles jamais diffusées à la télévision.

Dans les années 1960, les navires français sont devenus la fierté du pays.

À l’époque, le navire a battu des records de taille et de luxe, avant d’être démantelé en 2007.

Retrouvez dans notre reportage une archive extraordinaire qui n’a jamais été diffusée à la télévision.

Certaines nuits, après avoir trop bu, trop lu, il arrive, dit-on, de voir son reflet à l’horizon. Silhouette immense, légende prise dans le brouillard, navire français reliant Le Havre à New York dans les années 1960 et 1970. Quatre jours et demi de traversée au coeur de l’Atlantique. Si aujourd’hui le navire est détruit, la légende perdure.

Au Havre (Seine-Maritime), une initiative a été lancée pour faire revivre des souvenirs de France. « Nous sommes là pour recueillir les souvenirs de ceux qui ont vécu au Havre lors de la présence du navire », explique Marie-Laure Styrenemann, responsable de l’animation de l’association Passerelle de mémoire, qui a enregistré les témoignages de ceux qui ont vu le célèbre. bateau. Grâce à ce mémoire, un documentaire sera réalisé et sera disponible en libre accès sur Internet. « Il y a une histoire d’amour dans cette relation avec la France », a déclaré Pierre Goupillon, directeur de l’association. « A chaque fois, c’est l’aventure qu’on raconte ».

Le secteur maritime veut s'asseoir à table avec le maire de Marseille
A voir aussi :
suite à la pétition lancée par le maire de Marseille L’ensemble du…

Mensurations folles

Mensurations folles

Une épopée qui commence il y a plus de 60 ans à 400 kilomètres du Havre au chantier naval de Saint-Nazaire. Quatre ans de travail, 1300 ouvriers… Le France devient alors un symbole du savoir français, la fierté d’un pays. Il fut inauguré, mais aussi baptisé sous la tutelle du président De Gaulle et de son épouse Yvonne, la marraine du navire. Puis a traversé pendant 13 ans la transatlantique.

La France est un navire d’une taille folle. Il a longtemps été le navire le plus long du monde : 316 mètres de large et peut accueillir plus de 2000 passagers. Les voyages les plus riches dans des cabines de luxe équipées de télévisions et de téléphones. A bord, de nombreux salons, cinémas, théâtres et sur le pont une piscine intérieure est aménagée avec suffisamment d’espace pour parfaire votre bronzage.

Au total, le paquebot a accueilli plus de 500 000 passagers sur 377 traversées. Le premier a eu lieu le 8 février 1962. Des images inédites sont dévoilées dans notre reportage en tête de cet article. Un film amateur déniché par un fan il y a quelques mois et réalisé par un passager qu’on ne connaît pas.

Puis, en 1974, le président Valéry Giscard d’Estaing a décidé que la France étatique était trop chère et non rentable. Le jeu est terminé. L’équipage proteste et bloque le navire dans le chenal du port du Havre pendant 88 jours. « Sans aucun regret et si c’était à refaire, je le referais », témoigne André-Pierre Terrier qui, à 16 ans, servait comme mousse sur le navire. « On comprend que 90 % du salaire c’est pour des licenciements pendant un an, mais surtout ce qu’on gagne c’est une certaine fierté. C’est une certaine fierté de ne pas lâcher ce navire, qui est un Le Havre, un navire français », a-t-il déclaré.

Démantelé en Inde en 2007

Démantelé en Inde en 2007

Pendant encore cinq ans, le navire est resté au Havre, immobile. Il reprend ensuite la mer, mais sous un autre nom, comme Norway, ou Blue Lady, avant d’être débarqué en Inde en septembre 2007, en toute considération. A cette époque, nos reporters ont tout de même réussi à enregistrer quelques images, que vous pouvez voir dans notre reportage.

Aujourd’hui, la coque française n’existe plus, mais le nez a survécu. Elle est désormais exposée en plein air dans l’angle de la rade du Havre. Quatre tonnes sont revenues de loin, symbole du passé. « Pour moi, c’est un déchirement et puis, pour la France, peut-être la fin d’un espoir, la fin d’un rêve, une sorte de croyance en la superpuissance française », a poursuivi Marie-Anne Du Boullay, directrice de Line France & Compagnie.

« Un succès commercial »

"Un succès commercial"

Les derniers vestiges d’un grand navire sont également conservés dans un bâtiment du Havre, fermé au public. L’histoire des entreprises transatlantiques sommeille sur ces tablettes. Chaises, fauteuils, mais aussi objets rares comme les publicités des agences de voyages y règnent. Car hormis la traversée de l’Atlantique, le paquebot a fait le voyage. « Vous pouvez partir deux à trois jours, ce qu’ils appellent un week-end en mer, mais aussi pour une croisière autour du monde, il y en aura deux pour trois mois. Et la croisière est pleine à 90% et, en général, un croisement, à 77 % . Ce fut un succès commercial en France », raconte Marie-Anne Du Boullay.

L’entrepôt du Havre recèle également d’autres trésors du navire, comme un livre d’or signé du peintre Chagall ou de Louis de Funès. Dans une autre allée, on trouve des costumes d’équipage : rouge, femme de ménage, majoritairement mineurs, noir, majordome et bleu, porteurs de bagages. Des centaines de rapports de voyage sont également stockés ici. Chaque itinéraire est soigneusement détaillé.

Les pièces les plus précieuses de France ont également été conservées. Dans le port du Havre, le musée maritime et portuaire recèle un trésor : le nom du navire, dans ses lettres d’origine, mesure 2,50 mètres de haut et a été entièrement restauré. Des bénévoles réhabilitent également son pont de prestige : le 28 mètres foulé par des stars du monde entier, comme Alfred Hitchcock, Dali, Audrey Hepburn, Johnny Halliday et bien d’autres. Il est également possible de retrouver un caisson insubmersible qui protégeait, en 1962, une passagère extraordinaire : la Joconde. La France l’a prêté aux États-Unis pendant trois mois, l’un des rares voyages officiels de Mona Lisa.

Comme un chagrin durement cicatrisé, la France a laissé derrière elle des lambeaux de métal, des vagues de souvenirs, certaines notions de grandeur. En tête, il navigue toujours. Découvrez cet excellent rapport en haut de cet article.

Léa Tintillier | Reportage TF1 Quentin Fichet, Florian Le Goïc

Les plus lusDernière minuteTendances

À Lire  On a testé une croisière à bord du MV La Belle de l'Adriatique