La vie sur un bateau de croisière, un rêve bientôt réalisé ? « Une fois que vous payez, vous pouvez reporter…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Parcourez le monde dans le confort de votre maison. Une telle promesse est faite par la société Storylines, dont le bateau de croisière MV Narrative devrait appareiller fin 2024. Créée il y a plusieurs années, l’entreprise souhaite redorer l’image des croisières et attirer un nouveau public. Contrairement à d’autres projets de navires de croisière résidentiels, qui ciblent souvent les ultra-riches, Storylines s’adresse à « M. et Mme Tout le monde » (presque) grâce à son prix plus abordable. La société proposera plus de 500 résidences à bord du futur paquebot de croisière. Tous les appartements sont meublés et les prix varient de 400 000 $ à 8 millions d’euros.

Selon le fondateur Alister Punton, tous les appartements seront vendus d’ici la fin de 2022. Dans le même temps, le bateau est toujours en construction en Croatie. Une fois terminé, il disposera de nombreux équipements : près de 20 concepts de restaurants et de bars, trois piscines, une bibliothèque aux dix mille livres, un cinéma, un centre de bien-être et même une piste. bowling. Tout est fait pour que les heureux propriétaires ne manquent de rien.

D’ici la fin de 2024, le MV Narrative devrait entamer son premier tour du monde de 1 000 jours. Des escales de 3 à 5 jours sont prévues dans chaque port. « Ce qu’une compagnie de croisière typique pourrait faire en un mois ou trois semaines, cela nous prend trois à quatre mois », a déclaré le fondateur de Storylines à CNN Travel. « C’est à quel point nous élargissons l’expérience. Et les résidents ont la possibilité de donner leur avis sur la prochaine destination du navire. »

Achat ou location longue durée

Achat ou location longue durée

Les futurs résidents ont plusieurs options. Ils peuvent louer un logement sur le bateau pendant 12, 24 ou 60 ans, ainsi que l’acheter. « Avec un achat pur et simple, les propriétaires résidents bénéficient d’une clause de permanence, ce qui signifie qu’ils peuvent déménager dans une nouvelle résidence sur un futur navire sans achat supplémentaire, ce qui en fait un investissement à long terme », explique Alister Punton. Comme pour les investissements immobiliers traditionnels, ces appartements peuvent bien entendu être loués ou revendus.

À Lire  Moto-homes et voitures de loisirs : pensez à l'occasion !

En plus des frais d’achat, les résidents doivent payer des « frais de subsistance » entre 65 000 $ et 200 000 $ par unité. Ceux-ci comprennent l’entretien du bateau ainsi que la nourriture. « Une fois que vous avez payé les frais, vous pouvez à peu près déposer votre portefeuille ou vos cartes de crédit et économiser pour le reste de l’année si vous le souhaitez », explique le fondateur de Storylines.

Le projet a déjà conquis de nombreuses personnes dans toutes les tranches d’âge. Parmi eux se trouvent des couples avec enfants. Encore une fois, tout est prévu pour que les jeunes puissent suivre leur scolarité, grâce aux nombreuses salles d’études et au programme scolaire proposé à bord. Une équipe médicale est également prévue, ainsi qu’un bureau de poste.

Croisière en Islande | 10 jours | terre de glace et de feu
Lire aussi :
Glaciers, volcans, fjords, montagnes, plages de sable noir, geysers… Partez en croisière…

Quel coût environnemental ?

Quel coût environnemental ?

Mais pour fonctionner et se déplacer, cette ville flottante consomme une énergie considérable. Un problème pris au sérieux, confirme Storylines. L’entreprise affirme que l’empreinte environnementale du projet a été étudiée. En effet, plusieurs projets de développement durable sont prévus, comme la création d’un jardin hydroponique à énergie solaire pour cultiver des produits à utiliser à bord.

« Nous serons sans aucun doute le navire de croisière le plus vert du monde », déclare Alister Punton. Dans cette optique, MV Narratives fonctionne au gaz naturel liquéfié (GNL), l’un des carburants marins non électriques les plus propres. Mais ce n’est pas tout. « Il s’agit donc de savoir comment nous nous approvisionnons en nourriture, comment nous stockons les aliments en vrac, comment nous les cultivons à bord, comment nous transformons les déchets en énergie, comment nous limitons l’utilisation des plastiques et tout ça », souligne le fondateur.

Selon le site ConsoGlobe, en 2019 même un bateau de croisière avec 2 500 passagers à quai émettait « autant de particules, d’oxydes de soufre ou d’azote que 12 000 voitures en une journée ».