Site icon bip-perpignan

Voilier de luxe accessible

Voilier de luxe accessible

Crédit photo : Nicolas Authier.

Je rencontre souvent des gens qui rêvent de faire un long tour du monde à la voile. Il y a environ deux ans, lors d’une visite à Montréal, comme c’est mon habitude, j’ai emmené des amis à l’école de voile de Sansoucy pour un après-midi de catamaran sur le lac des Deux-Montagnes. J’y ai rencontré Justin Bourgeois, qui occupait le poste de coordonnateur. Au fur et à mesure de nos discussions, il était évident qu’il était déjà un marin expérimenté. Il cherchait un moyen de faire un voyage à la voile sur un bateau bon marché.

Crédit photo : Justin Bourgeois.

Il existe plusieurs écueils logistiques et techniques pour la plupart des gens qui veulent réaliser ce rêve. Ces défis sont surmontables, mais les besoins financiers d’un tel projet peuvent s’avérer plus importants qu’initialement imaginés. C’est souvent le principal problème limitant les projets de navigation. Choisir d’investir dans une formation de marin professionnel peut être un compromis intéressant pour obtenir de belles navigations avec un budget plutôt limité.

Crédit photo : Justin Bourgeois.

J’ai revu Justin l’été dernier à l’école de voile de Sansoucy, deux ans après notre première discussion. Il avait terminé sa formation Yachtmaster et STCW 95 en Floride. La formation lui a coûté environ 5 000 $.

Crédit photo : Justin Bourgeois.

En quelques mois, il est passé d’un rêve de voyages à la voile à une carrière lucrative et passionnante sur des mégayachts. Il a navigué dans le Pacifique Nord-Ouest, Vancouver et Seattle; sur la côte est des États-Unis, du Maine à la Floride ; traversé l’Atlantique Nord de l’Angleterre à Annapolis, Maryland, avec une escale à Madère. Ses voyages l’auront mené en Guyane. Justin a rapidement gravi les échelons de l’industrie nautique; il était membre d’équipage sur un Cheoy Lee 63, un Delta Marine 150 et un Heesen 144. Il navigue actuellement à bord d’Anawa, un yacht d’exploration de 204 pieds.

Crédit photo : Justin Bourgeois.

L’expérience de navigation que représentent tous ces voyages est remarquable. Ces super yachts sont équipés des dernières avancées technologiques disponibles. En plus d’être très bien rémunéré, ce type de travail à bord offre la possibilité d’effectuer des sorties difficilement réalisables même avec un voilier de 40 à 45 pieds récent et bien équipé.

Évidemment, les avantages de naviguer sur de grands bateaux de ce type sont nombreux : la sécurité en navigation est maximisée, la formation est standardisée, les technologies embarquées représentent les dernières innovations, le confort à bord est idéal.

Crédit photo : Nicolas Authier.

Cela reste un travail, pas des vacances. La formation à suivre peut ne pas convenir à tout le monde. Il faut savoir que même si vous envisagez un voyage personnel, la formation Yachtmaster reste souhaitable.

Le parcours de Justin montre qu’il vaut parfois la peine de considérer toutes les options disponibles avant de se lancer dans une aventure marine. Acheter et réparer un vieux bateau n’est pas toujours la meilleure option. Si vous voulez voir le monde, apprendre et naviguer en toute sécurité, une carrière sur des méga yachts pourrait satisfaire votre soif d’aventure et s’avérer payante !

* Cet article a été publié dans le magazine numérique Hiver 2021 de Québec Yachting. Inscrivez-vous, c’est gratuit!

Quitter la version mobile